Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

J’ai donné un surnom à ma tumeur : mon cancer s’appelle…

{{ config.mag.article.published }} 21 avril 2015

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}
Lili dompte son cancer qu’elle a surnommé « Günther ». ©Corinne Mariaud

Nommer sa tumeur, n’est-ce pas la rendre plus réelle? Si, justement: c’est même pour ça que nos lectrices l’ont fait! Pour bien visualiser l’ennemi, donc mieux le combattre.

{{ config.mag.article.warning }}

… Günther

En tant que dessinatrice, j’appréhende tout ce qui m’arrive via l’image, le visuel. Mais, face au cancer, j’étais dans le flou. Je ne voyais pas comment dompter ce truc sans corps… J’ai donc eu besoin de lui en donner un. M’est alors apparu un petit bonhomme dodu, vert, petit, ridicule. Exactement tel qu’il est dans ma BD, La Guerre des tétons*. M’en moquer ainsi m’a permis de dédramatiser la maladie. Je l’ai appelé Gunther et j’en ai fait un dompteur de cirque qui parle allemand, parce que c’est dans cette langue qu’on mate les bêtes féroces…

Lili
*La Guerre des tétons, éd Michel Lafon. Un second tome est prévu pour octobre 2015.


… Le coucou

Christine a appelé son cancer « Coucou ». ©Corinne Mariaud

Quand on m’a dit que j’avais une tumeur dans les intestins depuis cinq ans, ça m’a épouvantée. Comment ce parasite avait-il pu se nourrir de moi pendant tout ce temps, à mon insu? Pour ne pas sombrer dans le désespoir, j’ai eu besoin de le nommer et de le visualiser. J’ai pensé naturellement à un coucou. Un mot plutôt mignon qui a deux avantages: il évacue le côté morbide associé au cancer et il fait moins peur aux gens. L’opération a permis de le chasser, la chimio de tuer ses œufs. Je sais qu’il peut revenir, mais je l’attends au coin du bois !

Christine


… Nick

Corinne se bat contre un cancer surnommé « Nick ». ©Corinne Mariaud

Une fois mocancer du sein diagnostiqué, il a fallu faire vite. Vite m’opérer, vite la chimio… Je ne savais plus où j’en étais et j’avais peur. Pour arrêter de tout subir, j’ai listé et hiérarchisé mes angoisses et mes objectifs dans un fichier que j’ai baptisé… « Nique le cancer ». De là, j’ai vite fini par appeler mon cancer « Nick ». En lui donnant une identité, je le concrétisais. Il entrait dans la réalité, ma réalité. Ça m’a énormément soulagée de penser que, si j’allais en prendre plein la figure durant les traitements, Nick morflerait aussi !

Corinne


 … Mon fantôme

Lydie vaporise son « fantôme ». ©Corinne Mariaud

Pour moi, « cancer« , c’était l’autre mot pour dire « mort ». Et ça, je le refusais. Très vite, j’ai donc choisi d’en parler comme de « mon fantôme« , parce qu’un fantôme n’est rien. C’est juste du vide sous un drap blanc. Cela m’a aidée à rentrer dans la bataille et à tout supporter sur le chemin. Mes proches ont respecté mon choix et, dans nos conversations, il n’a plus jamais été question que de « mon fantôme ». Dès la fin des traitements, pof! il a disparu. Depuis, plus rien ne vient hanter mes nuits. »

Lydie


… Le dragon

Léna prête à vaincre son « Dragon ». ©Corinne Mariaud

C’est un cancer du sein très agressif, m’a dit le médecin… Je me suis alors sentie toute petite face à une menace énorme. Immédiatement, j’ai eu la vision d’un monstre qui consume tout: un dragon. Comment le terrasser? Comme saint Michel dans le célèbre tableau de Raphaël. Pour moi, c’est le symbole de l’Homme qui gagne sur les puissances des Ténèbres, et donc sur la mort. Cette image m’a accompagnée tout au long de mon parcours. Aujourd’hui, je ne suis pas sûre de l’avoir tué, mon dragon, mais il s’est enfui. Et j’espère qu’il ne reviendra pas…

