Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer du col de l’utérus : bientôt un test HPV pour les femmes de plus de 30 ans

{{ config.mag.article.published }} 12 juillet 2019

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

La Haute Autorité de Santé recommande le test HPV dans le dépistage du cancer du col de l'utérus, plus performant que le frottis.

{{ config.mag.article.warning }}

Le changement de pratique avait été évoqué en mai 2018 lors du lancement du dépistage organisé du cancer du col de l’utérus (lire notre article : « Enfin un dépistage organisé pour le cancer du col de l’utérus »), la décision de la Haute Autorité de Santé vient de l’appuyer : le test HPV devrait dorénavant être proposé en première intention pour les femmes de plus de 30 ans.

La HAS recommande en effet de remplacer le dépistage actuel par frottis par la détection du papillomavirus, virus responsable de la grande majorité des cancers du col de l’utérus. « Comme l’examen cytologique, [le test HPV] est réalisé à partir d’un prélèvement cervico-utérin. Chez les femmes de plus de 30 ans, il s’avère nettement plus efficace pour réduire l’incidence du cancer du col de l’utérus » argumente la HAS. En pratique, le premier test HPV serait réalisé 3 ans après le dernier examen cytologique normal puis, tous les 5 ans si le résultat s’avère négatif.

Ce nouvel examen présente un autre avantage : il ne nécessite pas l’intervention d’un gynécologue. Il est donc envisagé d’envoyer des auto-tests, comme c’est actuellement le cas pour le cancer colorectal, aux femmes isolées qui ne bénéficient pas d’un suivi régulier.

Une formation nécessaire pour les gynécologues

Ce changement de pratique nécessitera un bon accompagnement des patientes et une formation des gynécologues à l’interprétation des résultats pour ne pas inquiéter inutilement. Comme l’a rappelé Jean-Luc Mergui, ancien président de la Société Française de Colposcopie et de Pathologie Cervico-Vaginale : « De nombreuses femmes peuvent avoir le virus mais peu ont des lésions. » L’HPV disparaît spontanément dans la majorité des cas. S’il est positif, le test HPV devra donc être complété par une cytologie qui, si elle s’avère positive, sera elle-même suivie d’une colposcopie.

Dépistage organisé du cancer du col de l'utérus : letest HPV doit être complété par une cytologie et une colposcopie en cas de test positif. Roseup association. Face aux cancers osons la vie
Diapositive présentée lors de la conférence de presse de la SFCPCV qui s’est tenue le 9 janvier 2020.

Le frottis ne sera donc pas abandonné et reste la référence pour les femmes de moins 30 ans : « Les infections à HPV transitoires sont très fréquentes chez les femmes jeunes. Leur détection exposerait de fait à des traitements inappropriés, augmentant ainsi les risques de complications lors de grossesses ultérieures » explique la HAS.

Suite à ces recommandations, l’Union nationale des caisses d’assurance maladie a inscrit le test HPV sur la liste des actes remboursables. Cette décision prendra effet le 1er avril 2020.

Emilie Groyer

Mis à jour le 10 février 2020


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

51:36

Facteurs de risque et prévention {{ config.replay.label }}

Les cancers liés aux HPV – le Pr Badoual répond à vos questions

Beaucoup d'idées reçues circulent autour des cancers liés aux papillomavirus ou HPV. Le Pr Badoual, chef du service d'anatomie pathologie à Hôpital Européen Georges-Pompidou, démêle le vrai du faux. *Ce webinaire vous a été offert par RoseUp association. Si vous souhaitez soutenir nos actions, n’hésitez pas à adhérer : https://soutenir.rose-up.fr/adhesion/.... Merci !* Ce webinaire a été enregistré le 10 mai 2023.

5 février 2024

Facteurs de risque et préventionDécryptage

Cancer du col de l’utérus : ce cancer que l’on pourrait éviter…

Le cancer du col de l'utérus touche plus de 3000 femmes en France par an. Lié à une infection par un papillomavirus, ce cancer pourrait être éradiqué grâce au dépistage et à la vaccination. En Australie, c’est presque le cas. Et ici ? Où en est-on ? On fait le point.

8 janvier 2024

Symptômes et diagnosticVrai-Faux

Cancers liés aux HPV : le vrai du faux

Souvent considérée comme honteuse, l'infection par un HPV touche pourtant la grande majorité des personnes ayant une activité sexuelle. Entre tabous et idées reçues, on démêle le vrai du faux autour des HPV.

13 février 2023

Témoignages

« J’ai découvert que mon cancer anal était dû à un papillomavirus »

Depuis juin 2020, Garlon Dreneuc sait que son cancer anal est devenu métastatique. À l’origine de sa maladie ? Un papillomavirus (HPV). Un cancer rare qui peut être évité grâce au vaccin contre le HPV. Un geste de prévention simple sur lequel cette professeure-documentaliste, maman, voyageuse, amoureuse de la vie surtout, et qui lutte désormais pour sa survie, veut sensibiliser à travers une chronique décalée. Plutôt que de se raconter, elle a préféré se glisser, sans peur et avec humour, dans la tête de son ennemi intime. Récit.