A 40 ans, Marie, gynéco, se découvre un cancer du sein. Sa résilience ? « Espoir et victoire. Le comble pour un gynécologue ». Le magnifique récit d’une soignante-soignée qui inspire même les étudiants en médecine.
Spécialisée dans la prise en charge des plaies tumorales du sein à l’institut curie, elle est aussi la première infirmière française titulaire d’une thèse de sciences. Rose l'a passée au scan.
Avoir un cancer colorectal à 30 ans, forcément, c’est dur. Mais quand en plus vous faites une allergie aux poches, cela peut vite devenir l’enfer. Sauf quand on a un mari génial, comme Charlotte.
Elles en parlent comme d’un homme idéal. Un magicien. Un sauveur. Mais qu’ont donc ces chirurgiens que les autres médecins n’ont pas ? ‘‘Rose’’ a mené l’enquête.
Si la maladie peut bouleverser la vie conjugale, elle le fait parfois dans le bon sens, pour le meilleur…
Son titre : professeur en gynécologie-obstétrique. Sa mission : préserver la fertilité des femmes. Son QG : Hôpital Jean-Verdier à Bondy (93).
Le cancer ne bouleverse pas seulement la vie du patient. Il bouscule aussi celle de son entourage. Comment les proches vivent-ils l’épreuve ? Éléments de réponse.
Élue le 6 décembre 2014, Camille Cerf a d'emblée déclaré vouloir s'engager contre le cancer. En hommage à son père, disparu un an plus tôt.
Gérard, 65 ans, consultant dans l’événementiel, marié depuis vingt-deux ans, est fier de se balader main dans la main avec sa femme, atteinte d'un cancer du sein.
Stéphane, 40 ans, banquier, marié depuis douze ans, n'a pas été effrayé par les traces laissées sur le corps de sa femme par la mastectomie.