Fatigue, désarroi, solitude… certains malades finissent par douter de l’arsenal thérapeutique qui leur est proposé. Au point de se tourner vers des thérapies alternatives plus attirantes. Mais dangereusement farfelues.
Cette façon innovante de traiter le cancer suscite beaucoup d’espoirs. Mais la révolution thérapeutique annoncée se fait attendre…
Comment vivre avec un gène BRCA 1 ou 2 ? Quand prendre la décision d’une ablation des seins et/ou des ovaires ? Et après ? Réponses avec Sylvie Dolbeault, chef de l’unité de psycho-oncologie de l’Institut Curie.
Une thérapie ciblée est un médicament "sélectif" qui s’attaque aux cellules cancéreuses en repérant chez elles une cible précise (récepteur, gène ou protéine) et en épargnant au maximum les cellules saines.
Témoignages de quatre lectrices. Toutes porteuses du BRCA 1 ou 2, elles ont opté pour l’ablation des seins. Une décision difficile qu’elles revendiquent.
C’est un traitement médicamenteux dont l’objectif est de détruire les cellules cancéreuses. Selon les molécules utilisées, elle peut empêcher la division cellulaire ou bloquer la croissance des cellules.
Il y a trente ans, on mourait encore trop souvent d’un lymphome. Aujourd’hui, grâce aux progrès des chimiothérapies et des thérapies ciblées, c’est l’un des cancers que l’on sait le mieux guérir.
Certains chercheurs se demandent si la privation ponctuelle de nourriture n’aiderait pas à combattre le cancer… Terrain glissant, répondent les oncologues.
N’irradier que la tumeur en préservant au maximum les tissus sains avoisinants, c’est désormais possible grâce à la TomoHDA. Dernière génération d’appareil de radiothérapie, cette machine permet un meilleur ciblage du tissu tumoral grâce à des rayons coup
En cas d’altération du gène BRCA1 ou BRCA2, le risque de cancer du sein est multiplié par cinq. Découvrez comment limiter le risque d’apparition d’un cancer du sein.