Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Compléments alimentaires : ce qu’il faut savoir sur le millepertuis, le desmodium, le curcuma et le ginseng 

{{ config.mag.article.published }} 28 juin 2024

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Que ce soit par pallier des carences, donner un coup de pouce à son système immunitaire ou encore lutter contre la fatigue, il peut être tentant de prendre des compléments alimentaires de phytothérapie. Il faut toutefois être prudent avec ces gélules d’apparence anodine, surtout quand on a un cancer. Démonstration avec 4 plantes couramment utilisées.

Le millepertuis

Les compléments alimentaires à base de millepertuis peuvent interagir avec les traitements contre le cancer -rosemagazine-roseupassociationOn le prend pour : Ses vertus apaisantes. Cette plante est réputée pour calmer l’anxiété et procurer un sommeil de qualité.

Les risques : En agissant sur des enzymes du foie, le millepertuis peut diminuer la concentration de certains médicaments dans le sang et, de ce fait, leur efficacité1. C’est le cas avec certaines chimiothérapies notamment celles à base de docétaxel, d’irinotecan, de métothrexate ou d’imatinib, et certaines hormonothérapies. Il est donc fortement déconseillé d’en prendre pendant les traitements.

Le ginseng

Les compléments alimentaires à base de ginseng peuvent interagir avec les traitements contre le cancer -rosemagazine-roseupassociationOn le prend pour : Ses vertus énergisantes. Les racines de cette plante sont connues pour lutter contre la fatigue et les pertes de mémoire.

Les risques : On le soupçonne d’interagir avec les traitements mais les études sont contradictoires à ce sujet : dans certains cas, il diminuerait leur efficacité, dans d’autres, il augmenterait leur toxicité. Le principe de précaution s’applique donc avec ce complément alimentaire. Demandez conseil au pharmacien de votre hôpital ou de votre ville : il saura vous donner une réponse personnalisée en fonction du traitement que vous prenez.

 

Le curcuma

Le curcuma a-t-il des propriétés anti-cancéreuses ? roseupassociation rosemagazineOn le prend pour : Ses vertus anti-oxydantes. Cette épice est réputée pour lutter contre les douleurs articulaires et améliorer la digestion. On lui prête même des propriétés anti-cancéreuses.

Les risques : Ils sont doubles. D’une part, le curcuma peut interagir avec les traitements. D’autre part, il peut provoquer des toxicités, notamment hépatiques, si l’on en consomme des doses élevées : plus de 153 mg de curcumine (la substance active du curcuma) par jour pour un adulte de 60 kg2. Or, cette dose peut être largement dépassée lors d’une cure de compléments alimentaires à base de curcuma. Vigilance particulière pour les “nouvelles formulations” de type phytosomes, micelles, ou encore nanoparticules colloïdales qui favorisent grandement son passage dans la circulation sanguine.

Le desmodium

Les compléments alimentaires à base de desmodium peuvent interagir avec les traitements contre le cancer -rosemagazine-roseupassociationOn le prend pour : Détoxifier le foie. Cette plante aurait la propriété de protéger cet organe des excès de nourriture ou d’alcool, ou de la toxicité des médicaments.

Les risques : Il peut provoquer des atteintes hépatiques. Un comble pour un protecteur hépatique ! Contrairement au curcuma, les agences de santé n’ont pas été “en mesure de fixer des conditions d’emploi de Desmodium ne présentant pas de risque3. Sa consommation est donc déconseillée.

TROIS RAISONS DE RESTER VIGILANT AVEC LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES

Quelle que soit leur composition, les compléments alimentaires, et notamment ceux à bases de plantes, doivent être pris avec précaution. Pour 3 raisons :

La qualité

Les compléments alimentaires ne sont pas soumis aux mêmes réglementations que les médicaments. Il peut donc arriver que la nature et la quantité des ingrédients qui les composent soit différentes de celles annoncées (quand c’est le cas) sur l’emballage. Certains ingrédients peuvent se retrouver en plus faible quantité, ou au contraire, en plus grande. On peut également trouver des traces d’ingrédients non listés sur l’étiquette.

Les risques d’interaction

Les compléments alimentaires peuvent perturber l’élimination par le corps de certains traitements, plus particulièrement les thérapies orales. Soit en l’empêchant : dans ce cas, le traitement va rester plus longtemps dans le sang et risquer de provoquer des effets indésirables. Soit en la favorisant : dans ce cas, le traitement sera moins présent dans l’organisme et risque d’être moins efficace.

La toxicité

Certains ingrédients présents dans les compléments alimentaires, comme des plantes, peuvent provoquer des effets indésirables qui leur sont propres.

 

1. La prise de compléments alimentaires a été peu étudiée en oncologie. On ne dispose donc pas de données de “vraie vie” sur l’effet qu’ils peuvent avoir sur tel ou tel traitement et à partir de quelle dose ils peuvent devenir problématiques. Les recommandations quant à leur usage repose essentiellement sur une extrapolation de résultats obtenus sur des cellules ou des animaux et sur le principe de précaution.


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

61:00

Cuisine et nutrition {{ config.replay.label }}

Replay Atelier nutrition – Les idées reçues sur l’alimentation pendant le cancer

Les compléments alimentaires sont sans danger, le sucre alimente mon cancer... Durant ce webinaire, Johana, notre onco-diététicienne, démystifie les idées reçues autour de la nutrition et vous donne de précieux conseils.

18 août 2023

RelaxationConseils

Stress lié au cancer : huit astuces simples pour le combattre

Comment se relaxer vite et bien, quel que soit le lieu ou le moment ? Nos techniques simples et efficaces, parfois bêtes comme chou, et (quasi) gratuites!

23 janvier 2023

Autres pratiquesEnquêtes

Dérives sectaires en santé : Gare aux gourous !

Pour supporter les traitements, aller mieux et guérir, la tentation est grande de se tourner vers les thérapies parallèles. Mais, attention : terrain miné ! Des charlatans sont là, prêts à profiter de la situation. Nos clés pour ne pas tomber dans leurs pièges.

7 novembre 2022

HormonothérapieActualité

Cannabis thérapeutique : élargissement de l’expérimentation aux femmes sous hormonothérapie

Alors que l'expérimentation du cannabis thérapeutique est prolongée d'un an, l'Ansm fait évoluer ses critères d'inclusion. Le Dr Antoine Lemaire, médecin spécialiste de la douleur et des soins palliatifs, chef du pôle Cancérologie et Spécialités Médicales du Centre Hospitalier de Valenciennes, nous explique ce que cela change pour les personnes touchées par un cancer.

17 octobre 2022