{{ config.search.label }}

Suggestions

soin de support beauté et cancer socio-esthétique onco-esthétique perte de cheveux perte de sourcils ongles fragiles détente et bien-être cancer du sein sport adapté au cancer perte des cils témoignage autour du cancer activité physique adaptée coronavirus maquillage cancer métastatique gestion du stress apa prenez la une focus cancer du sein psycho être maman et avoir un cancer mastectomie  grossesse et cancer reconstruction mammaire essai clinique contre le cancer coiffure enfant cheveux innovation contre le cancer

{{ config.home }} > {{ config.mag.label }} > Article > Décryptage > Cancer du col de l’utérus : le frottis remplacé par le test HPV pour les femmes de plus de 30 ans

Cancer du col de l’utérus : le frottis remplacé par le test HPV pour les femmes de plus de 30 ans

La Haute Autorité de Santé recommande le test HPV dans le dépistage du cancer du col de l’utérus, plus performant que le frottis.

{{ config.mag.categories }}
Décryptage Dépistage
{{ config.mag.tags }}
frottis HPV papillomavirus recherche

Le changement de pratique avait été évoqué en mai 2018 lors du lancement du dépistage organisé du cancer du col de l’utérus (lire notre article : « Enfin un dépistage organisé pour le cancer du col de l’utérus »), la décision de la Haute Autorité de Santé vient de l’appuyer : le test HPV devrait dorénavant être proposé en première intention pour les femmes de plus de 30 ans.

La HAS recommande en effet de remplacer le dépistage actuel par frottis par la détection du papillomavirus, virus responsable de la grande majorité des cancers du col de l’utérus. « Comme l’examen cytologique, [le test HPV] est réalisé à partir d’un prélèvement cervico-utérin. Chez les femmes de plus de 30 ans, il s’avère nettement plus efficace pour réduire l’incidence du cancer du col de l’utérus » argumente la HAS. En pratique, le premier test HPV serait réalisé 3 ans après le dernier examen cytologique normal puis, tous les 5 ans si le résultat s’avère négatif.

Ce nouvel examen présente un autre avantage : il ne nécessite pas l’intervention d’un gynécologue. Il est donc envisagé d’envoyer des auto-tests, comme c’est actuellement le cas pour le cancer colorectal, aux femmes isolées qui ne bénéficient pas d’un suivi régulier.

Une formation nécessaire pour les gynécologues

Ce changement de pratique nécessitera un bon accompagnement des patientes et une formation des gynécologues à l’interprétation des résultats pour ne pas inquiéter inutilement. Comme l’a rappelé Jean-Luc Mergui, ancien président de la Société Française de Colposcopie et de Pathologie Cervico-Vaginale : « De nombreuses femmes peuvent avoir le virus mais peu ont des lésions. » L’HPV disparaît spontanément dans la majorité des cas. S’il est positif, le test HPV devra donc être complété par une cytologie qui, si elle s’avère positive, sera elle-même suivie d’une colposcopie.

Dépistage organisé du cancer du col de l'utérus : letest HPV doit être complété par une cytologie et une colposcopie en cas de test positif. Roseup association. Face aux cancers osons la vie
Diapositive présentée lors de la conférence de presse de la SFCPCV qui s’est tenue le 9 janvier 2020.

Le frottis ne sera donc pas abandonné et reste la référence pour les femmes de moins 30 ans : « Les infections à HPV transitoires sont très fréquentes chez les femmes jeunes. Leur détection exposerait de fait à des traitements inappropriés, augmentant ainsi les risques de complications lors de grossesses ultérieures » explique la HAS.

Suite à ces recommandations, l’Union nationale des caisses d’assurance maladie a inscrit le test HPV sur la liste des actes remboursables. Cette décision prendra effet le 1er avril 2020.

Emilie Groyer

Mis à jour le 10 février 2020

{{ config.newsletters.subscribe.email }}
{{ config.newsletters.subscribe.firstname }}
{{ config.newsletters.subscribe.lastname }}

{{ config.video.title }}


La boutique RoseUp


{{ config.mag.related }}

2 septembre 2019

Décryptage

Cancer : le sucre, l’ennemi numéro un ?

22 août 2019

Décryptage

Le point sur les essais cliniques

15 juillet 2019

Facteurs de risque

Cinq idées reçues sur le cancer du poumon

6 octobre 2020

Reportage

En maraude avec le Frottis truck

RoseUp Association

L'Association RoseUp est une association d'intérêt général fondée par des patients et des proches de patients. Elle informe, soutient les personnes touchées par le cancer et leurs proches, et défend leurs droits. L'association édite notamment un magazine semestriel gratuit, haut de gamme, destiné aux femmes malades de cancer : Rose Magazine.

L'Association a reçu du Ministère de la santé l'agrément national de représentation des usagers de santé auprès des instances publiques.

Face aux cancers, osons la vie !






© 2022 - RoseUp Association

{{ config.cookies.manage }}