Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cheveux : petit point sur les colorations naturelles

{{ config.mag.article.published }} 17 mars 2018

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Vous voulez redonner de la couleur à vos cheveux sans les agresser ? C'est possible avec les teintures naturelles. Nos experts verts vous aident à démêler le vrai des idées reçues.

{{ config.mag.article.warning }}

Ça y est, vos traitements sont enfin terminés. Vous mourez d’envie de jeter votre turban au loin et vous guettez tous les jours vos nouveaux cheveux. En moyenne, ils repousseront un mois après la dernière séance de chimiothérapie, mais autant vous prévenir tout de suite : dans 90 % des cas, ils réapparaîtront poivre et sel, parce que la chimio brûle la mélanine. Possible aussi qu’ils soient plus raides ou au contraire plus ondulés qu’avant. Mais tout devrait rentrer dans l’ordre à un moment (variable…) donné. Quoi qu’il en soit, avant et pendant la phase de repousse, veillez à bien traiter votre cuir chevelu plus ou moins irrité par les rayons, voire hyperréactif aux produits chimiques. D’ailleurs, si vous souhaitez retrouver votre teinture antérieure, oncologues et dermatologues préconisent d’attendre jusqu’à cinq ans, à cause des risques d’allergie et de la sensibilité accrue du cuir chevelu.

Mais si vous pouvez vous en passer, c’est aussi bien… Car la liste des molécules toxiques présentes dans ces produits n’est pas très engageante*… Résultat, des professionnels se sont emparés du problème. Parmi eux, Martine Mahé, créatrice de la marque de soins capillaires La Coiffure par les plantes, et le coiffeur Charley Assoun, cofondateur des salons Biocoiff’, une enseigne aux ingrédients 100 % naturels qu’il a créée il y a dix ans en réaction aux allergies que les produits classiques avaient provoquées chez lui. « L’avantage d’une teinture naturelle, c’est qu’elle agit comme un soin, explique Martine Mahé. Les pigments végétaux enrobent, gainent et protègent le cheveu. Contrairement à une teinture chimique qui ouvre les écailles du cheveu et s’immisce à l’intérieur de la fibre puis, par extension, gagne l’organisme, la teinture naturelle ne pénètre pas et la brillance est immédiate. »

Végétaux, racines, écorces…

Simon Assoun ajoute que « le résultat est renforcé par un diagnostic personnalisé pouvant être réalisé en salon ou en ligne. De plus, si de rares personnes développent une très légère réaction à des composants comme l’indigo, ces effets qui disparaissent au bout de quelques minutes et il n’a été constaté aucune réaction allergique à nos formules ».

« Pour créer une teinture, on sélectionne des végétaux, des racines et des écorces au pouvoir colorant, que l’on réduit en poudre, explique Martine Mahé. Les plantes sont utilisées pures, sans additif chimique, sans ammoniac ni oxydants. On mélange ensuite le tout à de l’eau chaude pour obtenir une pâte prête à l’emploi. »

La teinture peut être appliquée sur tout type de cheveu, sans exception. « L’idée selon laquelle les produits ont une tenue médiocre et n’existent que dans un nombre limité de teintes n’a plus lieu d’être aujourd’hui, indique Simon Assoun. Les nouvelles formules sont longue tenue et la palette de couleurs est illimitée. » « Elles assurent également une couvrance totale des cheveux blancs, renchérit Martine Mahé, et on peut répéter l’opération toutes les trois semaines, sans risques. »

La panacée totale, la coloration verte ? Presque. « Son seul point négatif est que, par son principe même de fonctionnement, elle ne permet pas la décoloration. » En revanche, vous pouvez utiliser ces teintures dès la repousse. La routine minimale plaira aux plus pressées, les économies réalisées ne seront pas négligeables et vous aurez la satisfaction de ne plus vous intoxiquer.

AU VERT, À LA MAISON

Pour les hyperactives, il existe des teintures prêtes à l’emploi qui peuvent même vous arriver directement à la maison, dans une box personnalisée Premiers Pas (Biocoiff’). « Il faut tout d’abord détoxifier le cheveu, par exemple avec un masque à l’argile ou un shampoing aux orties, explique Simon Assoun. Puis, on applique la teinture et on la laisse reposer une heure, soit un peu plus longtemps qu’une teinture chimique. »
Et c’est tout ?
Oui , « mais attention à une chose, ajoute Simon Assoun. De nombreuses teintures
se disent bio, naturelles, aux étiquettes racoleuses. En réalité, certaines contiennent des composants toxiques. Si l’on recherche vraiment un produit 100 % naturel, il faut s’intéresser à la nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques (Inci), au dos du produit, pour s’assurer qu’aucun additif chimique n’est présent parmi les ingrédients. Certaines applications scannent d’ailleurs les produits pour vous ». Notamment l’application gratuite Clean Beauty…

Mathilde Pinquié

*quechoisir.org/decryptage-produits-cosmetiques-les-fiches-des-molecules-toxiques-a-eviter-n2019/


{{ config.mag.team }}

La rédaction de Rose magazine