CAIRE 13, l’association qui aide les travailleurs indépendants face au cancer

Pour les travailleurs indépendants touchés par le cancer, difficile d'obtenir des aides ou de ne pas se sentir isolés. L'association CAIRE 13 les accompagne depuis cinq ans.

rosemagazine-roseup-perdu
@Frankie's

On vous présentait hier Elise, qui se battait avec son assurance professionnelle en tant que médecin libérale : pour les travailleurs indépendants, il est parfois difficile de faire face à la maladie et à ses conséquences. Une association les aide au quotidien : CAIRE 13

CAIRE signifie Cancer Aide Info Réseau Entrepreneur. Le projet est né en 2014, d’un groupe de travail initié par l’Institut Paoli Calmette, à Marseille, et par le service de santé au travail des Bouches-du-Rhônes (GIMS). Son nom : « Cancer et trajectoire professionnelle ». Très vite, un constat s’impose : pour les salariés, des aides et ressources existent pour faire face à la maladie. Mais une des membres de ce groupe de travail a pointé du doigt la situation des travailleurs indépendants. « Son mari était médecin libéral et il avait un cancer, il n’avait aucune aide », raconte Christine Patoux Gavaduan, chargée de mission de l’association CAIRE 13.

C’est ce sentiment d’injustice pour les travailleurs indépendants et isolés qui va motiver le lancement de l’association, soutenue par l’INCA au démarrage. L’objectif de CAIRE : accompagner les indépendants qui croisent le crabe sur leur chemin. Pour les aider, l’association fait appel à des bénévoles experts dans leur domaine : expert-comptable, avocat, médecin du travail.

« Du sur-mesure »

« C’est du sur-mesure, explique Christine. Notre rôle est d’identifier la problématique et de faire un bilan des actions à mettre en place, des aides à solliciter auprès de différents organismes comme les caisses de retraite, les groupes d’assurance etc.» Le premier contact passe par un entretien téléphonique avant une rencontre avec l’expert concerné par la situation. « Mais beaucoup de chose peuvent se faire directement au téléphone ou par mail, il ne faut pas que la géographie soit un frein », rappelle la chargée de mission.

Depuis la création, CAIRE 13 a aidé plus de 300 bénéficiaires, gratuitement. « La moyenne d’âge est environ de 46 ans mais nous avons tous les profils, raconte Christine. Du maçon au médecin en passant par le commerçant. » Si les aides financières sont les plus urgentes, les indépendants peuvent aussi demander des conseil sur des problèmes de redressement de droit ou la nécessité d’adapter son emploi après un parcours de soin.

Sortir de l’isolement

« Souvent les indépendants ne demandent pas d’aide parce qu’ils pensent qu’ils n’ont droit à rien, explique Christine, psychologue du travail depuis quelques années, après une reprise d’étude. Et ils continuent à travailler coûte que coûte. » Son premier conseil ? Sortir de l’isolement. « Personne ne doit tout gérer soi-même ».  Mais aussi se libérer d’un sentiment de culpabilité qu’elle observe souvent : « se dire qu’on a pas assez travaillé, qu’on ne peut pas faire face, qu’on a pas pris la bonne prévoyance et gérer toutes les conséquences sur la vie familiale ». L’association propose également des ateliers pour se rencontrer et échanger sur les difficultés. « A la fin, les travailleurs indépendants nous disent : tiens je pensais que j’étais le seul à être confronté à la maladie ».

L’association est en plein essor. Une fédération a été créée en 2018 et une nouvelle antenne est maintenant ouverte dans le Vaucluse. « Nous avons des pistes pour nous développer au moins dans toute la région Sud », confirme Christine Patoux-Gavaudan.

INFO +

Retrouvez toutes les informations utiles sur le site internet CAIRE 13 ou contacter le 04 86 67 72 72, disponible du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h00.

Mathilde Durand