Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Lipomodelage et reconstruction : retrouver une poitrine naturelle

{{ config.mag.article.published }} 23 septembre 2013

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Associé à n’importe quelle technique de reconstruction mammaire, le lipomodelage maximise les chances de retrouver une poitrine à l'aspect naturel.

{{ config.mag.article.warning }}

Retrouver sa poitrine d’avant est le rêve de bon nombre de femmes mastectomisées, celui qui effacerait d’un coup la mutilation… Hélas, la reproduction à l’identique du sein disparu n’est pas possible. En revanche, le façonnage d’une doublure de plus en plus réaliste est désormais possible.

Pour parvenir à un résultat le plus naturel possible, l’idéal est de recourir à des séances de lipomodelage, la « French Aesthetic Touch », associées à une  technique de reconstruction mammaire « autologue » comme le Diep ou le dédoublement mammaire. Avec ces procédés, fini les prothèses à changer tous les dix ans. Ils n’utilisent en effet que des tissus prélevés sur d’autres parties du corps (peau, graisse provenant du ventre, des fesses ou du sein controlatéral).

De même le lipomodelage, qui est une autogreffe de graisse destinée à modeler le sein et à corriger certaines irrégularités ou asymétries de la poitrine. Marie, une infirmière de 37 ans, en a bénéficié après avoir fait reconstruire l’un de ses seins par Brava et l’autre par Diep, et elle est enthousiaste: « Je sens mes seins, ils bougent… comme ceux d’avant! ».

Le lipomodelage: une révolution

Avec le lipomodelage, l’effet naturel est garanti. C’est « la demande la plus fréquente. Les femmes souhaitent des résultats naturels et durables », constate le Dr Christophe Ho Quoc, chirurgien plasti­cien au Centre Léon-Bérard, à Lyon. C’est son chef de service, Emmanuel Delay, qui a introduit le procédé en France, en 1998. Aussi appelée lipostructure ou lipofilling, cette pratique, désormais remboursée par la sécurité sociale, a révolutionné la chirurgie réparatrice.

Pourquoi ? « Parce que la graisse est une ressource précieuse », explique le Dr. Richard Abs, chirurgien plasticien, Président de la SOFCEP*, « elle n’entraîne aucun risque d’intolérance ou d’effet secondaire. Les résultats sont définitifs et très naturels. Autre grand secret de la graisse, son apport en cellules souches, qui est un véritable cocktail de jouvence pour la peau. Nous l’utilisons pour rehausser les zones où l’on a besoin de volume ou de rondeur comme au niveau des seins, des fesses ou ailleurs ».

Rarement utilisée seule, la technique du lipomodelage aide autant à parfaire le résultat des techniques autologues que des techniques avec implant, mais aussi pour des retouches localisées. « Elle est devenue un complément indispensable à toutes les reconstructions mammaires », confirme le Dr Isabelle Sarfati, cofondatrice de l’Institut du sein, à Paris. Cela améliore considérablement le galbe et les contours du sein, peut corriger une encoche, remplir des creux ou des zones déprimées même au-delà du sein, sur le thorax, si la mastectomie a été agressive.

Pour les cancers de petites dimensions traités par tumorectomie, c’est à-dire ablation uniquement de la tumeur, pouvant entraîner des déformations du sein du type rétraction, encoches et tout type d’anomalies de contour des seins, le lipomodelage est une aide précieuse.

Lorsque l’on est en rémission, c’est aussi un excellent traitement pour combler et redessiner les contours rétractés et déformés du sein, et pour recréer le volume mammaire perdu. Cela permet de retrouver une symétrie, tout en apportant de la souplesse au sein reconstruit.

Pour le Dr Ho Quoc, « c’est le présent et l’avenir de la reconstruction. Elle permet d’améliorer le volume, la forme, la projection, la consistance et les contours du sein, le tout sans corps étranger ni cicatrice visible ». Et en plus, ce procédé est un excellent moyen de lutter effica­cement contre… la culotte de cheval !

La nécessité d’être sûre de son choix

En effet, pour remodeler le sein, le chirurgien va devoir prélever par lipoaspiration de la graisse dans le ventre, les hanches ou les… cuisses. Après l’avoir centrifugée pour la purifier, il va la réinjecter dans la région thoraco-mammaire, via de petites incisions de 1 à 2 mm. Enfin, tel un sculpteur, il va procé­der au modelage, en répartissant les injections de graisse en multicouches, comme de fins spaghettis, là où l’on veut donner de l’arrondi, ou de la projection.

Du grand art, qui nécessite une à deux heures d’intervention, selon le nombre de prélèvements de graisse à effectuer et la quantité à transférer. Il faut au moins trois ou quatre séances, pratiquées sous anesthésie générale, et à trois mois d’intervalle, pour un résultat vraiment abouti.

Il faut donc s’armer de patience. Et, surtout, être sûre de son choix. Pas toujours facile à faire à l’issue d’un parcours déjà long et souvent traumatisant. Condition sine qua non pour être candidate au sein lipofillé ? Ne pas jouer au yo-yo avec son poids: « On travaille sur de la matière vivante, donc la taille de la poitrine variera au gré des prises ou des pertes de kilos », précise le spécialiste. Raison de plus pour conserver sa silhouette « liposucée» au gramme près.

