Douleurs nociceptives et neuropathiques : c’est quoi la différence ?

Les douleurs liées au cancer sont complexes : certaines sont causées par des lésions des tissus, d'autres par des lésions de notre système nerveux. Comment les distinguer ? Quels sont les symptômes ? On fait le point avec le Dr Lemaire, médecin spécialiste de la douleur et des soins palliatifs, chef du pôle Cancérologie et Spécialités Médicales du Centre Hospitalier de Valenciennes.

Le cancer et ses traitements sont responsables de nombreuses douleurs. Comment les gérer pendant la pandémie de coronavirus ? roseupasociation - rosemagazine

« Il existe 2 types de douleurs : la douleur nociceptive et la douleur neuropathique.

La douleur que l’on connaît le mieux est la douleur nociceptive. Lorsque la tumeur envahit des tissus – que ce soit des tissus sous-cutanés, des organes ou des os – elle provoque des dommages. Cela déclenche une réaction inflammatoire très importante qui va stimuler des récepteurs présents dans nos structures cutanées ou viscérales, les nocicepteurs. Cette stimulation va générer des douleurs. Ces douleurs nociceptives se manifestent souvent de façon lancinante, permanente, même lorsqu’on est au repos ou la nuit. Elles sont ressenties comme des sensations d’écrasement, de broiement ou de torsion.

Les douleurs neuropathiques sont, quant à elles, liées à une souffrance des structures nerveuses. Il peut s’agir de lésions de structures périphériques, comme les nerfs, mais aussi centrales, comme la moelle épinière ou le cerveau. Elle revêt une présentation typique avec des symptômes très différents d’une douleur nociceptive. Elles sont ressenties comme des picotements, des fourmillements, des engourdissements, des démangeaisons. Les patients décrivent aussi souvent des sensations de brûlure ou de décharge électrique. La douleur neuropathique est souvent associée à une sensibilité anormale dans le territoire concerné. Quand on va toucher cette zone, ou simplement l’effleurer, cela va être désagréable voire douloureux alors que normalement ce genre de stimulus ne doit pas déclencher de douleur.

Souvent, dans le cadre du cancer, ces 2 types de douleurs coexistent. Elles se manifestent soit simultanément, soit à différents moments, s’alterner… C’est pour cela que j’ai qualifié la douleur du cancer de multiformes : elle change sans arrêt et a continuellement des présentations différentes. C’est une douleur complexe, cela explique pourquoi elle est difficile à prendre en charge »

INFO +

A lire : « Soigner les douleurs du cancer » par le Dr Lemaire aux éditions In Press.

Retrouvez l’intégralité du webinaire sur les douleurs liées au cancer animé par le Dr Lemaire sur notre chaine YouTube.

Propos recueillis par Emilie Groyer