Pierre-Louis a 21 ans quand on lui pose une stomie. Le jeune navigateur prépare une course au large et ne compte pas y renoncer. Il part une semaine en mer avec sa poche. A son retour sur la terre ferme, il lance le défi aux autres malades de se prendre en photo et de raconter leur histoire, pour briser le tabou.
Alexandra Leclerc, styliste, confectionne et vend des masques colorés et originaux sur son site internet. Une façon pour elle d’apporter de la bonne humeur dans la vie de ses clients, et de pouvoir continuer à faire tourner son entreprise de couture.
Chirurgienne sénologue, elle est maintenant coordinatrice du centre du sein du groupe hospitalier Paris-Saint-Joseph qui accueille les femmes malades de cancer.
Cheffe du service de pathologie mammaire à l’institut Gustave-Roussy, cette cancérologue anticonventionnelle revendique sa sensibilité. Et le droit de soigner chacune de ses patientes comme sa sœur ou sa mère.
Anaïs Quemener, championne de France de marathon pose, après son cancer du sein et ses multiples opérations, pour être notre égérie. Elle réinvente la sirène Aubade.
Austères les oncologues ? Pas tous !!! Prenez Joëlle Otz, par exemple…
Chef de l’unité de dermatologie de Gustave-Roussy depuis 2005, ce professeur engagé, mondialement reconnu, est en guerre contre le mélanome.
Hélène Mauri, infirmière et photographe, mène un projet photographique auprès des patients hospitalisés à l'Institut Curie, intitulé "S'il n'y avait qu'une image".
Son titre : Chirurgien spécialiste du sein, cancérologue et plasticien, fondateur de l’Institut du sein à Paris. Son obsession : Guérir en respectant le corps de ses patientes.