Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Tout savoir sur l’onco-chirurgie 

{{ config.mag.article.published }} 12 octobre 2011

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Quatre personnes sur cinq atteintes de cancer ont recours à la chirurgie, l’option la plus simple pour retirer la tumeur ou l’organe atteint et les ganglions lymphatiques voisins.

{{ config.mag.article.warning }}

Quel intérêt pour le patient ?

La chirurgie permet d’enlever la tumeur et de reconstruire en même temps, par exemple pour la chirurgie du sein, mais aussi de préserver les fonctions d’un organe, comme dans le cancer colorectal en reconnectant l’intestin avec l’anus, ce qui est évite aux patients d’avoir une poche sur le ventre.

Une opération suffit-elle à nous guérir ?

Oui pour certains cancers diagnostiqués précocement ou pour des lésions précancéreuses comme un polype du côlon, une tumeur de la peau, un cancer débutant du sein…

Pourquoi associe-t-on parfois la chirurgie à d’autres traitements ?

En cas de tumeur trop volumineuse, on prescrit d’abord une chimiothérapie, pour réduire la taille de la tumeur et permettre une ablation moins agressive, voire la conservation de l’organe. On peut également associer la chirurgie à de la radiothérapie, pour détruire les foyers cancéreux disséminés dans l’organe, ou à une chimiothérapie, pour éviter le risque de récidive et de métastases.

Quels ont été les progrès récents ?

Aujourd’hui, on essaie au maximum de conserver l’organe ; la chirurgie devient un geste intégré dans la dynamique des soins. Jadis, la mastectomie totale (ablation du sein) était courante ; aujourd’hui, dans 70 % des cas, on se contente d’extraire la tumeur (tumorectomie).

Pour certains cancers, on bénéficie de la technique du ganglion sentinelle (premier relais ganglionnaire qui draine la tumeur), repéré par coloration et radioactivité puis retiré au début de l’opération. S’il est sain, ce qui reste le cas le plus fréquent pour des cancers précoces, on conserve les ganglions et on évite le curage axillaire (ablation des ganglions sous les aisselles) qui entraîne un risque de « gros bras » et de limitation des mouvements de l’épaule.

Autre progrès, la cœlioscopie, une chirurgie mini-invasive qui permet d’opérer par de petits orifices guidés par une caméra.

Enfin, la radiothérapie peropératoire offre la possibilité d’installer tout de suite, dans la cavité ménagée par la tumorectomie, un appareil délivrant des rayons, ce qui épargne au patient des séances de radiothérapie postopératoire. La radiothérapie peropératoire consiste à cibler le site de la tumeur juste après son ablation. Dans la pratique, les chirurgiens ôtent la tumeur puis irradient la cavité laissée par celle-ci, grâce à un accélérateur d’électrons. Une seule séance est nécessaire.

Dr Françoise Soffray, chirurgien gynécologue-obstétricienne à la clinique Saint-Martin de Pessac et Dr Hubert Crouet, chirurgien gynécologue au centre François-Baclesse de Caen


{{ config.mag.team }}

La rédaction de Rose magazine

Les traitements médicauxTout savoir sur

Tout savoir sur la tumorectomie

Cette opération est la plus pratiquée en cancérologie. Quand est-elle proposée ? En quoi consiste-t-elle ? Comment se déroule l’opération ? On vous dit tout sur la tumorectomie.

5 avril 2024

02:05

VaccinothérapieTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La vaccinothérapie, késako ?

La vaccinothérapie fait partie de ce qu’on appelle les immunothérapies : ces nouveaux traitements dont le but est de stimuler notre organisme pour qu’il lutte par lui-même contre le cancer. Comment ça marche ? On vous explique tout.

8 mars 2024

Mucites et aphtesTout savoir sur

Tout savoir sur la photobiomodulation

Thérapie basée sur la lumière, elle est particulièrement efficace dans le traitement des mucites. Comment elle fonctionne ? Que peut-elle soigner ? On vous explique tout sur la photobiomodulation.

4 mars 2024

02:10

Les soins de supportTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – Les soins de support, késako ?

Ils permettent de mieux supporter les traitements du cancer et leurs effets secondaires : ce sont les soins de support. C'est quoi ? Comment en bénéficier ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

15 février 2024

{{ config.event.all }}

Bordeaux

TraitementsAtelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support ?

20 mars 202414h00 - 15h00

Le Dr Ivan Krakowski, oncologue, vous présentera le rôle des soins supports et vous expliquera comment ils peuvent vous soulager durant les traitements.

Paris

Atelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support

11 mars 202415h00 - 17h00

Docteur Laurent Migniot, médecin, vous présentera le rôle des soins supports durant les traitements . Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) pendant les traitements. Ce programme comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? Prendre soin de soi après l'annonce Gérer son alimentation pendant les traitements

Paris

Image et estime de soiAtelier

ETP* pendant les traitements – Et si l’Activité physique adaptée devenait une thérapie ?

6 mars 202414h00 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Valérie Petit, coach sportive vous présentera les nombreux bienfaits de l'Activité physique adaptée : renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel… Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient* (ETP) pendant les traitements. Il a pour but d'aider le patient et son entourage à acquérir ou maintenir les compétences dont il aura besoin pour gérer au mieux son quotidien avec un cancer. Il comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : - Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports - Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? - Prendre soin de soi après l'annonce - Gérer son alimentation pendant les traitements

Paris

Image et estime de soi

ETP* pendant les traitements – Et si l’Activité physique adaptée devenait une thérapie ?

7 février 202414h00 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Valérie Petit, coach sportive vous présentera les nombreux bienfaits de l'Activité physique adaptée : renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel… Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient* (ETP) pendant les traitements. Il a pour but d'aider le patient et son entourage à acquérir ou maintenir les compétences dont il aura besoin pour gérer au mieux son quotidien avec un cancer. Il comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : - Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports - Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? - Prendre soin de soi après l'annonce - Gérer son alimentation pendant les traitements