Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Quand le cancer s’affiche sur Instagram

{{ config.mag.article.published }} 2 novembre 2018

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Elles sont des milliers à poster chaque jour . Des images qui racontent de près ou de loin leur maladie. Pourquoi instagram est-il devenu « the place to be » pour ces femmes malades ? Qu’en retirent-elles ? Quelles en sont les limites ? Explications.

{{ config.mag.article.warning }}

Quand elle apprend son cancer du fémur, en 2012, Ophélie (@ophe_lpc) n’a que 15 ans : « Évidemment, j’ai tout de suite pensé à la mort. Mais, très vite, j’ai relativisé pour me battre. Sur Instagram, je suivais déjà beaucoup de filles prônant le body positive, à savoir l’acceptation de son corps. » Convaincue d’avoir elle aussi une histoire à raconter, un combat pour la vie, Ophélie se met à poster des photos d’elle. Des portraits souriants, des clichés de ses jambes à peine visibles sous des bulles de bain moussant, puis petit à petit de très jolies photos en maillot de bain où l’on distingue clairement ses cicatrices. Toutes sont assorties d’un commentaire sur sa soif de vie.

Ophélie est loin d’être un cas isolé. à lui seul, le #cancer rassemble plus de 10 millions de publications sur Instagram, émanant essentiellement (voire majoritairement) de femmes. Certaines sont malades, d’autres en rémission. Leurs posts sont réguliers, arty, retouchés, posés, naturels, en rapport (ou pas) avec leurs traitements ou leur maladie. Tout est possible car leurs motivations sont diverses.

Journal de bord

Pour Sophie Salvat, 39 ans (@sofi_ellesse), Instagram est « un journal de bord », un exutoire qui lui permet de raconter, en images, son cancer du sein (diagnostiqué en janvier 2018). Ses joies, ses peines, ses progrès et ses doutes. « Je réfléchis toujours à la photo et à ce qu’elle peut apporter à la communauté, explique-t-elle. Parfois, j’appose des filtres ou des cœurs, pour flouter le visage de mes enfants par exemple, mais sinon j’essaie de rester naturelle. C’est un témoignage. » Même souci d’authenticité pour Muriel Verger, 36 ans, (@mumuverger), qui réalise ses selfies sans perche ni équipement particulier. Juste avec son portable à bout de bras. « Je me sens plus libre comme ça », précise-t-elle. Géraldine Dormoy (@cafemode), une instagrameuse de longue date, n’avait de son côté aucune envie de tenir la chronique de sa maladie. Elle craignait trop de renforcer les clichés sur le cancer. « Je ne voulais pas poster de photo de l’univers hospitalier, ni rien donner à voir qui puisse effrayer les non-malades, dit-elle. Partager mes lectures et mes cours de yoga était pour moi une manière plus large d’évoquer ma maladie que de parler de la tumeur et du traitement. » Géraldine consulte et apprécie aussi les comptes Insta plus traditionnels : « Je n’ai pas envie de montrer mes moments down, mais je trouve très bien que d’autres le fassent. Ça m’aide beaucoup. Voir des photos de filles avec leur perfusion m’a énormément soutenue avant que je me rende à ma première chimio. »

« Ma béquille et mes cicatrices sont dures à accepter au quotidien. Mais les commentaires de ma communauté me rendent plus forte »

Qu’elles postent des photos en lien direct avec leur maladie ou pas, les instagrameuses du cancer sont en tout cas unanimes sur un point : dans leurs communautés de k-figtheuses, les commentaires de haters sont très rares. Le maître mot est au contraire la bienveillance. Lorsqu’elle a annoncé son cancer du sein sur Insta en janvier dernier, Géraldine dit ainsi avoir reçu « un tsunami et une déflagration d’amour extraordinaires ». Audrey Ginisty, psycho-oncologue et auteure du blog lapsyquiparle.fr, le constate elle aussi : « Sur les forums de discussion s’échangent surtout des situations négatives, photos trash à l’appui. Sur Instagram, on vient à l’inverse se soutenir, s’encourager et être dans la compassion. On s’épargne les choses anxiogènes. » Des conseils, des recommandations de médecins et d’établissement, des commentaires positifs, des encouragements comme « la photo est superbe », « tu es parfaite », « quelle force », « radieuse », « bravo, quel courage de se mettre à nu pour montrer la suite d’une opération », voilà ce que reçoivent les instagrameuses.

