Accueil Article Actualité

Actualité

Une étude menée auprès de femmes malades de cancers du sein révèle que l'hormonothérapie a, à long terme, des impacts plus délétères sur la qualité de vie que la chimiothérapie. Une réalité aujourd'hui (enfin) documentée. Qui permet de parler, pour la première fois, des conditions d'une "désescalade" de l'hormonothérapie.
Une étude clinique, conduite par une équipe de l’Institut Curie, combine pour la première fois un vaccin thérapeutique contre le papillomavirus à une immunothérapie pour lutter plus efficacement contre les cancers liés à ce virus. Les résultats, bien que préliminaires, sont prometteurs.
Le Dr Barbara Pistilli, oncologue médical à Gustave Roussy, revient pour nous sur les grandes annonces faites cette année au congrès de l'ESMO dans le domaine du cancer du sein.
Combiner immunothérapie et chimiothérapie accroit les chances de faire disparaître les tumeurs du cancer du sein triple négatif. C'est ce que montre une étude présentée aujourd'hui à l'ESMO. Une grande première pour un traitement innovant réservé jusque-là aux cancers en phase avancée.
Que faut-il retenir des annonces faites dans le traitement du cancer de l'ovaire ? Le Dr Olivier Tredan, oncologue médical au centre Léon Bérard (Lyon) nous répond.
Présentée aujourd’hui à l’ESMO, une étude française montre que la combinaison olaparib et bevacizumab dans le traitement de maintenance du cancer de l'ovaire prolonge de manière significative la survie sans progression de certaines patientes. Des résultats qui pourraient conduire les oncologues à changer leur pratique.
Claudy souffre d'un cancer du sein hormonodépendant. Les traitements risquant de la rendre stérile, on lui propose un prélèvement d'ovocytes. Problème : impossible dans son cas de stimuler ses ovaires à cause des hormones qui risquent d'aggraver son cancer. Les médecins de l'hôpital Antoine-Béclère tentent une MIV, une première mondiale en oncologie. La réussite s'appelle Jules.
La ministre de la santé a annoncé la création d'un forfait destiné limiter le reste-à-charge des malades de cancer, mesure réclamée de longue date par les associations.
A quelques jours des débats autour de la réforme de l'Aide Médicale d'État (AME), des voix s'élèvent pour dénoncer des femmes sans papiers venues en France pour se refaire les seins au frais du contribuable. Info ou intox ?
Santé publique France publie un état des lieux de l'incidence et de la mortalité liées au cancer du col de l'utérus. L'agence s'alarme d'un ralentissement de leur diminution qu'elle espère pouvoir relancer grâce au dépistage organisé mis en place en début d'année et à l'amélioration de la couverture vaccinale.