Accueil Article Enquête

Enquête

Une femme sur 5 passe entre les mailles du filet du dépistage organisé du cancer du sein. Pour réduire ce chiffre, certaines structures proposent d'évaluer le risque individuel des femmes grâce à des consultations personnalisées.
La campagne de vaccination contre le Covid-19 a débuté par une première phase, dédiée aux résidents des EHPAD. Les personnes souffrant de pathologies chroniques, dont les malades de cancer, pourront être vaccinées lors d’une deuxième période. Plusieurs spécialistes appellent à accélérer.
La plateforme de déclaration des déprogrammations continue d'enregistrer annulations et reports de chirurgies, soins, radios. Aurélie, Carine et Céline, à la manœuvre, de RoseUp, joignent chaque femme et se battent pour faire avancer les dossiers. On les suit en direct.
Faut-il annoncer son cancer à son nouvel amoureux, au risque de le faire fuir ? Une question délicate que se posent nombre de célibataires en pleine traversée du cancer. Éléments de réponse.
Être son propre patron, c’est grisant et tendance. Mais cela demande un zeste d’inconscience et une sacrée énergie ! Difficile de ne compter que sur soi-même, encore plus lorsque la santé flanche. En cas de cancer, l’indépendance peut vite mener à une grande précarité.
Après avoir lutté contre la maladie, nombre de salariés doivent aussi se battre pour réintégrer leur poste. Une situation dont les entreprises prennent de plus en plus conscience, et les choses avancent.
Lorsque les traitements annihilent l’espoir d’une maternité et que le désir d’enfant demeure plus fort que tout, il reste l’adoption. Mais quelles sont les chances de se voir confier un enfant quand on a une histoire avec la maladie ?
Alors que l'épidémie de covid-19 marque le pas dans de nombreuses régions, la majorité des chirurgies de reconstructions mammaires restent ajournées. Pourtant, la reconstruction fait partie intégrante du traitement du cancer. Les patientes s'inquiètent de voir leur chemin vers une guérison physique et psychique stoppé net.
Les dépistages organisés des cancers du sein, du col de l'utérus et colorectal redémarrent enfin après une suspension pendant le confinement. Cette reprise, indispensable pour éviter toute perte de chance, sera toutefois progressive.
La majorité des malades de cancer en ALD (2,2M de personnes) ne sont pas considérés "personnes vulnérables" et pourraient reprendre le travail après le 11 mai. Une situation qui, selon notre sondage, inquiète 83% des femmes concernées. Et une seconde vague de contamination fragiliserait les patients qui subissent déjà des reports de traitements. Quand déconfinement "sous responsabilité individuelle" rime avec perte de chances.