Une étude parue dans Cell montre que les tumeurs hébergent un microbiote dont la diversité varie d'un individu à l'autre. L'enrichissement de cette flore par transfert de microbiote fécal pourrait permettre de prolonger la survie des malades de cancer.
Les essais cliniques sont essentiels pour faire avancer la science et découvrir de nouveaux traitements efficaces. Mais ces études sont psychologiquement difficiles à supporter pour les malades qui fondent beaucoup d'espoirs dans ces études.
Moovcare n'est pas une application comme les autres : cet outil de surveillance médicale prolonge la survie des patients touchés par un cancer du poumon en les interrogeant simplement sur leurs symptômes. Une prouesse qui lui a valu d'obtenir un avis favorable de la Haute Autorité de Santé, premier pas vers un remboursement par l'Assurance Maladie.
Dernière de la classe en Europe en matière de délais d'accès aux médicaments innovants, la France tente de se (re)lancer dans la course.
Afin de faire chuter les prix des CART-cells - 350 000 euros par patient - Médecins du Monde et Public Eye veulent faire tomber le brevet détenu par Novartis. Les ONG se lancent dans une procédure longue qui a peu de chance de porter ses fruits.
Depuis une dizaine d’années, de nouveaux traitements ont fait leur apparition : les immunothérapies. En stimulant le système immunitaire, elles aident le corps à lutter par lui-même contre le cancer. Point sur les thérapies les plus prometteuses : les anticorps anti-PD-1 et PDL-1.
Remplacer six semaines de radiothérapie par quelques minutes de radiations sous anesthésie ? C’est possible, selon le Pr Jean-Pierre Gérard du centre Antoine Lacassagne de Nice. Il est le créateur de Papillon +, un appareil de radiothérapie qui permet aux patientes de rentrer chez elle le soir-même de leur opération avec leur dose de radiothérapie délivrée en une seule fois. L'appareil est à l'essai. Entretien avec son inventeur.
De plus en plus de malades touchés par un cancer recourent à des plantes ou des compléments alimentaires, souvent sans en informer leur médecin. Ces substances ne sont pourtant pas toujours inoffensives. Le Dr Véronique Pélagatti, pharmacienne à l'Institut universitaire du cancer de Toulouse Oncopole, œuvre à informer les patients sur les risques qu’ils prennent sans le savoir...
Pour la première fois, une étude se focalise sur les femmes en préménopause touchées par un cancer du sein métastatique. Elle démontre que la combinaison d'une hormonothérapie et d'une thérapie ciblée augmente considérablement la survie des patientes.
Plutôt que de chercher de nouvelles molécules innovantes, Christophe Le Tourneau, oncologue médical à l'Institut Curie a décidé de potentialiser l'effet d'un traitement classique : la radiothérapie. Il s'est servi pour cela de nanoparticules. Il nous explique comment ça marche.