Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

"Grâce à mon cancer du sein, j’ai changé ma pratique de gynécologue"

{{ config.mag.article.published }} 7 juillet 2017

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

A 40 ans, Marie, gynéco, se découvre un cancer du sein. Sa résilience ? « Espoir et victoire. Le comble pour un gynécologue ». Le magnifique récit d’une soignante-soignée qui inspire même les étudiants en médecine.

{{ config.mag.article.warning }}

Il y a cinq ans, en se palpant machinalement, Marie, 40 ans, sent comme un petit grain de riz sous ses doigts. Comme une femme sur huit. Sauf que pour elle, palper les seins, c’est son métier. Elle est gynécologue-obstétricienne dans un hôpital. Autant dire qu’elle connaît la musique. Un kyste ? Certainement. Mais par acquis de conscience, elle passe une échographie. Puis une biopsie, le 11 septembre.

Quand le médecin devient patient

Le verdict tombe aussitôt, c’est un cancer ! Un cancer infiltrant. Alors, tout s’enchaîne : examens complémentaires, qui mettent au jour un deuxième foyer cancéreux de 18 mm ; exérèse des tumeurs et des ganglions ; ablation du sein ; chimiothérapie ; radiothérapie ; hormonothérapie ; reconstruction mammaire. Le parcours des femmes touchées par un cancer. Sauf que Marie est médecin. Pourtant, très vite, la jeune femme retire sa blouse blanche.

Comme tout le monde, « il m’a fallu supporter la lourdeur des traitements », raconte-t-elle. Courageusement ? « Non, je suis descendue au fond du puits. Le pire étant l’alopécie. Même si j’ai porté une super belle perruque et que certains pensaient que j’avais changé de coupe, celle que je voyais dans le miroir était quelqu’un d’autre. Je fus « cette morte qui marche encore », comme l’écrit le Pr Khayat. Je regardais les autres vivre. Le cancer relève de la bombe atomique. Quiconque ne l’a pas vécu dans sa chair ne peut jauger la violence de la déflagration qui se produit chez le sujet malade ».

Douleur, pertes de mémoire, nausées puissance 10, pour traverser l’épreuve, Marie va  « tout essayer : l’auriculothérapie, la micronutrition, l’acupuncture…  Cela m’a permis de survivre. J’étais loin de ce que j’avais appris pendant mes études, la médecine « traditionnelle ». Là, je touchais les médecines dites convergentes. Ce qui m’a aidée aussi ? Rose Magazine ! Un soutien inestimable dans des moments terribles. J’y ai trouvé des astuces, des vérités, de la clairvoyance et tout médecin-sachant que j’étais, j’en avais vraiment besoin ».

Un livre pour positivité son cancer

Puis, petit à petit, la vie reprend… Marie recommence d’abord son travail à mi-temps thérapeutique. Malgré la fatigue. Et ses deux enfants en bas âge. Elle apprend à dire non. Pour préserver l’essentiel. Sa vie de famille. « Ce cancer a changé ma vie », avoue-t-elle, il a fait office de feu rouge. Il fallait absolument que j’en fasse quelque chose de positif ». Ce sera un livre. Ayant découvert l’envers du décor, Marie pose un regard de soignée sur le monde soignant qu’elle croyait connaître. « J’ai essayé d’aborder tous les sujets, même les plus tabous, comme la libido, ou la fatigue, que les autres ne voient pas, mais qui perdure bien après la fin des traitements. De donner des conseils aux patientes pour leur faciliter le difficile suivi des traitements et la compréhension d’un monde médical obscur. Partager des tuyaux pour limiter les difficultés que l’on peut rencontrer sur les plans professionnel et administratif, notamment pour s’assurer, contracter un prêt ».

Un livre aussi essentiel pour les patientes que pour les soignants

«Mon livre a été retenu comme lecture obligatoire aux étudiants de 1ère année de médecine de la fac de Lyon », poursuit Marie. Lors d’une conférence devant 1200 étudiants, la soignante, ex-patiente,  a été accueillie par une ovation. « J’espère leur avoir fait passer plusieurs messages utiles pour leur vie de futurs soignants », ajoute celle qui a passé un cap. « Après 20 ans passés en CHU, je démarre aujourd’hui une pratique gynéco-obstétricale libérale avec accompagnement en hypnose pour l’obstétrique comme pour la gynéco-cancéro, dans le Limousin ». Pour rendre ce qu’elle a reçu, et surtout, parce que Marie a trouvé sa voie. 

« Espoir et Victoire ». Ce sont les mots de soutien adressés par son premier chef de service lorsqu’il a appris que son ancienne élève avait un cancer. C’est aussi le titre d’un livre à partager sans modération.

