"Être assurée comme n’importe qui est une vraie victoire"

Alors qu’elle avait renoncé à être assurée lors de l’emprunt de sa maison il y a 10 ans, Céline, enseignante de 41 ans, est aujourd’hui assurée « comme les autres ». Un bel exemple du droit à l’oubli.

Témoignage de Céline pour le droit à l'oubli

J’ai été diagnostiquée d’un cancer du sein en 2006. J’avais à 29 ans. Deux ans après, nous avons décidé d’acheter une maison avec mon mari. J’étais en rémission mais, quand il a fallu remplir le questionnaire médical pour l’emprunt, cela m’a renvoyée à mon statut d’ancienne malade. En plus, je cochais toutes les cases : chirurgie, chimio, radio !

Nous avons contacté énormément d’assurances emprunteur.  Aucune n’a refusé notre dossier bien sûr mais les prix qu’ils nous proposaient été exorbitants ! Plus de 100€ par mois pour m’assurer alors que l’assurance de mon mari coûtait 14€ ! Notre prêt s’étalait sur 25 ans. Ca revenait à plus de 30 000 € au total !

« C’est très culpabilisant »

Alors, nous avons pris un énorme risque : celui de ne pas m’assurer. Ça voulait dire que, s’il m’arrivait quelque chose, mon mari serait obligé de vendre la maison. C’est très culpabilisant.

Il y a quelques mois, nous avons décidé de changer de banque et nous en avons profité pour renégocier le taux de notre prêt. Est arrivé le moment fatidique du questionnaire. La banquière a demandé : « De toute façon, vous n’avez pas d’antécédents ? Pas de cancer ?… » C’est idiot mais je me suis sentie coupable, j’étais replongée dans le même désarroi qu’il y a 10 ans. Je n’ai pas su quoi répondre. Le courtier, qui nous avait accompagné, est intervenu : « Si, mais il y a plus de 10 ans, il y a prescription. » Malgré cela, j’ai bien senti que la banquière était réticente : «Il va falloir que je vérifie… »

Cette fois, je ne me suis pas tue, je savais que j’avais la loi avec moi. Je n’étais plus dans cet état de soumission : « Je veux être assurée pleinement, au même titre que mon mari. » Et c’est ce que j’ai obtenu.

J’étais très émue. La victoire était palpable. C’était une façon de reconnaître que j’étais comme les autres.

Propos recueillis par Emilie Groyer

Retrouvez notre vidéo et notre article sur le droit à l’oubli
Retrouvez la vidéo témoignage de Céline ici