Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Accès aux essais cliniques : guérir comme par hasard ?

{{ config.mag.article.published }} 25 mai 2019

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Les essais précoces intègrent des patients qui doivent tous remplir les mêmes critères, puis sont tirés au sort. Une sélection très mal vécue par les « exclus ».

{{ config.mag.article.warning }}

À 40 ans, Charlotte a déjà traversé un premier cancer du sein. Avant de devoir affronter une récidive avec des métastases : « Mon oncologue m’a proposé de participer à un essai clinique. La première phase consistait à rechercher 8 anomalies génétiques “ciblables” par de nouveaux traitements. Pendant la 2ème phase, si une cible était identifiée, vous étiez tiré au sort pour recevoir soit un traitement ciblé, soit du Xeloda [nom de marque d’une chimiothérapie à base de capecitabine, un traitement standard dans cette situation, NDLR]. Et si aucune cible n’était trouvée, vous receviez soit une immunothérapie, soit du Xeloda. J’ai été choquée par ce tirage au sort : comment peut-on tirer au sort des vies humaines ? Avec tout ce qu’on entend sur l’efficacité des immunothérapies et des traitements ciblés, je voulais absolument en bénéficier ! J’ai donc accepté de participer.

Pendant la première phase, j’ai reçu du Xeloda, qui devait stabiliser les métastases. Mais ça n’a pas marché sur moi. Mon oncologue m’a donc annoncé que je ne pouvais plus participer à l’essai clinique. Là, j’étais sidérée : parce que le traitement standard ne fonctionnait pas sur moi, parce que j’allais plus mal, je n’avais plus droit à rien ? Depuis, j’ai mieux compris. J’ai compris que je ne voyais que le caractère aléatoire du tirage au sort et pas celui d’un traitement nouveau aux effets mal connus. J’ai compris que, dans l’essai, j’aurais risqué de recevoir du Xeloda, alors que si je le quittais on allait me proposer un autre traitement. »

Le témoignage de Charlotte est révélateur de la situation psychologique dans laquelle se trouvent les patients qui décident, ou non, de participer à un essai clinique, puis qui sont intégrés, ou non, et enfin qui reçoivent, ou non, un traitement expérimental, synonyme pour eux d’immense – et dans certains cas dernier – espoir… Mais il montre aussi à quel point les explications et l’accompagnement sont nécessaires.

Pourtant, tous les renseignements sont normalement donnés au patient candidat. Il doit être informé des risques comme des bénéfices possibles de l’un et l’autre des traitements. Mais face au médecin, face à ces informations nombreuses et complexes, dans une situation de vulnérabilité et d’inquiétude, il lui est souvent difficile de tout assimiler, de ne pas se laisser submerger par ses émotions… Ces explications sont donc également reprises dans une fiche d’information et de consentement qu’il va pouvoir relire chez lui tranquillement avec ses proches ou son médecin traitant.

De nombreux éléments entrent en effet en ligne de compte dans la décision d’un patient de participer ou non à un essai clinique : la chance d’avoir accès à un médicament innovant, le désir de contribuer à la connaissance scientifique, la perception des risques, des facteurs émotionnels (anxiété, espoir…), la confiance qu’on a en son médecin ou la pression à participer qu’il peut faire subir, la foi qu’on place dans le progrès médical, l’avis des proches…

Il ne faut pas hésiter à poser toutes ces questions au médecin investigateur pour pouvoir prendre sa décision en réelle connaissance de cause. Par ailleurs, rappelle Marie Lanta, chargée de mission information des patients à La Ligue contre le cancer, il faut aussi avoir à l’esprit que « ne pas recevoir la nouvelle molécule n’est pas forcément négatif : elle ne sera pas forcément meilleure ». Elle ajoute que, « dans le cadre d’un essai clinique, on est très surveillé – ce qui est positif –, mais que, souvent, il y a également plus de rendez-vous, d’examens et de contraintes, ce dont il faut tenir compte ».

