C’est ce qu’on appelle la « double peine ». Pour les malades socialement plus fragiles que les autres – travailleurs précaires, employés de PME, indépendants –, le cancer peut entraîner une chute de revenus. Quand ce n’est pas la perte d’emploi...
Le retour à l’emploi ne va pas de soi pour les salariés malades. Une réinsertion sera réussie si la personne elle-même, son médecin traitant, l'oncologue, le médecin du travail ainsi que l'entreprise coordonnent leurs efforts. Les explications.