Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Régime Cétogène : vive le gras ?

{{ config.mag.article.published }} 11 octobre 2017

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Attaquer les cellules cancéreuses à coups d’avocat et d’huile de coco ? C’est ce que promet le régime cétogène, auquel l’institut Gustave-Roussy a consacré un colloque. Tout en prônant la prudence...

{{ config.mag.article.warning }}

Le régime cétogène  très riche en gras et  pauvre en sucre suscite beaucoup d’intérêt. Au point que le Pr Ulrike Kämmerer, du CHU de Würtzburg, en Allemagne, a coécrit avec les Drs Christina Schlatterer et Gerd Knoll Le Régime cétogène contre le cancer (Thierry Souccar Éditions).

Magali Walkowicz, nutritionniste près de Toulouse et auteure de Céto Cuisine, en explique l’idée : comme les cellules cancéreuses consommeraient dix fois plus de glucose qu’un tissu sain, on leur « ferme le robinet ». Mais, en contrepartie, on fournit à l’organisme 80 % de lipides. Pourquoi des lipides ? Parce que, s’il est privé de sucre, le corps se tourne naturellement vers la graisse, que le foie transforme en corps cétoniques, une source d’énergie transportée par le sang.

Un pari qui se veut gagnant-gagnant : les cellules cancéreuses seraient privées de leur alimentation préférée et le patient ne manquerait pas d’énergies. «Comme le jeûne, la diète cétogène diminue la croissance des cellules cancéreuses et potentialise les effets de la chimiothérapie, confirme Magali Walkowicz. Mais elle n’engendre ni fonte musculaire, ni fatigue car il y a une prise alimentaire intégrant un apport de protéines, nécessaires au maintien de la masse maigre. »

« Associée à une activité physique régulière, c’est même aujourd’hui l’une des meilleures stratégies contre le cancer, ajoute carrément le Pr Ulrike Kämmerer. En Allemagne, de nombreux patients suivent déjà ce type de régime en accompagnement de leurs traitements médicaux. »

En France, certains hôpitaux, comme le CHU de Hautepierre, à Strasbourg, et l’hôpital Necker-Enfants Malades, à Paris, y ont également recours, mais pour soigner les enfants épileptiques. « Ce pourrait aussi être une approche en cancérologie, reconnaît le Dr Suzette Delaloge, responsable du comité de pathologie mammaire à l’institut Gustave-Roussy. Mais dans quels cas, on ne sait pas encore bien. Pour l’instant, les données dont nous disposons ne suffisent pas pour évaluer l’impact de ce régime sur la maladie et sur la qualité de vie. »

Encadrement médical

Néanmoins, la piste du régime cétogène semble suffisamment sérieuse pour avoir fait l’objet d’un colloque à Gustave-Roussy en septembre.

À l’origine  du colloque, un patient, Jean-Jacques Trochon. Soigné pour un cancer du rein très agressif en 2003, puis victime d’une récidive en 2012 (avec 26 nodules dans les poumons), ce pilote d’Airbus s’estime « rescapé du cancer ». Refusant un traitement de fond pourtant recommandé par son médecin, le Dr Escudier, oncologue à Gustave-Roussy, il a été traité par chirurgie. « Mais après m’être beaucoup documenté, ajoute-t-il, j’ai aussi alterné régime cétogène et jeûne, et pris de la spiruline sous forme liquide, une algue naturellement riche en vitamines et minéraux. »

Aujourd’hui guéri, Jean-Jacques Trochon a souhaité que des chercheurs internationaux, travaillant tous sur la diète cétogène, viennent exposer leurs résultats cliniques. Car, pour l’instant, la communauté médicale, plutôt réservée, met en avant le manque de preuves. Rappelant que « 40 % des patients sont dénutris », le Dr Bruno Raynard, responsable de l’Unité transversale de diététique et de nutrition de Gustave-Roussy, estime ainsi que « ce régime n’est pas dénué de risques. En attendant les résultats des études en cours, il faut vrai- ment qu’il soit très encadré ». Ce que conforme également le Dr Delaloge.

Lorsque ses patients envisagent de le suivre, elle ne les en dissuade pas, mais les met en garde : « Exigeant et assez difficile à tenir sur le long terme, ce régime peut poser quelques problèmes sur le plan social et, surtout, nécessite un encadrement médical. » 

Pour l’instant, on dénombre une trentaine d’études sur le sujet. Parmi les plus avancées, Kolibri, menée à Bad Kissingen, en Allemagne, chez des femmes ayant eu un cancer du sein, et Ergo, en cours à Francfort chez des patients atteints d’une tumeur cérébrale.

« Il est urgent de mener des études cliniques de grande ampleur, en double aveugle, pour que ce mode d’alimentation puisse se faire admettre en cancérologie, indique Jean-Jacques Trochon. C’est ce que l’on voudrait initier à Gustave-Roussy. » 

Chantilly, mascarpone…

En France, certains patients n’ont pas attendu d’être inclus dans une étude pour s’y mettre.

C’est le cas de Patricia, 68 ans, qui alterne jeûne intermittent et diète cétogène. Opérée en 2015, aujourd’hui sous hormonothérapie, elle est suivie par Magali Walkowicz.