La technique du lipomodelage : sans danger

Certes, dans certains cas, le lipo­filling peut induire des microcalcifications, qui n’ont cependant rien à voir avec des lésions précancéreuses. « Les études ne mettent en évidence aucun élément qui rende l’injection de graisse responsable de la genèse ou de la récidive d’un cancer du sein, ni même qui perturbe la surveillance », précise le Dr Julien Pauchot, chirurgien au CHU de Besançon.

De son côté, après avoir passé toutes les évaluations et contre-évaluations au crible, la Société française de chirurgie plastique reconstructrice et esthétique a mis fin à vingt ans de polémique sur cette technique en la reconnaissant officiellement comme « d’une grande efficacité ». Autant dire une consécration.

EN PRATIQUE

Comment se déroule l’intervention ?

Sous anesthésie générale ou locale, l’intervention se décompose en trois étapes : prélèvement, centrifugation, réinjection. Dans un premier temps, la graisse en excès est prélevée par lipoaspiration (au niveau des cuisses, abdomen, fesses, culotte de cheval), puis elle est préparée (purifiée par centrifugation) et, lors de la même intervention, la graisse est transférée au niveau des seins à l’aide d’une micro-canule. Avant et après l’intervention, un examen radiologique est préconisé dans un centre spécialisé en imagerie mammaire.

Comment agissent les tissus graisseux en se greffant ?

Le lipomodelage consiste à réaliser une véritable greffe de tissu graisseux et à injecter de fins « spaghettis » de graisse qui vont devenir, une fois revascularisés, un composant vivant de la zone où ils ont été déposés. Le lipomodelage est alors définitif. A 3 mois, on obtient le volume final, qui est sensible aux variations de poids, d’où l’importance de la stabilité pondérale. Dans le cas d’une chirurgie réparatrice, il faut souvent deux séances de lipomodelage pour obtenir le résultat escompté car la graisse injectée se résorbe de 30% en moyenne. Dans le cas d’une chirurgie esthétique du sein, on réalise habituellement une seule séance.

Est-ce remboursé ?

Le lipomodelage peut être pris en charge par l’Assurance Maladie. Elle vient de faire paraître de nouveaux codes pour cette intervention, qu’elle intitule dans la CCAM : autogreffe de tissus adipeux. Deux codes QEEB317 pour les autogreffes de tissus adipeux de moins de 200 cc, et QEEB152 pour les autogreffes de tissus adipeux de 200 cc et plus au niveau du sein. L’Assurance Maladie prend en charge la partie Sécurité Sociale des honoraires, mais, non le « dépassement d’honoraires » qui reste à la charge de la patiente, en fonction du niveau de remboursement de sa mutuelle. Cette prise en charge est limitée aux cas de reconstructions mammaires, de séquelles de traitement conservateur, d’asymétrie importante, et de syndromes malformatifs comme les seins tubéreux ou le syndrome de Poland.

 

*Société Française des Chirurgiens Esthétiques Plasticiens (SOFCEP)


{{ config.mag.team }}

Céline Dufranc

Journaliste

Tristesse et dépressionActualité

ASCO 2024 – Détecter précocement les signes de dépression post-cancer

Identifier les femmes susceptibles de développer une dépression après un cancer du sein et ce, dès leur diagnostic, c’était l’objectif des travaux présentés cette année au congrès international de cancérologie de l’ASCO par le Dr Antonio Di Meglio. Il les décrypte pour nous.

14 juin 2024

60:00

Reconstruction mammaire {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Tout savoir sur la reconstruction de l’aréole et du mamelon

Après une mastectomie, voir son mamelon et son aréole "redessinés" constitue souvent la touche finale à un (long…) parcours de reconstruction. Le Dr Benoit Couturaud, chirurgien plasticien et cancérologue à l'institut Curie, et Laurence Malzard, tatoueuse, fondatrice de Dermaréole et ancienne patiente, vous montreront les options qu'offrent la chirurgie et le tatouage.

7 juin 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Anne : « Je suis comme Alice au Pays des Merveilles qui tombe dans le terrier du Lapin Blanc »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Anne. C’est en vacances, en plein mois d’août, qu’elle sent une boule dans son sein. Elle décide de ne pas écouter une voix intérieure qui la taraude et qui lui répète « Regarde là ! ». Elle esquive, tergiverse, jusqu’à ce qu’un torticolis la pousse à aller voir un médecin. Anne ressort de la consultation avec une ordonnance non pas pour une séance de kiné mais pour effectuer la toute première mammographie de sa vie. Le mot « cancer » est prononcé. La voilà propulsée dans une autre dimension.

6 mai 2024

20:13

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Sandrine : « Quand le diagnostic du cancer tombe, c’est le deuil de l’enfant que je dois faire… »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Découvrez l’histoire de Sandrine. Infirmière, mariée, Sandrine est une femme heureuse. Sauf qu’elle n’arrive pas à tomber enceinte. Elle se lance alors dans un parcours de PMA et enchaîne plusieurs tentatives toutes infructueuses. Il lui reste une chance, la dernière. C’est alors qu’on lui détecte une tumeur au sein.

22 avril 2024

{{ config.event.all }}

En ligne

KinéConférence

Kiné – Se préparer ou se remettre d’une chirurgie du sein ou de l’aisselle

21 août 2024 • 11h00 - 12h00

Votre opération du sein ou votre curage axillaire sont programmés ou tout juste passés ? Venez prendre conseil auprès de Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose à l'occasion de ce webinaire. Elle vous expliquera comment préparer votre corps avant la chirurgie ou comment le remobiliser après. Elle vous proposera des exercices faciles à reproduire et à intégrer dans votre routine du quotidien.