Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer du sein : quand la maladie touche mère et fille

{{ config.mag.article.published }} 22 avril 2021

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

C’est l’histoire de Catherine et de sa mère, touchées par un cancer du sein à quelques semaines d’intervalle. Étonnante symétrie de parcours qui lui a inspiré Nos deux seins, le récit de leur aventure…

{{ config.mag.article.warning }}

« Catherine, j’ai un cancer du sein, il faut me le retirer », m’annonce ma mère au téléphone. Le choc. Les jours suivants, je suis à la médiathèque, à dévorer dans un état second tout ce que je trouve sur le sujet. En lisant que « tout écoulement ou saignement au niveau du mamelon peut être le signe de la présence d’une tumeur », mon sang ne fait qu’un tour. C’est exactement ce que j’observe depuis quelques mois sur mon sein gauche. La ronde des médecins commence. Gynécologue, dermatologue, un, deux, trois généralistes… On me dit que je m’inquiète trop, « rapport à votre maman, c’est normal, ça secoue ». Quand je finis par exiger une mammographie, tout s’enchaîne brusquement. On me parle de « microcalcification ». Le mot résonne. Maman l’a prononcé aussi. On est en 2011, j’ai 45 ans, ma mère 71. Elle se remet à peine de sa mastectomie quand je lui dis que mon tour est venu. Après un court silence, ses mots jaillissent du téléphone : « On va se battre pour deux ! » Tout ce qu’elle traversera, je le traverserai à mon tour. Elle à Toulon, moi à Toulouse, et à deux mois d’intervalle.

Juste avant qu’on me retire mon sein, je passe la voir. Elle cherche une perruque. Je l’accompagne pour en acheter une. Nos regards se croisent dans le miroir… je sens que je ne vais pas la perdre. Retour à Toulouse pour ma mastectomie. Dans le couloir qui mène au bloc, la main de Fred, mon mari, serre très fort la mienne. Treize ans plus tôt, jour pour jour, je tendais pour la première fois mon sein à notre fils, Pablo, qui venait au monde.

« On va se battre pour deux  ! »

Au moment où je sors de l’hôpital, ma mère fait sa première séance de chimiothérapie. Elle l’a bien vécue. Ouf ! Moi, j’ai rendez-vous avec mon chirurgien. Il m’annonce que les ganglions sont touchés. On doit sortir l’artillerie lourde. Chimiothérapie, radiothérapie… comme maman. Même sein, même cancer, et presque même protocole, c’est irréel. Si nous allons beaucoup parler, échanger pendant cette drôle de période, elle ne modifiera pas l’essence de notre relation. On n’a jamais été dans le schéma de la mère et la fille « copines », encore moins fusionnelles. Pas du tout le genre de la maison ! Ma mère, pharmacienne et du signe de la Balance, est d’une nature stable, posée, peu encline aux débordements sentimentaux.

Elle a tenu son rôle, jusqu’à s’oublier elle-même

L’été 2011 sera ponctué par nos séances de chimio à l’une et à l’autre. Moi, je redoutais ce traitement avant même d’être malade. Et l’imaginer, elle, plutôt frêle, affronter cette chose me terrifiait encore plus. Mais, quand je lui ai demandé comment s’était passée sa première chimio, elle m’a simplement dit : « ça va plutôt bien. » Et, effectivement, elle a passé cette épreuve haut la main. Mes enfants, Pablo, Tiphaine et Corentin, sont allés passer une semaine avec elle et papa. À leur retour, Corentin m’a dit : « Mamie, elle va bien. On dirait même pas qu’elle a le cancer ! Enfin, juste un peu… » Les voir si sereins et déjà initiés aux cheveux qui tombent, aux nausées, m’a retiré un énorme poids. Ma mère a tout testé, prédigéré pour moi. Ma seule fierté ? Lui avoir fait découvrir le qi gong. Minuscule contribution ! Tout le reste est venu d’elle. Elle m’a décrypté le jargon médical, enseigné ses petits secrets pour contrer certains effets secondaires. Elle m’a ouvert la voie comme un guide. Toujours debout dans la tourmente, quand moi j’étais parfois sur le flanc. Elle n’a jamais failli à son rôle de mère qui protège, qui soutient les siens, qui soutient sa fille jusqu’à s’oublier elle-même.