« Au début, c’est assez déroutant, reconnaît-elle. Pour que le corps entre en cétose, il a fallu que je change radicalement mes habitudes alimentaires : mettre de l’huile de coco dans mon café, manger beaucoup de viandes grasses, très peu de glucides… Mais on s’habitue ! Je me régale maintenant avec une salade de tomates et de haricots verts, des sardines et du saumon. J’ajoute des herbes, du curcuma… En faisant attention à ce que je mange, je deviens proactive. Je le fais pour moi, en plus des traitements, pour lutter contre la maladie et contre la douleur. Car depuis que je suis ce régime, ma tendinite me fait beaucoup moins souffrir. »

Seul bémol : « Mon mari ne s’est pas du tout céto-adapté ! » Et son équipe médicale reste vigilante. « À un moment, j’avais perdu trop de poids et mon médecin est intervenu pour que j’en reprenne, ce qui a été possible en cadrant bien le régime cétogène dans ma consultation diététique. » 

Pour le Dr Laurent Schwartz, qui poursuit les travaux du Prix Nobel de médecine Otto Warburg, « le cancer est une maladie métabolique, liée à un dysfonctionnement de la digestion cellulaire, et à la fermentation du sucre ». Actuellement, il existe plus de 30 000 publications sur le thème « métabolisme et cancer ». Autant dire qu’il n’est pas le seul à plancher sur le sujet.

 


{{ config.mag.team }}

Céline Dufranc

Journaliste

63:00

Cuisine et nutrition {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire nutrition – Les aliments bons pour le moral

On sait qu'une alimentation équilibrée fait du bien à notre corps, mais saviez-vous qu'elle peut aussi améliorer notre bien-être ? Julie Massé, onco-diététicienne, vous fait découvrir la psychonutrition, cette nouvelle science qui étudie comment notre alimentation influence notre cerveau. Elle vous explique comment notre microbiote est lié à notre santé mentale, comment l'alimentation intervient dans la production de neurotransmetteurs du bonheur comme la dopamine et la sérotonine... Elle vous conseille également sur des aliments qui nous aideront à vous sentir bien/mieux dans votre corps et dans votre tête !

20 mars 2024

Cuisine et nutritionActualité

À lire. Pr Saghatchian : “L’alimentation peut tenir le cancer éloigné de notre corps”

De nombreuses idées reçues et contre-vérités circulent autour du lien entre alimentation et cancer. Le Pr Saghatchian démêle le vrai du faux dans le livre Mes recettes santé anti-cancer, co-écrit avec le chef cuisinier Guillaume Marinette. En bonus : de savoureuses recettes, faciles à préparer, pour aider notre corps à s’armer contre le cancer.

16 février 2024

Facteurs de risque et préventionActualité

La consommation d’émulsifiants associée à une augmentation du risque de cancer

Après les édulcorants et les nitrites, ce sont les émulsifiants présents dans les produits alimentaires industriels qui sont pointés du doigt.

13 février 2024

60:00

Cuisine et nutrition {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire nutrition – Soulager les effets indésirables de la chimiothérapie grâce à l’alimentation

Depuis que vous êtes sous chimio, vous souffrez de maux de bouche, de nausée ? Votre transit, votre odorat et votre goût sont perturbés ? Vous ne savez plus quoi manger ? Johana Le Lorrec, notre onco-diététicienne, vous explique comment adapter votre alimentation pour soulager ces effets secondaires.

30 janvier 2024

{{ config.event.all }}

En ligne

Cuisine et nutritionConférence

Webinaire Nutrition – Que savoir sur les régimes ?

24 juin 2024 • 11h00 - 12h00

Perdre du poids, limiter son apport en sucre, manger moins de viande, plus de matières grasses. Pendant ou après un cancer, les raisons de se lancer dans un régime alimentaire sont nombreuses. Mais êtes-vous sûre qu'il sera bénéfique pour vous et n'entrainera pas des carences néfastes pour votre état de santé ? Venez échanger autour de ces questions avec Emilie Masi, onco-diététicienne, qui démêlera avec vous le vrai du faux sur les régimes.

En ligne

Cancers métastatiquesAtelier

Cancers métastatiques : questions/réponses nutrition

17 juin 2024 • 11h00 - 12h00

Vivre avec un cancer métastatique c'est vivre en permanence avec la maladie à l'esprit. Bien s'alimenter au quotidien est un challenge de plus ! Venez échanger en petit groupe, avec Emilie Masi, onco-diététicienne, elle répondra à toutes vos questions et vous proposera des astuces et recettes adaptées.

En ligne

Cuisine et nutritionConférence

Webinaire Nutrition – Les solutions diététiques pour améliorer les effets secondaires

10 juin 2024 • 11h00 - 12h00

A cause des traitements contre le cancer, vous souffrez de nausées, votre goût est altéré ? Vous manquez d'appétit ? Votre bouche vous fait souffrir ? Emilie Masi, onco-diététicienne, vous donne des conseils pour retrouver le plaisir de manger malgré les effets secondaires induits par vos traitements.

Bordeaux

Art thérapieAtelier

Jardin Botanique – Découverte des parfums champêtres

27 juin 2024 • 14h00 - 15h30

Au programme aujourd'hui : le jardinage. Profitez du printemps pour créer des boutures et des semis de saison, et repartez avec vos réalisations. Selon vos envies et vos possibilités, vous commencerez en douceur par des activités, à l'ombre. Puis, vous pourrez participer à l'entretien du jardin ou à d'autres travaux demandant un peu plus de force et de travailler à genoux. A la fin de l'atelier, vous repartirez avec vos plantes.