Accueil Article Témoignage

Témoignage

Laura est atteinte d'un cancer du sein métastatique qui lui cause des douleurs difficilement supportables. Pour la soulager, ses médecins lui proposent de tester une technique qui va détourner son attention de ses souffrances : la musicothérapie.
"J'aime bien cette image inspirée de McDo, car elle dit qu’il n’y a pas une manière d’être malade."
Mélody, atteinte d'un cancer métastatique, a trouvé refuge dans l’art-thérapie. Voyage dans son monde coloré à travers "la galerie de Dody".
Florence a 42 ans quand on lui diagnostique un cancer du sein hormonodépendant : elle peut donc bénéficier d'une hormothérapie pour limiter son risque de récidive. Une "chance" qui se transforme en calvaire du fait des effets indésirables. Mais la quadra compose avec en se découvrant un engouement pour le sport et en satisfaisant sa fibre artistique.
Claudy souffre d'un cancer du sein hormonodépendant. Les traitements risquant de la rendre stérile, on lui propose un prélèvement d'ovocytes. Problème : impossible dans son cas de stimuler ses ovaires à cause des hormones qui risquent d'aggraver son cancer. Les médecins de l'hôpital Antoine-Béclère tentent une MIV, une première mondiale en oncologie. La réussite s'appelle Jules.
Geneviève a 22 ans et enceinte. Mais son enfant ne verra jamais le jour. En fait, il n'a même jamais existé. Ce qui arrondit son ventre est une forme rare de cancer : une môle hydatiforme totale. Une terrible épreuve qui ne l'empêchera pas d'avoir une jolie petite fille quelques années plus tard.
Depuis que son cancer du sein s’est déclaré, en 2014, Marine affronte récidive sur récidive. Un dur parcours, dont les effets restent invisibles pour les autres. Pas toujours facile à vivre.
Karine, Mireille et Nathalie ne sont pas du genre à baisser les bras. Elles ont déjà affronté un adversaire coriace : un cancer du sein. Alors quand le destin s’acharne à les empêcher de participer à une course de 4x4 dans le désert au profit d’associations d’aide aux malades, elles ne capitulent pas et se retroussent les manches. Une obstination qui leur vaudra la première marche du podium. 
Touchée par un cancer du sein à 33 ans, Émilie croyait devoir renoncer à ses projets immobiliers. Impossible pour elle d’invoquer le droit à l’oubli face aux banques : son cancer date de moins de dix ans. Mais grâce à son opiniâtreté, elle est aujourd’hui propriétaire ! Elle nous raconte « sa chance inouïe ».

Gang de filles !

Le roman de Sorj Chalandon commence avec l'annonce faite à Jeanne d'un cancer. Et se termine après un casse dans une bijouterie de luxe où se côtoient faux-semblants et vraies douleurs, armes en plastiques et purs diamants. Réjouissant.