LES CONSEILS DE MARIE A LA MANIÈRE DE MAITRE YODA 

1 – En blouse blanche, te présenter tu n’oublieras pas.
2 – Bienveillant tu seras.
3 – Dans tout protocole, chaque patient est unique tu penseras.
4 – Pas seulement à coup de traitements, mais par la présence tu soigneras.
5 – Dans la prise en charge de chaque malade, l’être humain tu regarderas.
6 – La douleur du patient tu calmeras.
7 – L’angoisse tu combattras.
8 – Les corticoïdes tu ajusteras.
9 – Le vécu du patient tu écouteras.
10 – A réduire l’attente du sujet tu t’appliqueras.
11 – La fatigue du malade tu ne démentiras pas.
12 –  La souffrance morale tu entendras.
13 – La médecine non conventionnelle tu accepteras.
14 – La reprise du travail tu encourageras.
15 – Les statistiques tu oublieras.
ET « QUE LA FORCE SOIT AVEC TOI ! »

 


{{ config.mag.team }}

Céline Dufranc

Journaliste

Films et sériesActualité

Cancer, jeunesse et réseaux sociaux

Ils s’appellent Marriah, Lucie, Jolann et Victorine… Ils ont grandi avec les réseaux sociaux et c’est naturellement qu’ils s’en sont servi pour parler de leur cancer découvert alors qu’ils n’avaient qu’une vingtaine d’années. Ils témoignent dans Les Vivants, un documentaire lumineux, signé Hélène Lam Trong et Jérémy Bulté.

28 février 2024

17:23

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Catherine : « J’avais tout idéalisé et rien ne s’est passé de cette façon-là »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Catherine. Ce sont de fortes douleurs au ventre qui poussent Catherine à aller aux urgences. Après quelques semaines d’errance diagnostique, le couperet tombe : cancer du colon. Il faut opérer. Prise en main par un chirurgien avenant et rassurant, elle est sûre que tout va bien se passer. Sauf que…

26 février 2024

25:21

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Carène : « Je rentre dans un escape game et il faut en sortir la meilleure »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Carène. Tout a commencé par une gêne dans la bouche que son médecin attribue d’abord à un aphte. Mais l’aphte ne disparaît pas. Une consultation chez une ORL révélera qu’il s’agit en fait d’un cancer de la langue. Elle ne savait même pas que cela existait. Passé le choc, elle n’a plus qu’une seule idée en tête : tout faire pour s’en sortir.

12 février 2024

17:00

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Stéphanie : « Là, l’épée de Damoclès que tu avais sur la tête tombe »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Stéphanie. Stéphanie aimerait avoir un deuxième enfant. Parce qu’elle est atteinte d’une maladie génétique, elle doit recourir à une fécondation in vitro. Et parce qu’elle a la quarantaine, on lui demande de passer une mammo. Une première pour elle.

29 janvier 2024

{{ config.event.all }}

Bordeaux

Atelier

Goûter mensuel

27 mars 202415h00 - 16h30

Nous vous invitons à un goûter mensuel au sein de la Maison RoseUp de Bordeaux. Convivialité et bonne humeur sont au rendez vous pour ce temps de partage entre adhérentes. 

Bordeaux

Atelier

Café RoseUp -Spécial Cures thermales

7 mars 202415h00 - 16h30

Nous vous invitons à venir nous retrouver avec Valérie, une patiente partenaire qui a traversé un cancer pour poser vos questions et pour partager vos ressentis et votre expérience autour d'un thème. Ce moment de partage est organisé autour d'un goûter convivial et chaleureux. C'est un rendez vous thématique bimensuel. Le thème peut être revu le jour de l'atelier suivant les retours de chacune des participantes.

Bordeaux

Estime de soiAtelier

Cycle thématique se réconcilier avec son corps- Café RoseUp – Groupe d’entraide avec une Patiente Partenaire

19 mars 202415h00 - 16h30

Nous vous invitons à venir nous retrouver avec Valérie, une patiente partenaire qui a traversé la maladie pour partager . vos ressentis , vos questions et expérience autour d'un thème. Ce moment de partage est organisé autour d'un goûter convivial et chaleureux. C'est un rendez vous thématique bimensuel. Le thème peut être revu le jour de l'atelier suivant les retours de chacune des participantes.

Bordeaux

Atelier

Hors les Murs à Sainte Foy La Grande – Café RoseUp

16 février 202410h15 - 12h00

Dans le cadre de notre projet Hors les murs, nous vous invitons à venir nous retrouver à Sainte Foy La Grande afin de participer à un temps d'échange avec Elisabeth, une patiente partenaire qui a traversé la maladie pour partager, vos ressentis, vos questions et expérience autour d'un thème. Ce moment de partage est organisé autour d'un goûter convivial et chaleureux. Le thème peut être revu le jour de l'atelier suivant les retours de chacune des participantes.