Léna


… Christian

Stéfanie ready pour dégommer « Christian ». ©Corinne Mariaud

Au début, quand je disais « cancer« , j’avais l’impression que c’était quelqu’un d’autre que moi qui parlait. Pour affronter le truc, j’ai donc eu besoin de le personnifier. Et je l’ai appelé Christian, du nom de mon premier patron, qui m’avait pourri la vie il y a vingt ans. À cette époque, je jouais beaucoup au jeu vidéo Street Fighter. Durant les traitements, je me suis donc imaginée en « fighteuse » de compétition, mettant mon cancer « game over » en envoyant bouler son avatar, l’infâme Christian. Un kif, même après toutes ces années !

Stéfanie


 … L’agent Smith

Virginie affronte l' »agent Smith ». ©Corinne Mariaud

J’ai un cancer des ovaires. Depuis deux ans, je me bats contre des métastases qui apparaissent, disparaissent, réapparaissent… me laissant l’impression que la maladie évolue dans une dimension parallèle à ma propre vie. En y pensant, un jour, je me suis rappelée cette scène de Matrix où le héros, Neo, essaie de tuer un ennemi quasi insaisissable car il ne cesse de se répliquer: le fameux agent Smith. Depuis, j’ai donné son nom à mon cancer. Dans le film, Neo finit par le tuer. Je ne perds pas l’espoir d’y réussir aussi… même si je connais mes chances de survie.

Virginie

Réalisation Sandrine Mouchet
Photos Corinne Mariaud
Maquilleuse Takako Noborio chez Sybille Kleber Agency
Stylisme Anne-Sophie Gledhill


{{ config.mag.team }}

Sandrine Mouchet

Journaliste, rédactrice en chef de Rose magazine et directrice de Rose Magazine Éditions

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Comment faire comprendre à mes proches que je ne veux pas parler de la maladie ? »

Depuis qu'elle leur a annoncé son cancer, les amis de Kate ne lui parlent plus que de ça : où en sont ses traitements, a-t-elle des effets secondaires... Elle sait qu'ils s'inquiètent pour elle mais elle aimerait parler d'autre chose quand elle les voit. Comment leur faire comprendre sans les froisser ? Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

17 juin 2024

21:38

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Aurélie : « J’ai compris ce que c’était que d’être aimée à ce moment-là »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire d’Aurélie. C’est au cours d’un examen gynécologique de routine qu’on lui découvre des masses au niveau de l’utérus. Une mauvaise nouvelle qui tombe d’autant plus mal, qu’elle vient de rencontrer un homme charmant. Est-ce que cette annonce signera la fin de cette belle histoire ?

20 mai 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Anne : « Je suis comme Alice au Pays des Merveilles qui tombe dans le terrier du Lapin Blanc »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Anne. C’est en vacances, en plein mois d’août, qu’elle sent une boule dans son sein. Elle décide de ne pas écouter une voix intérieure qui la taraude et qui lui répète « Regarde là ! ». Elle esquive, tergiverse, jusqu’à ce qu’un torticolis la pousse à aller voir un médecin. Anne ressort de la consultation avec une ordonnance non pas pour une séance de kiné mais pour effectuer la toute première mammographie de sa vie. Le mot « cancer » est prononcé. La voilà propulsée dans une autre dimension.

6 mai 2024

20:13

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Sandrine : « Quand le diagnostic du cancer tombe, c’est le deuil de l’enfant que je dois faire… »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Découvrez l’histoire de Sandrine. Infirmière, mariée, Sandrine est une femme heureuse. Sauf qu’elle n’arrive pas à tomber enceinte. Elle se lance alors dans un parcours de PMA et enchaîne plusieurs tentatives toutes infructueuses. Il lui reste une chance, la dernière. C’est alors qu’on lui détecte une tumeur au sein.

22 avril 2024

{{ config.event.all }}

Bordeaux

Bien-être et évasionTemps d'échange

Goûter mensuel

25 juillet 2024 • 15h00 - 16h30

Nous vous invitons à un goûter mensuel au sein de la Maison RoseUp de Bordeaux. Convivialité et bonne humeur sont au rendez vous pour ce temps de partage entre adhérentes.