Enfin, rappelons qu’un participant reste à tout moment libre de sortir de l’essai clinique sans avoir à justifier son choix. Son médecin lui prescrira alors le traitement de « routine » le plus approprié à sa situation. Et si les effets indésirables du traitement testé se révèlent trop importants, le médecin peut également faire sortir un patient du protocole, voire interrompre l’ensemble de l’essai.

Charlotte, quant à elle, s’est vu proposer un nouveau protocole qu’elle « s’est empressée d’accepter. Mais je recommande à chacun de ne pas hésiter à rappeler son oncologue après une telle décision, si on a des inquiétudes ou des questions dans les jours qui suivent ».

Valérie Devillaine

Retrouvez cet article dans Rose Magazine (Numéro 16, p. 54)


{{ config.mag.team }}

La rédaction de Rose magazine

Recherche et essais cliniquesC'est quoi la différence

Essais cliniques. Phases 1, 2, 3, c’est quoi la différence ?

Les essais cliniques permettent de déterminer l’efficacité et la toxicité d’un médicament. Cette évaluation comporte 3 phases. Quelles sont leurs différences dans le cadre du cancer ? On vous explique.

12 avril 2024

02:05

VaccinothérapieTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La vaccinothérapie, késako ?

La vaccinothérapie fait partie de ce qu’on appelle les immunothérapies : ces nouveaux traitements dont le but est de stimuler notre organisme pour qu’il lutte par lui-même contre le cancer. Comment ça marche ? On vous explique tout.

8 mars 2024

01:00

Symptômes et diagnosticTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La radiologie interventionnelle, késako ?

Aujourd’hui, on vous dit tout sur cette technologie de pointe qu’est la radiologie interventionnelle. Ça sert à quoi ? Comment ça marche ? Quels sont ses avantages ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

9 février 2024

01:53

ImmunothérapiesTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – L’immunothérapie, késako ?

L'immunothérapie a révolutionné la lutte contre le cancer. Son but principal est d’aider le corps du patient à lutter par lui-même contre la maladie, en stimulant son système immunitaire. Comment ça marche ? Qui est concerné ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

26 janvier 2024

{{ config.event.all }}

Bordeaux

TraitementsAtelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support ?

20 mars 202414h00 - 15h00

Le Dr Ivan Krakowski, oncologue, vous présentera le rôle des soins supports et vous expliquera comment ils peuvent vous soulager durant les traitements.

Paris

Atelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support

11 mars 202415h00 - 17h00

Docteur Laurent Migniot, médecin, vous présentera le rôle des soins supports durant les traitements . Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) pendant les traitements. Ce programme comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? Prendre soin de soi après l'annonce Gérer son alimentation pendant les traitements

Paris

Image et estime de soiAtelier

ETP* pendant les traitements – Et si l’Activité physique adaptée devenait une thérapie ?

6 mars 202414h00 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Valérie Petit, coach sportive vous présentera les nombreux bienfaits de l'Activité physique adaptée : renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel… Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient* (ETP) pendant les traitements. Il a pour but d'aider le patient et son entourage à acquérir ou maintenir les compétences dont il aura besoin pour gérer au mieux son quotidien avec un cancer. Il comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : - Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports - Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? - Prendre soin de soi après l'annonce - Gérer son alimentation pendant les traitements

Paris

Image et estime de soi

ETP* pendant les traitements – Et si l’Activité physique adaptée devenait une thérapie ?

7 février 202414h00 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Valérie Petit, coach sportive vous présentera les nombreux bienfaits de l'Activité physique adaptée : renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel… Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient* (ETP) pendant les traitements. Il a pour but d'aider le patient et son entourage à acquérir ou maintenir les compétences dont il aura besoin pour gérer au mieux son quotidien avec un cancer. Il comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : - Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports - Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? - Prendre soin de soi après l'annonce - Gérer son alimentation pendant les traitements