Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Julie Pietri : “Vous êtes plus fortes que vous ne le pensez”

{{ config.mag.article.published }} 18 avril 2023

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}
Photo : Yves Bottalico

Deux mois après l'annonce de son cancer de l'endomètre sur les réseaux sociaux, Julie Pietri nous raconte comment le soutien de ses fans l'a aidée à surmonter cette épreuve et invite les femmes à faire confiance en leur combativité.

Le 28 février dernier, Julie Pietri annonçait son cancer de l’endomètre sur son compte Instagram. Un message simple, de quelques minutes seulement, filmé à bout de bras avec son portable depuis son salon. C’est dans cet endroit chaleureux, décoré de plantes et de livres d’art, que la chanteuse nous accueille.

Vous avez annoncé votre cancer de l’endomètre par une vidéo postée sur vos réseaux sociaux. Pourquoi ce choix ?

Julie Pietri : Parce que je ne voulais pas que des journaux à potins s’emparent de mon histoire et qu’on raconte n’importe quoi. J’avais peur que les faits soient déformés pour en faire du sensationnalisme. C’est quelque chose qui me révulse. Donc j’ai pris les devants et je l’ai annoncé moi-même, telle que je suis : cash.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Julie.Pietri (@julie.pietriofficiel)

 

Vous avez prononcé le mot “cancer” immédiatement…

Je n’allais pas parler de “maladie”, ça aurait été ridicule. Il faut appeler un chat un chat et arrêter de diaboliser les mots. Les mots sont des mots. Les maux, M-A-U-X, en sont d’autres. Les maux, il faut les soigner.

Dans cette vidéo, vous vous adressez à vos fans à qui vous dites devoir la vérité. Pourquoi est-ce si important pour vous ?

Quand j’ai appris que j’avais un cancer, je venais de sortir mon album Origami. J’avais fait une première date le 15 décembre à Paris à la Nouvelle Ève. Tout un symbole quand on connaît mon blockbuster personnel Ève lève toi (rire). D’autres dates étaient programmées et cette annonce allait tout mettre en suspens. Je me devais de prévenir mon public.

Vous savez, certains me suivent depuis plus de 40 ans. Je retrouve au premier rang de mes concerts des personnes qui étaient déjà là à mon tout premier Olympia en 1987 ! Une telle fidélité c’est précieux. J’ai construit une vie à leur côté et grâce à eux. D’une certaine façon, je leur dois mon existence, qui je suis.

C’est aussi pour recevoir leur soutien que vous avez partagé cette annonce ?

Oui. L’annonce d’un cancer, on la prend en plein cœur. Je savais que toute seule, je n’y arriverai pas. Je suis bien entourée par ma famille, mes amis, mais ils ont leur vie. Et je ne pouvais pas m’écrouler, ce n’est pas mon style.

“Mon public a décuplé mes forces.”

Alors je me suis dit que j’allais le dire à mon public parce que grâce à eux, j’allais pouvoir lutter. Comme dans la chanson de Brel, j’ai eu envie qu’on me dise : “Non Jef, t’es pas tout seul !”. Et c’est ce qui s’est passé : j’ai reçu plus de 15 000 messages !

Qu’est-ce qui vous a le plus touchée ?

Les messages qui me disaient : “Tu ne lâches rien parce que, nous, on te connait depuis qu’on est ado et tu ne peux pas ne plus être là ! Tu tiens le coup parce qu’on est là et tu ne peux pas nous laisser”. Ça a décuplé mes forces. Non, je n’étais pas toute seule. J’ai découvert aussi qu’il y avait énormément de personnes atteintes de cancer. On allait lutter ensemble.

Cela a été aussi facile de l’annoncer à vos proches ?

Non, je suis assez secrète avec les miens. Je ne sais pas pourquoi. J’ai peut-être peur de les traumatiser… Je n’ai pas osé le dire à mon vieux papa qui va avoir 97 ans. Certaines personnes de ma famille l’ont appris en regardant la vidéo sur instagram. Quant à ma fille, c’est elle qui m’a dit : “Arrête de tourner autour du pot, je te connais. C’est ce à quoi je pense ?”. Je lui ai répondu tout simplement : “Oui, c’est un cancer.

