Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Préserver la fertilité grâce à des ovaires artificiels

{{ config.mag.article.published }} 4 juillet 2018

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Des chercheurs danois sont parvenus à développer un ovaire artificiel. Encore à un stade expérimental, le procédé permettrait d’éviter de préserver des tissus déjà envahis par des cellules cancéreuses.

{{ config.mag.article.warning }}

Avoir un enfant après un cancer. Cette demande légitime se fait de plus en plus pressante alors que le cancer touche de nombreuses jeunes femmes en âge de procréer.

Pourtant, certains traitements, comme la chimio et de la radiothérapie peuvent impacter notre capacité à concevoir. Avant le début du protocole, les femmes peuvent donc recourir à des techniques de préservation de la fertilité : vitrification d’ovocytes ou d’embryons, cryopréservation du tissu ovarien… Elles ont toutefois leurs limites (voir notre article sur les techniques de préservation de la fertilité). L’un des risques majeurs est de conserver un tissu déjà envahi par des cellules cancéreuses.

Une équipe danoise a réussi à contourner ce problème. Leur méthode prometteuse a été présentée hier au congrès de l’European Society of Human Reproduction and Embryology : les chercheurs ont prélevé du tissu ovarien chez des femmes devant subir des traitements anticancéreux. Ce tissu a ensuite été traité chimiquement pour éliminer toutes les cellules, et par conséquent les éventuelles cellules cancéreuses qui s’y trouvaient. Ne restait alors qu’un « squelette », une sorte d’échafaudage qui a servi de support pour faire croître et se multiplier des follicules, les cellules à partir desquelles les ovules se développent. L’ovaire artificiel ainsi obtenu a ensuite été greffé chez des souris. Un quart d’entre eux a survécu pendant 3 semaines.

La technique est encore à un stade précoce de développement. Les chercheurs doivent encore faire face à des défis majeurs comme améliorer la survie des cellules et amener l’ovaire à maturité. Pourtant c’est bien une nouvelle piste de recherche et d’espoir qui est ouverte !

Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

ParentalitéInterviews d'experts

Cancers héréditaires et sélection d’embryon : que dit la loi ?

Être porteur d’une mutation prédisposant au cancer, c’est vivre avec la peur de la transmettre à ses enfants. Le diagnostic pré-implantatoire (DPI), en permettant de sélectionner les embryons exempts du gène défaillant, permet d’écarter ce risque. Est-il ouvert à tous les cancers héréditaires ? Comment peut-on en bénéficier ? Le Dr Céline Moutou, Présidente de la Société Française de Diagnostic Préimplantatoire, nous aide à y voir plus clair.

13 mai 2024

17:00

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Stéphanie : « Là, l’épée de Damoclès que tu avais sur la tête tombe »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Stéphanie. Stéphanie aimerait avoir un deuxième enfant. Parce qu’elle est atteinte d’une maladie génétique, elle doit recourir à une fécondation in vitro. Et parce qu’elle a la quarantaine, on lui demande de passer une mammo. Une première pour elle.

29 janvier 2024

Témoignages

Virgilia Hess : « Pendant la chimio, mon bébé et moi formions un duo »

La jeune maman revient pour nous sur sa grossesse chamboulée par le cancer. Un heureux événement qui s'est teinté de sentiments contradictoires, entre angoisse et courage.

ParentalitéQuestion/Réponse

Cancer et parentalité : « Mon fils régresse. Dois-je m’inquiéter ? »

Brigitte a un fils a 6 ans. Depuis qu'elle lui a annoncé son cancer, il se remet à faire pipi au lit. Doit-elle s'en inquiéter ? Nicole Landry-Dattée, psychanalyste et auteur du livre « Ces enfants qui vivent le cancer d’un parent », la rassure.

14 avril 2023

{{ config.event.all }}

Bordeaux

ParentalitéAtelier

Café RoseUp – Groupe d’entraide avec une Patiente Partenaire

22 février 2024 • 15h15 - 16h45

Nous vous invitons à venir nous retrouver avec Valérie, une patiente partenaire qui a traversé la maladie pour partager . vos ressentis , vos questions et expérience autour d'un thème. Ce moment de partage est organisé autour d'un goûter convivial et chaleureux. C'est un rendez vous thématique bimensuel. Le thème peut être revu le jour de l'atelier suivant les retours de chacune des participantes.

En ligne

Cuisine et nutritionAtelier

Alimentation et fertilité

13 juin 2022 • 16h00 - 17h00

Pendant et après les traitements, la fertilité peut être un sujet d’inquiétude. Quelle influence a la nutrition ? Quels sont les aliments à privilégier et à limiter ? Y-a-t-il un intérêt à prendre des compléments ?