RoseUp part à nouveau au combat sur la question du droit à l’oubli. L'objectif : le réduire à 5 ans. Isabelle Huet, directrice générale adjointe de l'association, a soumis des amendements au Gouvernement et au Parlement pour faire évoluer la loi dans ce sens.
La nouvelle stratégie décennale de lutte contre le cancer était très attendue. Les mesures annoncées ne sont malheureusement pas à la hauteur des attentes des malades. Isabelle Huet, directrice générale adjointe de RoseUp, fait part de sa déception dans une lettre adressée au Président Emmanuel Macron.
Sortie de Rose Magazine en version numérique, webinaires et ateliers en ligne, information quotidienne de qualité, défense de vos droits (reprogrammation des chirurgies, des radiologies, préservations ovariennes). Dans la tourmente de l'épidémie de covid-19, notre association RoseUp a dû se réinventer pour rester à vos côtés. Aujourd'hui, nous avons besoin de vous!
Face à l'épidémie de COVID-19, nombreux sont ceux qui découvrent, sidérés, cette part non négociable de notre humanité: la fragilité. Nous, malades de cancer, n'avons pas attendu l'irruption du virus pour le savoir. La peur, le confinement, le sentiment d'urgence, nous les connaissons bien. Ils sont nos compagnons de route.
Aujourd'hui, 4 février, c'est la Journée mondiale contre le cancer. On va donc entendre des non-malades nous expliquer pourquoi on a un cancer (alcool, malbouffe, sédentarité), nous exposer des "traitements miraculeux" à 1 million d'euros et encore en essais cliniques, sans parler des pipoles qui exposent leur poils pubiens pour la "cause". Grosse fatigue.