Comment s’est passée votre prise en charge ?

Extrêmement bien. J’ai eu un chirurgien formidable, très consciencieux et très prudent. Il m’a expliqué que je devais subir une hystérectomie. Lors de la première opération, il n’a rien touché car il avait un doute sur le fait que la tumeur se soit étendue au péritoine. Finalement les examens se sont révélés négatifs et il a pu opérer.

« Ne plus avoir d’utérus ne m’empêche pas d’être une femme. »

La veille de cette seconde opération, j’ai été prise de crises de panique. Je pense que les ascenseurs émotionnels que j’avais absorbés pendant les derniers mois sont ressortis. Heureusement, j’ai été accompagnée par une psychologue qui m’a beaucoup calmée. Et le jour de l’opération, j’étais sereine.

Aujourd’hui, je suis en forme, prête à commencer mes séances de radiothérapie. Après, je pourrai mettre tout ça derrière moi.

Comment vivez-vous le fait de vivre sans utérus ?

Je n’ai pas eu peur de tout enlever. De retirer “le package de la femme”. Ça a servi, ça ne sert plus à rien, allez hop ! Et ça ne m’empêchera pas d’être une femme !

Ce n’est pas la première fois que vous êtes opérée de l’endomètre…

Oui, je souffre d’endométriose depuis mes 12 ans. Les douleurs étaient telles que j’en tombais dans les pommes. J’ai été opérée en 1987, quelques mois avant mon premier Olympia, pour retirer un fibrome de la taille d’un pamplemousse. J’ai eu beaucoup de mal à m’en remettre. En même temps, c’est grâce à cette opération que j’ai pu attendre ma fille, Manon. Et puis, Manon s’est présentée par le siège, il a donc fallu réouvrir. J’avais un utérus cicatriciel, il aurait de toute façon fallu que j’accouche par césarienne.

Alors, forcément, quand on m’a dit qu’on allait ouvrir une nouvelle fois pour l’hystérectomie, ça m’a rappelé une période de souffrance. Mais, comme toujours, je me suis dit que si je voulais m’en sortir, il fallait que ça sorte de moi. Que j’expulse le squatteur. Je lui ai donné des petits noms : Marcelo, Arturo. Je ne sais pas pourquoi des noms à consonance italienne. Ça doit me rappeler les machos italiens (rire). C’est une caricature mais je trouve que ça va bien au cancer.

Avez-vous eu peur de ne plus être en mesure de chanter après ça ?

Oui, surtout à cause de l’intubation. J’avais été traumatisée par une opération précédente après laquelle j’avais mis 6 mois à retrouver ma voix. J’en ai tout de suite parlé à l’anesthésiste pour qu’elle fasse attention à mes cordes vocales. Eh bien, cette femme a été formidable : trois anesthésies générales et ma voix est impeccable. Je la remercie profondément.

Vous allez donc pouvoir remonter sur scène ?

Oui, on va reprendre l’Origami Tour et cette tournée pour fêter mes 40 ans de carrière qui avait été stoppée par le Covid. Dès la fin de la radiothérapie, je vais reprendre les cours de chant. La semaine dernière, j’ai même pu faire ma première séance de sport. Je suis au taquet !

Avez-vous un message pour les femmes qui nous lisent et qui traversent la même épreuve ?

Faites confiance à ce corps qui vous porte depuis toujours. Chouchoutez-le, prenez-en soin, il est là pour vous aider à guérir. Ne le considérez pas comme un ennemi. C’est Marcelo qu’il faut éjecter, le corps, lui, il faut l’aimer.

