Tout savoir sur les prothèses mammaires externes

Vous vous posez des questions sur les prothèses externes qui viendront rembourrer vos soutiens-gorge en attendant la reconstruction (ou pas) ? Marie Heckel, conseillère de vente chez Garance Paris(1) et formée à la délivrance des prothèses mammaires externes, répond à vos questions.

Tout savoir sur les prothèses mammaires externes - roseup association

Il existe des prothèses en mousse et en silicone. Quelle est la différence ?

Les prothèses en mousse sont garnies de polyesther et entourées d’une housse en tissu. La partie en contact avec la peau est en coton. Ce sont des prothèses transitoires que l’on va porter les 2 premiers mois après l’opération car elles sont très légères.
Les prothèses en silicone, plus proches du sein naturel du point de vue de la forme et du toucher, prennent ensuite le relai. Elles sont plus lourdes que les modèles en mousse. C’est pour cela qu’elles sont proscrites dans les 2 premiers mois suivant l’opération : elles pourraient provoquer des douleurs à l’épaule. Passé ce délai, elles sont conseillées car elles équilibrent le poids du sein restant et incitent les femmes à se redresser.
Parmi les prothèses en silicone, on distingue les modèles standard et techniques. Les prothèses techniques sont prescrites en cas d’œdème, de lymphœdème, de douleurs cervicales ou dorsales, de cicatrices irrégulières, d’adhérences cicatricielles, d’arthrose, de bouffées de chaleur ou d’hypersudation. Dans tous les cas, c’est votre médecin qui décidera quelle prothèse est la plus adaptée.

Existe-t-il différents modèles de prothèses en silicone ?

Tout à fait.
Certaines marques1 proposent des prothèses ultralégères. Elles ont la particularité d’être creusées ce qui réduit leur poids jusqu’à 60% par rapport à des prothèses classiques. Elles sont particulièrement adaptées aux femmes sportives ou souffrant de lymphœdème au bras. Elles peuvent aussi être conseillées aux femmes qui se font reconstruire par expandeur : leur cavité permet en effet d’accueillir l’implant.
Il existe aussi des prothèses complémentaires adaptées aux tumorectomies. Elles vont redonner du volume à la zone du sein lésée.
Et puis, il y a les prothèses « contact » qu’on colle à même la peau. Elles présentent l’avantage de pouvoir être portées avec des dos nus ou des soutiens-gorge classiques, c’est-à-dire qui ne comportent pas de poche pour mettre la prothèse. Mais attention : ces prothèses ne peuvent pas être prescrites comme première prothèse silicone en raison de la présence de colle. Dans tous les cas, il faut vérifier auprès de son médecin qu’il n’y a pas de contre-indication à leur port.

Comment puis-je entretenir ma prothèse ?

Pour les prothèses en mousse, il est possible de laver l’enveloppe externe à la main, sans trop l’essorer. Mais attention, il ne faut pas laver la mousse : elle risquerait de se tasser.
Les prothèses en silicone se lavent simplement avec du savon et de l’eau.

Est-ce que je peux me baigner avec ?

Pas avec la prothèse en mousse. En revanche, pas de problème avec les prothèses en silicone. Il faudra juste veiller à bien la rincer après la baignade, comme vous le faites pour votre maillot de bain.

Sont-elles remboursées ?

Oui, elles sont entièrement remboursées par l’assurance maladie. Le montant de la prise en charge est de 180€ pour une prothèse standard et 240€ pour une technique.
Il est important de savoir que si vous optez pour une prothèse technique alors que votre médecin vous a prescrit un modèle standard, les 60€ de différence seront à votre charge.

Puis-je acheter mes prothèses n’importe où ?

Non. Pour que vos prothèses soient remboursées, elles doivent avoir été vendues par une personne formée à la délivrance des prothèses mammaires externes2. C’est pourquoi les prothèses vendues sur internet ne sont pas prises en charge.
Il faut vous rendre dans un magasin spécialisé qui aura parmi son personnel une personne habilitée (vous pouvez demander à voir l’attestation de formation au besoin). Les pharmaciens, orthésistes ou orthopédistes sont également autorisés à délivrer des prothèses.

De quels documents ai-je besoin pour demander mon remboursement ?

Vous aurez besoin de l’ordonnance du médecin et de la fiche d’accompagnement à la prescription. Si le médecin oublie de vous donner la fiche d’accompagnement – ce qui arrive parfois – vous pouvez la télécharger vous-même sur le site Legifrance (dans la partie « Annexe », ndlr).

Combien de temps dois-je attendre pour les renouveler ?

La première prothèse en silicone se garde 1 an. On peut ensuite renouveler sa prescription tous les 18 mois. 

Dois-je attendre d’avoir été opérée pour acheter ma prothèse ?

Pas du tout. À partir du moment où vous avez votre ordonnance pour votre prothèse transitoire, vous pouvez vous rendre dans un magasin spécialisé. La conseillère prendra les mesures de votre sein pour vous proposer le modèle le plus proche de votre anatomie.

Le choix de la prothèse prend-il du temps ?

Quand il s’agit d’un premier achat, il faut prévoir au moins 45 minutes avec la conseillère. Vous allez garder votre prothèse au moins un an alors autant ne pas se tromper. D’autant qu’on ne vous l’échangera pas. Si vous avez un doute, n’hésitez pas à revenir plusieurs fois en boutique, voire d’en changer si vous ne vous sentez pas à l’aise avec la vendeuse.

Propos recueillis par Emilie Groyer

1. Garance Paris, 27 rue Domremy, Paris 13ème
2. Il existe 3 fournisseurs de prothèses mammaires externes : Thuasne, Amoena et Anita
3. Depuis le 1er mai 2019, les professionnels délivrant des prothèses mammaires externes doivent justifier de l’attestation d’une formation dédiée. Les orthopédistes orthésistes et les pharmaciens orthopédistes, titulaires d’un DU d’orthopédie, en sont exemptés.