Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

«Je suis heureuse de ne plus avoir ces seins»

{{ config.mag.article.published }} 14 octobre 2011

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Laurence, 42 ans, a choisi de se faire tatouer plutôt que de se faire reconstruire.

{{ config.mag.article.warning }}

Aujourd’hui, je n’ai plus de seins du tout et je l’accepte. J’ai même décidé de me faire tatouer sur le torse une guirlande fleurie. Mes grandes cicatrices rappellent trop la maladie et j’ai envie de les cacher par quelque chose de gai, qui me plaît. C’est l’an dernier que l’on m’a annoncé un cancer du sein droit, alors que j’avais déjà été traitée à gauche deux ans auparavant. On m’a prescrit l’ablation et j’ai demandé que le gauche soit lui aussi retiré.

On m’a parlé de reconstruction immédiate. Mais j’hésitais et j’ai cherché des informations sur les différentes techniques. Je ne voulais ni d’une prothèse, ni qu’on m’enlève un morceau de muscle. Sur Internet, je suis tombée sur Les Amazones s’exposent. Et là, j’ai vu la photo d’une femme tatouée sur le buste. J’ai trouvé ça très beau. Ensuite, sur le site d’une autre association, Europa Donna, j’ai trouvé le témoignage d’une femme tatouée. Deux dermatologues contactés m’ont juste conseillé d’attendre que la cicatrice soit stabilisée et de veiller aux conditions d’hygiène et de stérilité. Restait à trouver le tatoueur.

J’ai choisi une femme, dont le trait me séduisait. À l’hôpital, après la double mastectomie, j’étais heureuse de ne plus avoir ces seins, symboles de la maladie. Quand je me suis vue dans la glace pour la première fois avec l’infirmière, j’ai trouvé ça bizarre, évidemment, mais pas horrible. C’était pire de ne plus avoir de cheveux ! Aujourd’hui, je ne me sens pas moins femme pour autant. La féminité ne dépend pas des seins, ils n’en sont qu’un détail. De toute façon, je n’aurais pas retrouvé les mêmes qu’avant. Je n’ai pas de difficulté à montrer mes cicatrices, mais avec le tatouage, ce sera quand même plus simple, j’ose dire plus séduisant. Déjà, j’ai donné tous mes soutiens-gorge à ma sœur.

Laurence


{{ config.mag.team }}

La rédaction de Rose magazine

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Comment faire comprendre à mes proches que je ne veux pas parler de la maladie ? »

Depuis qu'elle leur a annoncé son cancer, les amis de Kate ne lui parlent plus que de ça : où en sont ses traitements, a-t-elle des effets secondaires... Elle sait qu'ils s'inquiètent pour elle mais elle aimerait parler d'autre chose quand elle les voit. Comment leur faire comprendre sans les froisser ? Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

17 juin 2024

Tristesse et dépressionActualité

ASCO 2024 – Détecter précocement les signes de dépression post-cancer

Identifier les femmes susceptibles de développer une dépression après un cancer du sein et ce, dès leur diagnostic, c’était l’objectif des travaux présentés cette année au congrès international de cancérologie de l’ASCO par le Dr Antonio Di Meglio. Il les décrypte pour nous.

14 juin 2024

60:00

Reconstruction mammaire {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Tout savoir sur la reconstruction de l’aréole et du mamelon

Après une mastectomie, voir son mamelon et son aréole "redessinés" constitue souvent la touche finale à un (long…) parcours de reconstruction. Le Dr Benoit Couturaud, chirurgien plasticien et cancérologue à l'institut Curie, et Laurence Malzard, tatoueuse, fondatrice de Dermaréole et ancienne patiente, vous montreront les options qu'offrent la chirurgie et le tatouage.

7 juin 2024

21:38

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Aurélie : « J’ai compris ce que c’était que d’être aimée à ce moment-là »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire d’Aurélie. C’est au cours d’un examen gynécologique de routine qu’on lui découvre des masses au niveau de l’utérus. Une mauvaise nouvelle qui tombe d’autant plus mal, qu’elle vient de rencontrer un homme charmant. Est-ce que cette annonce signera la fin de cette belle histoire ?

20 mai 2024

{{ config.event.all }}

Bordeaux

Bien-être et évasionTemps d'échange

Goûter mensuel

25 juillet 2024 • 15h00 - 16h30

Nous vous invitons à un goûter mensuel au sein de la Maison RoseUp de Bordeaux. Convivialité et bonne humeur sont au rendez vous pour ce temps de partage entre adhérentes.