Et puis, on est sacrément fortes, nous, les femmes pour affronter les épreuves : c’est nous qui avons des règles, qui portons des enfants, … On a l’habitude d’être combatives. Je n’ai pas dit que c’était simple mais faites vous confiance : vous êtes uniques et beaucoup plus fortes que vous ne le pensez !

le cancer de l'endomètre les conséquences sur la vie intime - roseupassociation-rosemagazine
Illustration : Julie Bernard

LIRE AUSSI : Cancer de l’endomètre – En guérir et (re)jouir

Propos recueillis par Emilie Groyer

Photo : Yves Bottalico


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Films et sériesActualité

Cancer, jeunesse et réseaux sociaux

Ils s’appellent Marriah, Lucie, Jolann et Victorine… Ils ont grandi avec les réseaux sociaux et c’est naturellement qu’ils s’en sont servi pour parler de leur cancer découvert alors qu’ils n’avaient qu’une vingtaine d’années. Ils témoignent dans Les Vivants, un documentaire lumineux, signé Hélène Lam Trong et Jérémy Bulté.

28 février 2024

17:23

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Catherine : « J’avais tout idéalisé et rien ne s’est passé de cette façon-là »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Catherine. Ce sont de fortes douleurs au ventre qui poussent Catherine à aller aux urgences. Après quelques semaines d’errance diagnostique, le couperet tombe : cancer du colon. Il faut opérer. Prise en main par un chirurgien avenant et rassurant, elle est sûre que tout va bien se passer. Sauf que…

26 février 2024

25:21

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Carène : « Je rentre dans un escape game et il faut en sortir la meilleure »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Carène. Tout a commencé par une gêne dans la bouche que son médecin attribue d’abord à un aphte. Mais l’aphte ne disparaît pas. Une consultation chez une ORL révélera qu’il s’agit en fait d’un cancer de la langue. Elle ne savait même pas que cela existait. Passé le choc, elle n’a plus qu’une seule idée en tête : tout faire pour s’en sortir.

12 février 2024

17:00

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Stéphanie : « Là, l’épée de Damoclès que tu avais sur la tête tombe »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Stéphanie. Stéphanie aimerait avoir un deuxième enfant. Parce qu’elle est atteinte d’une maladie génétique, elle doit recourir à une fécondation in vitro. Et parce qu’elle a la quarantaine, on lui demande de passer une mammo. Une première pour elle.

29 janvier 2024

{{ config.event.all }}

Bordeaux

Atelier

Goûter mensuel

27 mars 202415h00 - 16h30

Nous vous invitons à un goûter mensuel au sein de la Maison RoseUp de Bordeaux. Convivialité et bonne humeur sont au rendez vous pour ce temps de partage entre adhérentes. 

Bordeaux

Atelier

Café RoseUp -Spécial Cures thermales

7 mars 202415h00 - 16h30

Nous vous invitons à venir nous retrouver avec Valérie, une patiente partenaire qui a traversé un cancer pour poser vos questions et pour partager vos ressentis et votre expérience autour d'un thème. Ce moment de partage est organisé autour d'un goûter convivial et chaleureux. C'est un rendez vous thématique bimensuel. Le thème peut être revu le jour de l'atelier suivant les retours de chacune des participantes.

Bordeaux

Estime de soiAtelier

Cycle thématique se réconcilier avec son corps- Café RoseUp – Groupe d’entraide avec une Patiente Partenaire

19 mars 202415h00 - 16h30

Nous vous invitons à venir nous retrouver avec Valérie, une patiente partenaire qui a traversé la maladie pour partager . vos ressentis , vos questions et expérience autour d'un thème. Ce moment de partage est organisé autour d'un goûter convivial et chaleureux. C'est un rendez vous thématique bimensuel. Le thème peut être revu le jour de l'atelier suivant les retours de chacune des participantes.

Bordeaux

Atelier

Hors les Murs à Sainte Foy La Grande – Café RoseUp

16 février 202410h15 - 12h00

Dans le cadre de notre projet Hors les murs, nous vous invitons à venir nous retrouver à Sainte Foy La Grande afin de participer à un temps d'échange avec Elisabeth, une patiente partenaire qui a traversé la maladie pour partager, vos ressentis, vos questions et expérience autour d'un thème. Ce moment de partage est organisé autour d'un goûter convivial et chaleureux. Le thème peut être revu le jour de l'atelier suivant les retours de chacune des participantes.