Accueil Thème Hormone

Tous nos contenus sur le thème : hormone

Le tissu adipeux peut se comporter comme une véritable éponge, et devenir un réservoir à polluants. Des substances potentiellement toxiques qu’il pourrait libérer en petites quantités tout au long de la vie.
Dans nos aliments, nos cosmétiques, nos produits d'entretien, ils sont partout : les perturbateurs endocriniens. Comment les débusquer, quelles mesures sont prises pour les réduire. On vous explique tout.
Le bénéfice des anti-aromatases sur les récidives de cancer du sein, vanté par les études cliniques, compense-t-il vraiment les effets secondaires qui leurs sont associés ? Nous avons interrogé 2 spécialistes : le Docteur Mouly, gynécologue, et le Docteur Pistilli, cancérologue.
Ils sont partout et la liste de leurs méfaits supposés fait froid dans le dos : cancers hormonodépendants, diabète, troubles de la fertilité… Qui sont-ils  ? Éléments de réponses.
L’hormonothérapie a prouvé son efficacité pour réduire les risques de récidives de cancers du sein hormonodépendants. Si elle est bien tolérée par certaines femmes, elle est responsable d’effets secondaires handicapants pour d’autres. Témoignage.
L’hormonothérapie a prouvé son efficacité pour réduire les risques de récidive de cancers du sein hormono-dépendants. Si elle est bien tolérée par certaines femmes, elle est responsable d’effets secondaires handicapants pour d’autres. Témoignages.
L’hormonothérapie a prouvé son efficacité pour réduire les risques de récidives de cancers du sein hormonodépendants. Si elle est bien tolérée par certaines femmes, elle est responsable d’effets secondaires handicapants pour d’autres. Témoignage.
L’hormonothérapie a prouvé son efficacité pour réduire les risques de récidives de cancers du sein hormonodépendants. Si elle est bien tolérée par certaines femmes, elle est responsable d’effets secondaires handicapants pour d’autres. Témoignage.
Les bouffées de chaleur sont très invalidantes. Elles le sont d'autant plus quand elles sont secondaires à une ménopause induite par les hormonothérapies. Des solutions sans œstrogènes existent mais leur efficacité est limitée.
Rose Association a lancé il y a quelques semaines une pétition pour demander le remboursement d’au moins un traitement sans hormone de la vaginite atrophique.