Accueil Facteurs de risque

Facteurs de risque

Parmi les signataires de la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocrinien », la ville de Strasbourg fait figure de proue. Nous avons interrogé sur les engagements de la ville le docteur Alexandre Feltz, adjoint à la mairie de Strasbourg en charge de la santé publique et environnementale et délégué à la lutte contre les perturbateurs endocriniens.
S'il est bien un cancer sur lequel certains préjugés ont la vie dure, c'est le cancer du poumon. Le point sur les erreurs les plus répandues.
Alors que l'INCa vient de publier son dernier rapport sur l'incidence et la mortalité des cancers, André Cicolella, chimiste toxicologue et président du Réseau Environnement Santé, plaide pour que les facteurs environnementaux soient davantage pris en compte par les autorités de santé.
Pour la première fois, une étude de grande ampleur fait un lien entre consommation de boissons sucrées et cancer.
Moovcare n'est pas une application comme les autres : cet outil de surveillance médicale prolonge la survie des patients touchés par un cancer du poumon en les interrogeant simplement sur leurs symptômes. Une prouesse qui lui a valu d'obtenir un avis favorable de la Haute Autorité de Santé, premier pas vers un remboursement par l'Assurance Maladie.
La marque Miel Melba, co-créée par une ancienne malade de cancer, propose des vêtements anti-UV esthétiques et confortables. Pour protéger sa peau sans céder sur l'élégance.
Substances cancérogènes, perturbateurs endocriniens... Grâce à son smartphone, on peut savoir ce qui se cache derrière les étiquettes de nos produits cosmétiques.
Carte d’imprégnation des sols peu fiable, absence de traçabilité de la provenance des fruits et légumes, culture vivrière et étals en bord de route… bien difficile de savoir si les aliments sont contaminés
L’insecticide, classé « cancérogène probable » en 1979 mais interdit aux États-Unis dès 1977, a traité les bananeraies antillaises jusqu’en 1993. Et contaminé les sols, l’eau, le sang et les esprits.
Le stress est souvent pointé du doigt quand un cancer se déclare. Une nouvelle étude suggère que l'épinéphrine, une hormone du stress, favoriserait le développement des tumeurs et leur dissémination dans l'organisme.