Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

ASCO 2024. Le point sur les avancées dans le cancer du poumon

{{ config.mag.article.published }} 5 juin 2024

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Cette année encore des annonces importantes ont été faites lors du congrès international de cancérologie de l'ASCO. On revient sur celles qui concernent les traitements des cancers du poumon.

Nouveau standard de traitement pour le cancer du poumon à petites cellules

Récemment médiatisé par Florent Pagny, le cancer du poumon à petites cellules (CPAPC) touche environ 500 personnes chaque année en France. Particulièrement agressif, il n’avait pas connu d’avancée thérapeutique depuis 30 ans : « Le traitement standard actuel consiste à donner de la radiothérapie et de la chimiothérapie de façon concomitante », rappelle le Pr Nicolas Girard, pneumologue et chef du département d’oncologie médicale de l’Institut Curie.

L’étude ADRIATIC change enfin la donne. Dans cette étude, une immunothérapie anti-PL1, le durvalumab (Imfinzi©), a été administrée à des patients avec un CPAPC localement avancé, pendant 2 ans après le traitement standard par radio-chimiothérapie. En comparaison avec les patients n’ayant reçu que le traitement standard, les patients traités avec le nouveau médicament avaient une espérance de vie prolongée de près de 2 ans 1, et ce, que leur tumeur exprime ou non le marqueur PDL1.

« C’est la première fois qu’une immunothérapie améliore la survie des patients avec un cancer du poumon à petites cellules » s’enthousiasme le Pr Girard. Avec de tels résultats, cette immunothérapie devient le nouveau standard de traitement, en complément de la radio-chimiothérapie.

Quand les patients français pourront-ils en bénéficier ? « Pour y avoir accès, il faut que le laboratoire Astrazeneca, qui a développé ce médicament, dépose une demande d’accès précoce auprès de la Haute Autorité de Santé et que celle-ci l’autorise » explique le Pr Girard. « Nos équipes sont actuellement mobilisées sur le sujet pour espérer obtenir un accès dans les meilleurs délais » nous a confirmé la responsable communication du laboratoire. À réception de la demande, la HAS a 3 mois pour instruire le dossier. S’il est accepté, Astrazeneca devra mettre le médicament à disposition des patients dans un délai de 2 mois.

CE QU’IL FAUT RETENIR

ASCO2024 - durvalumab dans le cancer du poumon à petites cellules --roseupassociation-rosemagazineLes patients concernés : les patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules localement avancé

Le traitement : l’immunothérapie durvalumab pendant 2 ans, après une radio-chimiothérapie (traitement standard)

Le bénéfice obtenu : prolongation de près de 2 ans de l’espérance de vie

 

Nouveau standard de traitement pour le cancer du poumon non à petites cellules EGFR muté

Cette fois c’est au type de cancer du poumon le plus répandu, le cancer du poumon non à petites cellules (CPNAPC), que l’étude LAURA s’est intéressée. Plus particulièrement au sous-type présentant une mutation de l’EGFR.

Dans cet essai, l’efficacité d’une thérapie ciblée, l’osimertinib (Tagrisso©), a été testée en prise continue après le traitement standard par radio-chimiothérapie chez des patients atteints d’un CPNAPC localement avancé et muté dans EGFR. Résultat : une réduction de 80% du risque de rechute.

« Là encore, cela va devenir un nouveau standard de traitement » confirme le Pr Girard. Et concernant son accès ? « Pour l’osimertinib, c’est un peu différent. C’est un médicament sous forme de comprimé délivré en pharmacie d’officine. Étant donné l’importance de son bénéfice, il sera tentant de le prescrire sans attendre l’autorisation de mise sur le marché pour cette indication. Rappelons que dans ce cancer, les rechutes sont souvent cérébrales. Mieux vaut les prévenir que les traiter. » justifie le pneumologue.

CE QU’IL FAUT RETENIR

ASCO2024 - osimertinib dans le cancer du poumon non à petites cellules --roseupassociation-rosemagazineLes patients concernés : les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules localement avancé et présentant une mutation de l’EGFR

Le traitement : la prise continue d’osimertinib, une thérapie ciblée, après une radio-chimiothérapie (traitement standard)

Le bénéfice obtenu : une réduction de 80% le risque de récidive

Bientôt un nouveau traitement pour les cancers du poumon non à petites cellules EGFR muté métastatiques

Toujours dans le CPNAPC muté EGFR, mais cette fois en condition métastatique, l’essai clinique HARMONi-A a étudié l’efficacité de l’ivonescimab chez des patients déjà traités. « Il s’agit d’un anticorps avec une double cible : à la fois immunothérapie (anti-PD1, ndlr) et anti-angiogénique (anti-VEGF, ndlr) » explique le Pr Girard.

Associé à la chimiothérapie, ce traitement innovant a permis de réduire de moitié le risque de progression de la maladie. « C’est la première fois que l’immunothérapie s’avère efficace chez des patients avec une mutation de l’EGFR, probablement parce qu’elle est associée à un anti-angiogénique » précise le Pr Girard.

