Soulager les douleurs postopératoires de l’hystérectomie

Cancer de l’utérus : des soins pour se faire du bien après une hystérectomie.

Cancer de l’utérus – Se reconstruire après l’hystérectomie © Marion Fayolle

Homéopathie, photothérapie

« Une hystérectomie avec ablation des ovaires peut engendrer plusieurs types d’effets secondaires, explique le Dr Charvet, bouffées de chaleur liées à la ménopause, douleurs intestinales ou pelviennes, sécheresse vaginale avec chute de la libido à la clé, mais parfois aussi des lymphœdèmes de la jambe, causés par l’ablation de la chaîne ganglionnaire au niveau de l’aine. » À quoi s’ajoutent souvent des répercussions psychologiques, notamment chez les jeunes patientes qui ne pourront plus avoir d’enfants. Prescrits dans le cadre d’une consultation spécialisée et individualisée, certains médicaments homéopathiques et phytothérapiques pourront avoir un impact significatif sur ces effets secondaires.

La cure thermale pourra aussi s’avérer une aide précieuse. À Luz-Saint-Sauveur, par exemple, on utilise la columnisation pour soulager les douleurs pelviennes. « Pratiqué par un médecin, ce soin consiste à placer, dans le vagin, une compresse d’eau riche en soufre et en barégine, une algue thermale à la consistance grasse qui décongestionne les muqueuses et que l’on garde une heure en position allongée », précise Sylvie Hèches, directrice des thermes.

Une technique que l’on associe à des irrigations vaginales effectuées dans un bain et à des massages pelviens, pour éviter les adhérences qui apparaissent souvent après une intervention. Et pour renouer avec son schéma corporel et se réconcilier avec sa féminité, massages, sophrologie, réflexologie plantaire ou stretching complèteront agréablement le séjour. En pratique La cure thermale « orientation gynécologique » dure 21 jours, dont 18 de soins. Elle est prescrite par un médecin généraliste, un oncologue ou un radiothérapeute et est remboursée par la Sécurité sociale.

L’ostéopathie gynécologique après une hystérectomie

Peu connues, ces manipulations par voie interne (vaginale ou rectale) peuvent atténuer ou même faire disparaître en quelques séances les adhérences résultant d’une cicatrice, souvent à l’origine de douleurs. Les ostéopathes compétents dans ce domaine étant très rares, demandez conseil auprès du Registre des ostéopathes de France.

Céline Dufranc