Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer et psycho : « Pourquoi moi ? »

{{ config.mag.article.published }} 30 septembre 2022

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Sandrine a toujours eu une vie saine : elle ne fume pas, mange équilibré, fait du sport. Pourquoi ce cancer tombe sur elle ? Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, lui répond.

{{ config.mag.article.warning }}

Sophie Lantheaume : Vouloir connaitre la cause de ce qui a créé ce cancer est une volonté de chaque patient mais il est malheureusement difficile d’y répondre, tant les facteurs sont multiples. On parle souvent effectivement de l’alimentation, de la consommation d’alcool et de tabac, de la nécessité de faire du sport… On oublie les facteurs qu’on ne voit pas et qui ne sont pas forcément « contrôlables » : je pense à l’environnement, à l’exposition à des toxiques, aux évènements émotionnels difficiles successifs susceptibles de fragiliser le système immunitaire par exemple.

Le fait que vous ayez déjà une vie « saine » avant de tomber malade est un sacré avantage, dans le sens où cela va aider votre corps et votre mental à faire face aux traitements et aux effets secondaires. En effet, il est d’autant plus recommandé d’avoir une alimentation équilibrée et de pratiquer une activité physique adaptée lorsque l’on est atteint d’un cancer.

« La question à se poser est plutôt du sens à donner à cette expérience de maladie qui vous arrive. »

Comme l’explique très bien Christophe André dans son dernier ouvrage « Consolations », la question à se poser n’est peut-être pas celle de la cause en tant que signification – pourquoi est-ce que ça m’arrive ? qu’ai-je fait pour mériter cela ? – mais plutôt du sens à donner à cette expérience de maladie qui vous arrive : « Quel sens cela va-t-il donner à ma vie maintenant que l’épreuve me touche ou m’a touchée ? ». En fait, plutôt que de se demander « pourquoi moi ? », nous pourrions nous poser la question du « pourquoi faire ? » : Quel(s) apprentissage(s) vais-je pouvoir tirer de par cette expérience ? Qu’est-ce que cette maladie va me permettre de faire ? Est-ce qu’elle me permet de faire évoluer mon regard sur la vie par exemple ? Mon rapport aux gens ? Est-ce que j’apprécie différemment mon quotidien aujourd’hui ? …  La maladie ne pourrait-elle pas me permettre de faire des choses que j’ai toujours voulu réaliser mais que je ne me suis jamais autorisée… ?

Depuis l'annonce de son cancer, Gaelle ose rien d'elle même - roseupassociation - rosemagazineLIRE AUSSI : Retrouvez le témoignage de femmes qui se sont prises à dire ou faire des choses dont elles ne s’imaginaient pas capables avant dans notre série « Depuis mon cancer, j’ose !« .


{{ config.mag.team }}

Sophie Lantheaume

Docteur en psychologie de la santé

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Comment faire comprendre à mes proches que je ne veux pas parler de la maladie ? »

Depuis qu'elle leur a annoncé son cancer, les amis de Kate ne lui parlent plus que de ça : où en sont ses traitements, a-t-elle des effets secondaires... Elle sait qu'ils s'inquiètent pour elle mais elle aimerait parler d'autre chose quand elle les voit. Comment leur faire comprendre sans les froisser ? Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

17 juin 2024

Image et estime de soiQuestion/Réponse

Cancer et psycho. « J’ai honte d’avoir un cancer »

Louise a parfois honte d'avoir un cancer, comme si elle était atteinte d'une maladie qu'il faudrait cacher. Pourtant, elle sent bien que cela l'aiderait d'en parler, de briser ce tabou. De l'assumer, en quelque sorte. Elle se demande comment vaincre ce paradoxe. Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

15 avril 2024

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Mon hypersensibilité est-elle passagère ? »

Margot se sent beaucoup plus sensible depuis qu'elle a eu un cancer. Par exemple, les petites attentions de ses proches la touchent profondément, au point de la faire pleurer. Elle se demande si cette hypersensibilité est "normale" et si elle va passer. Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

19 février 2024

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Dois-je suivre le conseil de mes amis qui me disent de ralentir ? »

Béatrice est devenue hyperactive depuis son cancer. Entre le sport, les loisirs créatifs, les sorties avec ses amis, elle n'arrête pas. Son entourage lui demande de ralentir, ils ont peur qu'elle en fasse trop. Doit-elle suivre leur conseil ?  Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

15 janvier 2024