Ces résultats ont été obtenus chez une population chinoise. Un essai clinique est toujours en cours en Europe. Des patients peuvent y être inclus en France.

CE QU’IL FAUT RETENIR

ASCO2024 - ivonescimab dans le cancer du poumon non à petites cellules --roseupassociation-rosemagazineLes patients concernés : les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules métastatique et présentation une mutation de l’EGFR, déjà traités

Le traitement : l’association de ivonescimab, un anticorps visant 2 cibles, en association avec la chimiothérapie

Le bénéfice obtenu : réduction de moitié du risque de progression de la maladie

Confirmation de la place du lorlatinib dans les cancers du poumon non à petites cellules ALK muté métastatiques

Concernant les tumeurs présentant la mutation ALK, une altération génétique rare qui touche surtout les femmes, les dernières données de l’étude CROWN confirment la place du lorlatinib (Lorviqua©). Grâce à cette petite molécule inhibitrice, donnée en première intention dans les cancers métastatiques, 60% des patients vivent depuis 5 ans avec une maladie dont l’évolution est contrôlée . « C’est la plus longue survie jamais rapportée avec une thérapie ciblée dans un cancer solide » relève le Pr Girard.

Ce médicament est accessible aux patients français depuis la publication de travaux antérieurs qui avaient déjà démontré son intérêt.

CE QU’IL FAUT RETENIR

ASCO2024 - lorlatinib dans le cancer du poumon non à petites cellules --roseupassociation-rosemagazineLes patients concernés : les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules métastatique et présentant une mutation de ALK

Le traitement : le lorlatinib

Le bénéfice obtenu : évolution de la maladie contrôlée chez 60% des patients pendant au moins 5 ans

1. En médiane.

{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Tristesse et dépressionActualité

ASCO 2024 – Détecter précocement les signes de dépression post-cancer

Identifier les femmes susceptibles de développer une dépression après un cancer du sein et ce, dès leur diagnostic, c’était l’objectif des travaux présentés cette année au congrès international de cancérologie de l’ASCO par le Dr Antonio Di Meglio. Il les décrypte pour nous.

14 juin 2024

Thérapie cellulaireActualité

ASCO 2024. Les dernières avancées dans le myélome multiple

Le Pr Steven Le Gouill, hématologue, directeur de l’Ensemble hospitalier de l'Institut Curie, décrypte pour nous les derniers résultats dans le traitement du myélome multiple présentés au congrès international de cancérologie de l'ASCO.

12 juin 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Nké : « Je découvre qu’on peut être atteint d’un cancer du poumon sans avoir jamais fumé »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu.  Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Nké. En novembre 2020, Nké a été diagnostiquée d'un cancer du poumon. Un choc. Elle n’a jamais fumé.  Pourquoi elle ? Devenu rapidement métastatique, son cancer s’est finalement révélé être d’une forme rare. Admise dans un essai clinique en avril 2022, cette maman solo de 49 ans en a été exclu 7 mois plus tard.  À ce jour, aucun traitement spécifique n’existe pour elle.

25 mars 2024

51:36

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Les cancers du sein triple négatifs

Le cancer du sein triple négatif est un sous-type de cancer du sein particulièrement agressif qui touche souvent les femmes jeunes. Pourquoi ? Qu'est-ce qui le distingue des autres cancers du sein ? Est-il plus à risque de devenir métastatique ? Comment le soigne-t-on actuellement ? Où en est la recherche ? Le Dr Olivier Tredan, coordonnateur du département de cancérologie médicale du Centre Léon Bérard, accompagné de Claude Coutier, présidente du Collectif Triplettes Roses et Christelle, une Triplette, répondent à toutes vos questions.

14 mars 2024

{{ config.event.all }}

Paris

Activité physiqueAtelier

Activité Physique Adaptée : spéciale cancer métastatique

19 juin 2024 • 15h30 - 17h00

L’activité physique peut être proposée de manière bénéfique à toute personne atteinte de cancer, qu’elle soit en cours de traitement ou après traitement.

Bordeaux

Activité physiqueAtelier

Nouveau Parcours – Gym douce TSUNAGI

20 juin 2024 • 11h30 - 12h30

Gym douce TSUNAGI - (Activité physique adaptée)

Bordeaux

Cancers métastatiquesAtelier

Nouveau Parcours – Temps d’échange avec une psychologue

21 juin 2024 • 11h00 - 12h30

Dans le cadre du programme NOUVEAU PARCOURS, nous vous invitons à venir participer au temps d'échange avec notre onco-psychologue, Nena . Ce temps s'articule autour d'un sujet plébiscité dans les dernières séances ou d'un nouveau sujet souhaité par les participantes. Cet atelier est réservé aux personnes touchées par un cancer métastatique.

Paris

Activité physiqueAtelier

Activité Physique Adaptée : spéciale cancer métastatique

24 juin 2024 • 13h00 - 14h30

L’activité physique peut être proposée de manière bénéfique à toute personne atteinte de cancer, qu’elle soit en cours de traitement ou après traitement.