Drainage et contention, une méthode classique mais efficace contre les lymphœdèmes

La combinaison massages doux + bandages est sans doute la plus utilisée pour traiter les lymphœdèmes. Et pour cause, elle s'avére efficace.

Drainage et contention contre les lymphœdèmes

Diminuer l’œdème au moyen de drainages lymphatiques manuels associés à des bandages réducteurs multicouches ou plus légers, « élastorigides », c’est l’objectif de la physiothérapie décongestive combinée. Aujourd’hui, certainement « LE » traitement de référence en matière de drainage et de contention.

« Il n’y a pas de bandage stéréotypé. Comme pour les verres de lunettes, c’est du ‘‘sur mesure’’ !« , précise Jean-Claude Ferrandez, président de l’Association française des masseurs-kinésithérapeutes pour le traitement et la recherche des atteintes lymphoveineuses (À retrouver la liste des praticiens spécialisés sur le site de l’AKTL). Cette méthode est d’autant plus efficace que la prise en charge intervient rapidement après le curage axillaire. Remboursée par la Sécurité sociale, elle doit être réalisée, de manière régulière, par des kinés spécialisés à raison d’une cure de 5 séances d’une demi-heure par semaine pendant quinze jours, on peut espérer une baisse de 40 % du volume du bras et de 60 % de celui de l’avant-bras à renouveler quand le besoin se fait sentir.

Attention : « Le drainage avant et après les bandages en augmente l’efficacité mais, seul, il n’a pas beaucoup d’intérêt« , souligne le Dr Stéphane Vignes, chef de l’unité de lymphologie de l’hôpital Cognacq-Jay à Paris.  « La compression doit aussi être portée tous les jours. C’est contraignant mais, plus les patientes font d’efforts, plus c’est payant. »

Des méthodes contre le lymphœdème peu remboursées par la Sécu

Les résultats varient d’une femme à l’autre selon la méthode de drainage utilisée. Dans la même famille, la méthode dont tout le monde parle, c’est la PDDE, ou pression digitale doigts écartés, mise au point par Jean-Pierre Schiltz. Il s’agit d’un drainage global des liquides superficiels du corps, pratiqué à la fois sur des zones saines (ventre, dos…) et sur les zones congestionnées. Combien de temps ? Idéalement pendant quarante-cinq minutes.

Attention, on dépasse ici le forfait Sécu. Insuffisamment remboursés aussi : les bandes et les manchons. Comme s’il s’agissait d’une « médecine de confort », regrette Maryvonne Chardon, présidente de l’association « Mieux vivre le lymphœdème » (AVML).

INFO +

– Ecouter l’interview donnée par Maryvonne Chardon, présidente d’AVML, le Dr Marlène Coupé, conseiller médical et Guy Doladille, patient sur RCF Maguelonne Hérault (2012)