Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Sylvie Dolbeault : « La chirurgie préventive du cancer du sein est une décision mûrement réfléchie »

{{ config.mag.article.published }} 12 février 2015

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Comment vivre avec un gène BRCA 1 ou 2 ? Quand prendre la décision d’une ablation des seins et/ou des ovaires ? Et après ? Réponses avec Sylvie Dolbeault, chef de l’unité de psycho-oncologie de l’Institut Curie.

{{ config.mag.article.warning }}

Quel est le parcours des femmes qui décident de recourir à une double mastectomie pour la prévention d’un cancer ?

D’abord c’est une décision mûrement réfléchie. Porteuses du BRCA 1 ou 2, elles ont souvent accompagné une proche touchée par le cancer, qu’il s’agisse d’une mère, d’une tante, d’une cousine. Elles ont donc, pour la plupart, une expérience personnelle lourde avec la maladie. Elles veulent échapper à ce qui leur semble être une fatalité, ce qu’elles pensent être le destin familial. Ou bien, il s’agit de femmes ayant déjà eu un cancer du sein pour qui l’objectif prioritaire est de ne pas vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Souvent elles sont mères, mariées, et veulent assumer leur rôle, voir grandir leurs enfants …

Quel est le déclic pour prendre cette décision ?

L’effet miroir a une place très importante dans la prise de décision de subir une ablation du sein et/ou des ovaires. Les femmes concernées ont tendance à s’identifier au malade qu’elles ont accompagné. Souvent elles ne sont pas encore arrivées au bout du deuil, leur affect a été fragilisé. D’autant plus chez celles qui ont perdu leur mère étant enfants ou adolescentes. Il est important de voir comment elles ont compris leur risque de cancer. Elles ont tendance à le surestimer, pensant par exemple que ce risque est de 100 % quand il est de 50 %. Cela peut être le cas chez des femmes dont les mères ont été touchées par la maladie, et à qui elles ressemblent énormément. C’est la raison pour laquelle l’acte chirurgical est accompagné d’un suivi psychologique, avant et après l’opération.

Que représente cette opération d’ablation du sein ?

Pour elles, le sein est un objet d’angoisse, celui par lequel le malheur arrive. Il symbolise le risque de la maladie, de la mort. Il y a par conséquent un véritable rejet. Le fait de le retirer est vécu comme un soulagement global, avec une diminution de l’anxiété. Mais il ne faut pas oublier que recours à cette méthode de prévention du cancer du sein reste un geste médical lourd qu’il ne faut pas minimiser.

Et après l’ablation du sein ?

Le travail le plus important reste celui que la femme doit réaliser avec son nouveau corps. Elle va devoir apprendre à vivre avec, et à se le réapproprier. Le conjoint a un rôle très important dans cette phase.

Y a-t-il un suivi psychologique pour elles ?

Évidemment. Il s’étale en général au moins sur 2 ou 3 ans. Retirer le sein n’efface pas pour autant les traumatismes qui y sont associés. Le soulagement procuré par l’ablation du sein est 9 fois sur 10 accompagné d’inquiétudes. Leur parcours suscite de nouveaux questionnements stressants : « D’autres personnes de ma famille vont-elles être concernées ? Comment les informer ? Comment témoigner sans les inquiéter ? ». La peur de transmettre le gène BRCA 1 ou 2 à ses enfants reste le plus angoissant. Pour elles, l’opération est loin de clore l’histoire. Elle continue…

Propos recueillis par Audrey Lebel


{{ config.mag.team }}

La rédaction de Rose magazine

20:16

Podcast {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Cynthia : « Mon gynéco m’envoie un email : “Ce n’est pas bon…” »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Cynthia. Cynthia est créatrice de contenu sur les réseaux sociaux. Elle y fédère beaucoup de femmes touchées par un cancer du sein. Elle-même a vaincu la maladie. Elle garde un souvenir très précis du moment elle a su qu’elle avait un cancer. Elle se trouve alors à Paris, sur le toit du BHV. On est le mardi 13 septembre 2016.

8 avril 2024

51:36

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Les cancers du sein triple négatifs

Le cancer du sein triple négatif est un sous-type de cancer du sein particulièrement agressif qui touche souvent les femmes jeunes. Pourquoi ? Qu'est-ce qui le distingue des autres cancers du sein ? Est-il plus à risque de devenir métastatique ? Comment le soigne-t-on actuellement ? Où en est la recherche ? Le Dr Olivier Tredan, coordonnateur du département de cancérologie médicale du Centre Léon Bérard, accompagné de Claude Coutier, présidente du Collectif Triplettes Roses et Christelle, une Triplette, répondent à toutes vos questions.

14 mars 2024

21:14

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Emma : « Je vais sélectionner les personnes qui seront à mes côtés »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire d’Emma. Alors qu’elle passe un oral d’anglais, Emma ressent une forte douleur dans sa poitrine. Elle consulte rapidement son médecin généraliste qui n’est autre que sa meilleure amie. C’est pas elle qu’elle apprendra qu’elle est atteinte d’un cancer du sein, une annonce qui réveille le côté guerrier de cette ancienne sportive.

11 mars 2024

02:05

VaccinothérapieTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La vaccinothérapie, késako ?

La vaccinothérapie fait partie de ce qu’on appelle les immunothérapies : ces nouveaux traitements dont le but est de stimuler notre organisme pour qu’il lutte par lui-même contre le cancer. Comment ça marche ? On vous explique tout.

8 mars 2024

{{ config.event.all }}

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 202411h30 - 12h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 202410h30 - 11h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.

En ligne

Activité physiqueConférence

Webinaire Kiné – Limiter la fonte musculaire

3 avril 202411h00 - 12h00

Saviez-vous que la kinésithérapie peut vous aider à remobiliser votre corps en douceur pendant et après les traitements de votre cancer ? Lors de ce webinaire, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous expliquera comment limiter la fonte musculaire et ainsi mieux gérer certains effets secondaires comme la fatigue, le lymphœdème ou encore la prise de poids.

En ligne

Reconstruction mammaireConférence

Tout savoir sur la reconstruction de l’aréole et du mamelon

3 juin 202418h30 - 19h30

Après une mastectomie, voir son mamelon et son aréole "redessinés" constitue souvent la touche finale à un (long…) parcours de reconstruction. Le Dr Benoit Couturaud, chirurgien plasticien et cancérologue à l'institut Curie, et Laurence Malzard, tatoueuse, fondatrice de Dermaréole et ancienne patiente, vous montreront comment la chirurgie et le tatouage peuvent y aider.