Je l’ai admirée, tellement admirée durant toute cette histoire. Je ne pensais pas pouvoir lui rendre tout ce qu’elle m’a donné, mais en écrivant – sur les conseils d’une psy – un journal de ma maladie j’ai pris conscience que je tenais là une occasion. J’en ai fait un livre, Nos deux seins, publié en 2016 à compte d’auteur. Je le lui ai offert pour la fête des mères. Y sont déposées noir sur blanc toutes les émotions qui m’ont traversée, et ma reconnaissance et mon amour pour ma mère y transpirent. Le « cadeau » l’a touchée en plein cœur, même si elle n’aime pas y figurer comme une héroïne. Au bout du compte ? Cela n’a pas vraiment changé notre relation. Elle reste ma mère, toujours aussi pudique, et moi sa fille… qui n’a désormais plus peur de dire les choses.

INFO+

Si vous souhaitez recevoir le récit Nos deux seins, écrivez à : catherine.menguy@free.fr

 

Illustration de Yasmina Gateau

Retrouvez cet article dans Rose Magazine (Numéro 19, p. 150)


{{ config.mag.team }}

Céline Dufranc

Journaliste

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Comment faire comprendre à mes proches que je ne veux pas parler de la maladie ? »

Depuis qu'elle leur a annoncé son cancer, les amis de Kate ne lui parlent plus que de ça : où en sont ses traitements, a-t-elle des effets secondaires... Elle sait qu'ils s'inquiètent pour elle mais elle aimerait parler d'autre chose quand elle les voit. Comment leur faire comprendre sans les froisser ? Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

17 juin 2024

21:38

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Aurélie : « J’ai compris ce que c’était que d’être aimée à ce moment-là »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire d’Aurélie. C’est au cours d’un examen gynécologique de routine qu’on lui découvre des masses au niveau de l’utérus. Une mauvaise nouvelle qui tombe d’autant plus mal, qu’elle vient de rencontrer un homme charmant. Est-ce que cette annonce signera la fin de cette belle histoire ?

20 mai 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Anne : « Je suis comme Alice au Pays des Merveilles qui tombe dans le terrier du Lapin Blanc »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Anne. C’est en vacances, en plein mois d’août, qu’elle sent une boule dans son sein. Elle décide de ne pas écouter une voix intérieure qui la taraude et qui lui répète « Regarde là ! ». Elle esquive, tergiverse, jusqu’à ce qu’un torticolis la pousse à aller voir un médecin. Anne ressort de la consultation avec une ordonnance non pas pour une séance de kiné mais pour effectuer la toute première mammographie de sa vie. Le mot « cancer » est prononcé. La voilà propulsée dans une autre dimension.

6 mai 2024

20:13

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Sandrine : « Quand le diagnostic du cancer tombe, c’est le deuil de l’enfant que je dois faire… »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Découvrez l’histoire de Sandrine. Infirmière, mariée, Sandrine est une femme heureuse. Sauf qu’elle n’arrive pas à tomber enceinte. Elle se lance alors dans un parcours de PMA et enchaîne plusieurs tentatives toutes infructueuses. Il lui reste une chance, la dernière. C’est alors qu’on lui détecte une tumeur au sein.

22 avril 2024

{{ config.event.all }}

Bordeaux

Bien-être et évasionTemps d'échange

Goûter mensuel

25 juillet 2024 • 15h00 - 16h30

Nous vous invitons à un goûter mensuel au sein de la Maison RoseUp de Bordeaux. Convivialité et bonne humeur sont au rendez vous pour ce temps de partage entre adhérentes.