Raconter son histoire

L’association Complètement Femme, qui accompagne les femmes après une mastectomie, s’est lancée un nouveau défi : créer des maillots et brassières de bain pour les amazones.
Edith a 71 ans quand on lui détecte un cancer du sein. Après 2 opérations et de la radiothérapie, elle s'inspire d'une tradition de marins pour marquer la fin de ses traitements : faire tinter 3 fois une cloche. Elle nous raconte.
Alexandra est une voyageuse dans l'âme. Ni son cancer à 31 ans, ni le confinement ne sont parvenus à entamer ses envies de liberté. Un an et demi après la fin de ses traitements, elle remonte en selle pour un tour de France à vélo.
Fabienne, professeur en école élémentaire et mère de deux garçons, apprend en 2018 qu’elle est atteinte d’une leucémie aigüe myéloblastique (LAM). Elle nous raconte son long chemin vers la guérison et rappelle l’importance des dons de sang, de plaquettes et de moelle osseuse. 
À la suite d’une mastectomie à l’âge de 35 ans, Angélique Lecomte crée la marque Les Monocyclettes, des vêtements asymétriques qui mettent en valeur les amazones.
Quand la musique est bonne, elle apaise, stimule, transporte et parfois même, elle sauve. Parole de patientes !
Pertes de mémoire, incapacité à se concentrer, migraines... Fanette est frappée de plein fouet par le chemofog, ces pertes cognitives dues aux traitements contre le cancer. Epuisée, isolée, malheureuse dans son travail de cadre, elle décide à quarante ans de commencer une nouvelle vie, en accord avec la nature. Et devient horticultrice.
C'est durant une chimiothérapie pour soigner son cancer, qu'Angeline imagine une blouse-cocon, confortable et permettant de glisser la perfusion... La jeune femme crée alors Rue du Colibri, une marque qui propose des vêtements adaptés aux contraintes des traitements.
Pierre-Louis a 21 ans quand on lui pose une stomie. Le jeune navigateur prépare une course au large et ne compte pas y renoncer. Il part une semaine en mer avec sa poche. A son retour sur la terre ferme, il lance le défi aux autres malades de se prendre en photo et de raconter leur histoire, pour briser le tabou.
Marion Frison, journaliste, a vécu deux cancers du sein, à vingt ans d'écart. Pour ne pas sombrer, elle prend des notes tout au long de son parcours qui deviendront un livre : « Un sein en enfer ».