Accueil Article Témoignage

Témoignage

Geneviève a 22 ans et enceinte. Mais son enfant ne verra jamais le jour. En fait, il n'a même jamais existé. Ce qui arrondit son ventre est une forme rare de cancer : une môle hydatiforme totale. Une terrible épreuve qui ne l'empêchera pas d'avoir une jolie petite fille quelques années plus tard.

Un succulent trio

Karine, Mireille et Nathalie ne sont pas du genre à baisser les bras. Elles ont déjà affronté un adversaire coriace : un cancer du sein. Alors quand le destin s’acharne à les empêcher de participer à une course de 4x4 dans le désert au profit d’associations d’aide aux malades, elles ne capitulent pas et se retroussent les manches. Une obstination qui leur vaudra la première marche du podium. 
Touchée par un cancer du sein à 33 ans, Émilie croyait devoir renoncer à ses projets immobiliers. Impossible pour elle d’invoquer le droit à l’oubli face aux banques : son cancer date de moins de dix ans. Mais grâce à son opiniâtreté, elle est aujourd’hui propriétaire ! Elle nous raconte « sa chance inouïe ».

Gang de filles !

Le roman de Sorj Chalandon commence avec l'annonce faite à Jeanne d'un cancer. Et se termine après un casse dans une bijouterie de luxe où se côtoient faux-semblants et vraies douleurs, armes en plastiques et purs diamants. Réjouissant.
Elisabeth Bernardo a eu un cancer du sein en 2017. Un bouleversement qu’elle livre sans fard dans un recueil de poèmes autobiographiques.
Bouleversée par la mort de son père emporté en quelques mois par un mésothéliome pleural malin, Véronique Fresnel-Robin a décidé de lever des fonds pour financer la recherche contre les cancers de l'amiante et se lance un défi fou : traverser la Manche à la nage.
Faby est artiste. Très engagée aux côtés des associations de malades de cancer, elle a chanté bénévolement durant des années. Mais alors qu'elle affronte une troisième récidive et survit de plus en plus difficilement, elle se tourne vers une de ces associations pour demander, à son tour, de l'aide. En vain. Très blessée, Faby raconte cette "dernière humiliation". Nous lui laissons la parole.
Alors qu’elle est étudiante en médecine, Élise doit faire face à un cancer. Huit ans plus tard, son dossier médical l’empêche d’avoir accès à une assurance prévoyance professionnelle convenable pour pouvoir exercer comme médecin généraliste. Une double peine d’autant plus injuste qu’Élise s’est battue comme une lionne pour continuer ses études, mettre au monde son bébé, malgré la maladie.
Mélanie a 34 ans et maman de 2 jeunes enfants lorsqu’on lui découvre une tumeur au rein au détour d’une échographie. Un diagnostic difficile à accepter quand on sait que ce cancer touche majoritairement les hommes âgés.
Les essais précoces intègrent des patients qui doivent tous remplir les mêmes critères, puis sont tirés au sort. Une sélection très mal vécue par les « exclus »