Le Pr Saghatchian, oncologue à Gustave Roussy et à l'hôpital américain, répond à vos questions sur le coronavirus. Aujourd'hui, elle nous explique comment s'y retrouver dans ses résultats d'analyse sanguine pour savoir si l'on se trouve en aplasie.
Comme pour la chirurgie, les actes d'imagerie "non-urgents" sont reportés pendant l'épidémie de Covid. Une angoisse supplémentaire pour les malades de cancer qui attendent ces résultats pour savoir si les traitements fonctionnent. Quels examens sont maintenus ? Dans quelles conditions de sécurité ? On fait le point avec les chefs de département d'imagerie des centres Gustave Roussy et Lacassagne qui font figure de "bons élèves".
Continuum+, en partenariat avec l’association “Patients en réseau” propose gracieusement AKO@PRO depuis le début de l'épidémie de Covid. Ce dispositif, facile à prendre en main, permet un suivi des malades de cancer traités à domicile.
Alexandra Leclerc, styliste, confectionne et vend des masques colorés et originaux sur son site internet. Une façon pour elle d’apporter de la bonne humeur dans la vie de ses clients, et de pouvoir continuer à faire tourner son entreprise de couture.
Le Pr Saghatchian, oncologue à Gustave Roussy et à l'hôpital américain, répond à vos questions sur le coronavirus. Aujourd'hui, Nathalie se demande pourquoi on ne lui retire pas son PAC.
Pour les malades de cancer, quelles modalités de dépistage et quelle prise en charge en cas d'infection au coronavirus ? Reportage dans les services (ultra-sécurisés) dédiés au Covid-19 de l'Institut Gustave Roussy et de l'Hôpital Saint Joseph à Paris.
Le Pr Saghatchian, oncologue à Gustave Roussy et à l'hôpital américain, répond à vos questions sur le coronavirus. Aujourd'hui, Emmanuelle se demande si elle est encore à risque maintenant que son cancer est en rémission.
Le Pr Saghatchian, oncologue à Gustave Roussy et à l'hôpital américain dans la région parisienne, répond à vos questions sur le coronavirus. Aujourd'hui, des patientes sous hormonothérapie se demandent si elles sont plus à risque face au virus.
Difficile de lutter contre la sédentarité et l'isolement en cette période de confinement. Il est pourtant essentiel de bouger et garder le moral quand on est atteint d'un cancer. Heureusement, le virtuel offre quelques solutions...
Les hôpitaux sont vides. D'un côté, de nombreux malades, effrayés par le covid-19, annulent leurs rendez-vous, s'exposant à de graves pertes de chances. D'un autre côté les examens radiologiques de suivi sont annulés par milliers, laissant les patients inquiets et les exposant aussi à de graves pertes de chances. La France est à l'arrêt, mais le cancer, lui, ne marque pas de "stop" à cause du coronavirus. Enquête.