Accueil Article Actualité

Actualité

Un composant contenu dans le venin d’abeilles pourrait être utilisé pour donner naissance à un traitement novateur des cancers du sein triple négatif ou HER-2, suggère une étude australienne. Des résultats encourageants, mais qui nécessitent encore des travaux complémentaires avant d’éventuelles retombées thérapeutiques.
Avec l'application du décret du 30 août, les salariés vivant sous le même toit que des personnes à risque face au Covid-19 ne peuvent plus bénéficier d'un certificat d'isolement.
Un décret est attendu incessamment, mettant fin au certificat d'isolement, qui permettait aux personnes à risque de formes graves de Covid-19 et à leurs proches de ne pas se rendre sur leur lieu de travail. Notre association s'élève avec force contre cette mise en danger des citoyens les plus fragiles.
L'immunothérapie représente un espoir pour bon nombre de patientes atteintes d'un cancer du sein triple négatif. Les résultats décevant d'un essai clinique sur la seule immunothérapie actuellement autorisée en France remet en cause son accès. Une décision qui pourrait constituer une réelle perte de chance pour les malades.
La Maison Rose de Paris a fêté sa réouverture autour d'un pique-nique. L'occasion de renouer les liens après ces mois de confinement.
Une étude française en vie réelle se penche enfin sur les raisons de l'inobservance de l'hormonothérapie et sur les risques pour les malades. Le Dr Pistilli, oncologue à Gustave Roussy, qui a mené cette étude nous explique ce que ces résultats vont changer.
Les thérapies ciblées sont efficaces pour éviter les récidives chez certains patients atteints d'un cancer du poumon. C'est ce que montre une étude présentée à l'ASCO qui pourrait bien changer la prise en charge des patients.
Une étude présentée cette année à l'ASCO démontre que l'immunothérapie réduit considérablement le risque de décès des malades atteints par un cancer de la vessie métastatique. Ces résultats sans précédent devraient rapidement changer les pratiques.
Les malades de cancer sont considérés "à risque", sur la foi de données chinoises publiées en début de pandémie. Pourtant, des études menées par l'Institut Gustave Roussy et le centre Léon Bérard de Lyon montrent, dans ces hôpitaux de cancérologie, des taux de létalité deux fois inférieurs aux chiffres chinois. Sans toutefois s'accorder sur leur interprétation.
Alors que l'épidémie de covid-19 marque le pas dans de nombreuses régions, la majorité des chirurgies de reconstructions mammaires restent ajournées. Pourtant, la reconstruction fait partie intégrante du traitement du cancer. Les patientes s'inquiètent de voir leur chemin vers une guérison physique et psychique stoppé net.