Tristesse, souffrance ou peur perturbent la relation entre proches et malade. Pourtant, convenir d’une « bonne distance » est essentiel à chacun, selon Isabelle Moley-Massol, médecin, psychanalyste et psycho-oncologue.