Autocompassion

Du coup, Insta aiderait-il ces femmes à guérir ? « Non, on ne peut pas parler de guérison, mais ce qui est sûr, c’est que ça les aide à supporter le cancer et l’après-cancer car elles tissent autour d’elles une toile qui favorise l’autocompassion, indique Audrey Ginisty. Voir qu’elles ne sont pas les seules à vivre cette épreuve vient légitimer leur mal-être physique et psychique. En recevant la compassion des autres et en se comparant, elles sont plus sympas avec elles-mêmes. Et être compassionnel avec soi-même, c’est bon pour la santé psychique. » Ophélie ne dit pas autre chose : « Ma béquille et mes cicatrices sont dures à accepter au quotidien. Mais les commentaires de ma communauté me rendent plus forte. Alors je continue. » Michael Stora, psychologue et auteur de Et si les écrans nous soignaient ? Psychanalyse des jeux vidéo et autres plaisirs numériques (ères, 2018), considère lui aussi que « ces communautés de soutien sont d’excellentes initiatives. La parole de l’autre, que l’on ne connaît pas, a souvent plus d’impact que celle d’un proche ». Au départ, d’ailleurs, Muriel avait choisi de raconter sa maladie via son compte Facebook (Mon Crabe Paulo), pour que ses proches aient des nouvelles d’elle sans avoir besoin de l’appeler ou de lui envoyer des SMS.

« La parole de l’autre, que l’on ne connaît pas, a souvent plus d’impact que celle d’un proche »

Puis elle a basculé sur Instagram pour « rejoindre une communauté d’entraide et jouir d’un effet miroir ». Pour elle, poster sur Insta est une manière « de se voir évoluer et d’être valorisée. C’est à la fois motivant pour soi et pour les autres. Quand j’étais mal, voir de belles filles malades sur Insta me faisait sourire et je me disais “demain, toi aussi tu seras comme elles” ». « Sur ce réseau, la photo prime les commentaires, confirme Audrey Ginisty. Poster des photos de soi malade et en rémission est un moyen d’accepter sa maladie et ses traitements et de se réapproprier son image. Les femmes se créent alors une identité de passage. » Pour autant, « Instragram n’est pas la vraie vie non plus, relativise Muriel. On ne montre que ce que l’on veut bien montrer ». Mais gare à la course aux « likes ». « A toujours s’exposer belle et forte sur Insta, le risque est de ne pas s’autoriser à être mal, de ravaler sa tristesse et sa culpabilité d’être tombée malade, de n’avoir pas su écouter son corps », prévient Audrey Ginisty.

Sylvie Laidet

Retrouvez cet article dans Rose Magazine (Numéro 15, p. 38)


{{ config.mag.team }}

La rédaction de Rose magazine

Image et estime de soiEnquêtes

Cancers au masculin : quand le silence fait mâle

Si des hommes publics ont évoqué leur maladie, comme Florent Pagny en 2022, force est de constater que globalement, sur ce sujet, la gent masculine demeure mutique. Pourquoi est-ce si difficile, pour eux, de mettre des mots sur les maux ? On a posé la question.

13 novembre 2023

Double peineEnquêtes

Être étudiante quand on a un cancer : un cursus de malade

Poursuivre ses études quand on a un cancer est possible mais ardu. Face à un enseignement supérieur globalement inadapté, il faut avoir une niaque en acier trempé pour décrocher son diplôme. Et savoir frapper aux bonnes portes…

28 août 2023

Image et estime de soiTémoignages

Cancer colorectal – « Je dis merci à ma cicatrice ! »

Ariya est atteinte d'un cancer colorectal qui lui a laissé une cicatrice de 26 cm sur le ventre. Un stigmate qu’elle a appris à aimer et qu’elle n’hésite pas à montrer pour aider celles et ceux qui ont du mal à accepter la leur.

Interviews d'experts

La minute psycho – Le cancer me rend-il plus forte ?

Le psychiatre Christophe André estime que faire abstraction de ses fragilités et ses cicatrices est surhumain. Il propose d'adopter la philosophie du kintsugi : accepter ses fêlures en les sublimant.

27 février 2023

{{ config.event.all }}

Bordeaux

Angoisse et stressAtelier

Sophrologie – Gagner en confiance en soi

16 mai 202416h15 - 16h45

Sophrologie - Gagner confiance en soi Grâce à différents exercices de respiration, d’écoute des sensations corporelles et de visualisation, la sophrologie vous aidera à traverser l’épreuve du cancer en vous apprenant à relâcher vos tensions, à expulser vos peurs et à accepter votre état d’être. C'est la voix douce de Jessica Mallet-Seznec, Sophrologue, qui vous guidera dans cette pratique.

Paris

Emploi et reprise professionnelleAtelier

Rose Coaching Emploi – Session 13 – Art thérapie

30 mai 202410h00 - 12h00

  Trouvez un autre moyen d'expression, laissez parler votre créativité, c'est l'objet de cette séance.

Paris

Emploi et reprise professionnelleAtelier

Rose Coaching Emploi – Session 13 – Avocate en droit du travail

2 mai 202414h00 - 15h30

Avocate en droit du travail : cet atelier vous aidera à connaître vos droits pour votre reprise du travail

Bordeaux

Activité physiqueAtelier

1ère rencontre – APA

2 mai 202409h30 - 10h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Yann Franchet, intervenant en APA, vous rencontre en temps individuel pour élaborer avec vous vos besoins et votre accompagnement en fonction de votre parcours et de vos traitements. Il vous présentera également  les nombreux bienfaits de l'activité physique adaptée :  Renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel…