Accueil Nos droits

Nos droits

Être agricultrice, c’est souvent vivre loin de la ville et des centres médicaux. Lorsque la maladie frappe, difficile alors de gérer sa survie et celle de son exploitation. Des aides existent, mais les informations se glanent difficilement.
RoseUp part à nouveau au combat sur la question du droit à l’oubli. L'objectif : le réduire à 5 ans. Isabelle Huet, directrice générale adjointe de l'association, a soumis des amendements au Gouvernement et au Parlement pour faire évoluer la loi dans ce sens.
Aujourd'hui, le droit à l'oubli est calculé en fonction des données de survie des personnes touchées par un cancer. Agnès Dumas, sociologue, propose une nouvelle approche pour faire bouger les lignes : prendre en compte l'impact qu'un refus d'accès à l'emprunt peut avoir sur la vie des personnes concernées.
Maître Cazin avocat à la cour, spécialiste en droit du travail, répond à vos questions sur vos droits au travail, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Vous l’avez interrogé sur les dispositifs de protection des personnes vulnérables en cette période de reconfinement.
Être son propre patron, c’est grisant et tendance. Mais cela demande un zeste d’inconscience et une sacrée énergie ! Difficile de ne compter que sur soi-même, encore plus lorsque la santé flanche. En cas de cancer, l’indépendance peut vite mener à une grande précarité.
Après avoir lutté contre la maladie, nombre de salariés doivent aussi se battre pour réintégrer leur poste. Une situation dont les entreprises prennent de plus en plus conscience, et les choses avancent.
Le système des certificats d'isolement qui permettent aux personnes à risque - et à leurs proches - de télé-travailler ou de bénéficier du chômage partiel est reconduit jusqu'à fin août. Au grand soulagement des malades de cancer.
À compter du 25 août, la région Ile-de-France prendra en charge les surcoûts liées aux primes d'assurance emprunteur appliquées aux malades ou ex-malades.
Depuis le 1er janvier, les conditions pour se voir délivrer un médicament princeps plutôt que son générique se sont durcies. On fait le point.
De la prévention au suivi des soins, le handicap, qu’il soit physique, sensoriel, mental ou psychique, complique le parcours. Longtemps passée sous silence, cette question émerge enfin. Et, avec elle, un début de réponse…