Accueil Dépistage

Dépistage

Le projet K-dog entre cet automne dans sa phase active. Environ 450 participantes, atteintes ou non d’un cancer du sein, vont être recrutées à travers la France.
Santé publique France publie un état des lieux de l'incidence et de la mortalité liées au cancer du col de l'utérus. L'agence s'alarme d'un ralentissement de leur diminution qu'elle espère pouvoir relancer grâce au dépistage organisé mis en place en début d'année et à l'amélioration de la couverture vaccinale.
La Haute Autorité de Santé recommande le test HPV dans le dépistage du cancer du col de l'utérus, plus performant que le frottis.
Grâce à leur sens du toucher plus développé, cinq femmes aveugles ou malvoyantes ont été formées à Cali, dans l’ouest de la Colombie, pour détecter des tumeurs mammaires.
La douleur pousse de nombreuses femmes à renoncer au dépistage du cancer du sein par mammographie. Une étude française vient de montrer que l'inconfort de cette technique est mieux toléré quand les femmes contrôlent elles-mêmes la compression de leur poitrine.
Le cancer colorectal n'est pas sexiste : il touche indistinctement les hommes et les femmes. Alors, on n'oublie pas : le dépistage, c'est tous les 2 ans à partir de 50 ans !
Le cancer colorectal est silencieux : ses symptômes sont imperceptibles. Alors, on n'oublie pas : le dépistage, c'est tous les 2 ans à partir de 50 ans.
Le dépistage du cancer colorectal, comme le contrôle technique : c'est tous les 2 ans à partir de 50 ans.
Le cancer colorectal n’est pas misogyne : il touche indistinctement les hommes (53%) et les femmes (47%). On pourrait pourtant en douter au vu des campagnes de sensibilisation "Mars Bleu".
Consécration pour Kdog ! Si certains doutaient encore du sérieux du projet initié par la géniale infirmière de Curie Isabelle Fromantin, ils vont en être pour leurs frais ! Le « dépistage transcutané du cancer du sein par odorologie canine » vient de se voir attribuer le prestigieux titre de « programme hospitalier de recherche clinique en cancérologie » par la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) et l’Institut national du cancer (INCa). Du coup, l'équipe de Kdog bénéficie d’une subvention de 400 000€ sur trois ans pour poursuivre ses recherches auprès de 400 femmes…