Vous avez l’impression que votre mémoire vous joue des tours ces derniers temps ? Vous vous demandez si cela a un lien avec vos traitements ? Jean Petrucci, psychologue clinicien spécialisé en neuropsychologie, vous propose un éclairage sur la nature des troubles cognitifs rencontrés par les patients suivis en oncologie, et explique comment réagir jusqu’à ce qu’ils s’estompent.
Pertes de mémoire, incapacité à se concentrer, migraines... Fanette est frappée de plein fouet par le chemofog, ces pertes cognitives dues aux traitements contre le cancer. Epuisée, isolée, malheureuse dans son travail de cadre, elle décide à quarante ans de commencer une nouvelle vie, en accord avec la nature. Et devient horticultrice.
L’hormonothérapie a prouvé son efficacité pour réduire les risques de récidives de cancers du sein hormonodépendants. Si elle est bien tolérée par certaines femmes, elle est responsable d’effets secondaires handicapants pour d’autres. Témoignage.
L’hormonothérapie a prouvé son efficacité pour réduire les risques de récidive de cancers du sein hormono-dépendants. Si elle est bien tolérée par certaines femmes, elle est responsable d’effets secondaires handicapants pour d’autres. Témoignages.
Impression de perdre la tête? De ne plus pouvoir vous concentrer? Cet effet secondaire des chimiothérapies et hormonothérapies s’appelle « chemofog » ou brouillard cognitif. A l’Institut Bergonié de Bordeaux, un atelier "Onco’gite" aide les patients à reprendre le pouvoir sur leurs neurones.
Vous cherchez sans cesse vos clés, vos mots ou votre place de parking ? Comme 70 % des patients traités pour un cancer, vous souffrez peut-être du chemofog. Rose Magazine fait le point sur ces troubles de la mémoire.