Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

ASCO 2024. Les dernières avancées dans le myélome multiple

{{ config.mag.article.published }} 12 juin 2024

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Le Pr Steven Le Gouill, hématologue, directeur de l’Ensemble hospitalier de l'Institut Curie, décrypte pour nous les derniers résultats dans le traitement du myélome multiple présentés au congrès international de cancérologie de l'ASCO.

CE QU’IL FAUT RETENIR :

L'ajout d'un anti-CD38 améliore le traitement du myélome - roseupassociation - rosemagazineL’ajout d’un anticorps anti-CD38 au traitement actuel (triplet comprenant un corticoïde, un inhibiteur du protéasome et un immunomodulateur) permet d’améliorer le taux et la durée de réponse au traitement.

 

Cette année, à l’ASCO, de nombreuses annonces ont été faites dans le myélome multiple …

Le Pr Steven Le Gouill décrypte les dernières avancées dans le traitement des cancers du sang - roseupassociation -rosemagazine
Institut Curie / ©LANG Thomas

Pr Steven Le Gouill : En effet. Les résultats de 7 études ont été présentés, dont 5 par des équipes françaises. Cela témoigne de la qualité de la recherche française dans ce domaine et de sa reconnaissance à l’international. Il y a une véritable “école” française du myélome dont la relève est assurée.

 

 

Pouvez-vous nous rappeler brièvement comment le myélome est pris en charge ?

Historiquement, le myélome se traitait uniquement par chimiothérapie. Il y avait d’abord des cycles de chimiothérapie dite d’induction, qui combinaient plusieurs molécules. Puis, les patients éligibles à un traitement intensif étaient traités par autogreffe de cellules souches hématopoïétiques qui comprend une dose forte de chimiothérapie administrée sur un temps court. Puis, progressivement, avec les progrès thérapeutiques, sont apparus des traitements en post-autogreffe, dit de consolidation, ainsi que des traitements de maintenance permettant de contrôler plus longtemps de la maladie.

Ce n’est plus le cas actuellement ?

Depuis une vingtaine d’années, de nouvelles molécules ont progressivement remplacé les chimiothérapies d’induction, de consolidation et de maintenance (les patients éligibles à l’autogreffe reçoivent toujours une courte chimiothérapie intensive, ndlr). Aujourd’hui, on utilise une combinaison de 3 classes thérapeutiques  :  un corticoïde, la dexaméthasone ; un inhibiteur du protéasome, comme le Velcade (bortézomib, ndlr) ; et un immunomodulateur, comme le Revlimid (lénalidomide, ndlr).

Suite aux résultats présentés à l’ASCO, une nouvelle classe de médicament va s’ajouter à ce “triplet”…

Il s’agit d’anticorps dirigés contre une protéine exprimée à la surface des cellules tumorales : le CD38. Dans les essais cliniques IMROZ, présenté par le Pr Facon de Lille, et BENEFIT, présenté par le Pr Leleu de Poitiers, l’efficacité de l’isatuximab, un anti-CD38, a été testé chez des patients non éligibles à l’autogreffe.

Ils ont démontré qu’en ajoutant cet anticorps au triplet actuel, en induction et en maintenance, davantage de patients sont en rémission et plus longtemps.

Un autre anti-CD38, le daratumumab, avait déjà montré un bénéfice chez les patients ayant reçu une autogreffe quand il était utilisé en induction, en consolidation et en maintenance.

L’ensemble de ces résultats fait que l’ajout d’un anti-CD38 au triplet devient progressivement le nouveau standard de traitement. Le quadruplet supplante le triplet.


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Tristesse et dépressionActualité

ASCO 2024 – Détecter précocement les signes de dépression post-cancer

Identifier les femmes susceptibles de développer une dépression après un cancer du sein et ce, dès leur diagnostic, c’était l’objectif des travaux présentés cette année au congrès international de cancérologie de l’ASCO par le Dr Antonio Di Meglio. Il les décrypte pour nous.

14 juin 2024

ImmunothérapiesActualité

ASCO 2024. Le point sur les avancées dans le cancer du poumon

Cette année encore des annonces importantes ont été faites lors du congrès international de cancérologie de l'ASCO. On revient sur celles qui concernent les traitements des cancers du poumon.

5 juin 2024

ChirurgieActualité

ASCO 2023. Cancer du col de l’utérus : une chirurgie moins invasive pour une meilleure qualité de vie

Une étude présentée cette année à l'ASCO démontre qu'une hystérectomie simple permet d'améliorer le confort urinaire et sexuel des femmes tout en étant aussi efficace qu'une hystérectomie radicale.

30 juin 2023

Thérapies ciblées et ADCActualité

ASCO 2023. Cancers de l’ovaire : la révolution des ADC

Grâce à l'arrivée de chimiothérapies vectorisées, les oncologues disposent de nouveaux traitements prometteurs contre le cancer de l'ovaire.

22 juin 2023