Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Systématiser le test génétique de déficience en DPD pour réduire les toxicités aux chimiothérapies 5-FU

{{ config.mag.article.published }} 29 octobre 2018

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Alors que l’on attend les conclusions du groupe de travail de l’INCa sur la mise en place d’un dépistage systématique de la toxicité aux chimiothérapies à base de 5-FU, une étude néerlandaise publiée cette semaine montre son intérêt pour la sûreté des patients et sa faisabilité en routine.

{{ config.mag.article.warning }}

Les fluoropyrimidines, une classe de chimiothérapie qui comprend le 5-FU et la capécitabine, sont largement utilisées pour le traitement des cancers du sein et colorectaux. Pourtant, elles induisent des toxicités sévères (mucites, syndrome mains-pieds…) chez 10 à 40 % des patients et sont létales dans 0,2 à 0,8 % des cas1. La cause : un déficit dans l’enzyme chargée d’éliminer les fluoropyrimidines de l’organisme, la DPD.

Des tests existent pour évaluer ce dysfonctionnement (voir notre article « Le 5-FU en 5 points ») mais, malgré des recommandations de l’ANSM, ils ne sont pas pratiqués en routine. Une étude publiée le 19 octobre 2018 dans la prestigieuse revue Lancet Oncology2 et présentée au congrès de l’ESMO (European Society for Medical Oncology) lundi dernier montre pourtant qu’une analyse systématique de 4 mutations génétiques (p.D949V, HapB3, DPYD*2A et DPYD*13) responsables du mauvais fonctionnement de l’enzyme DPD permettrait de réduire les risques de toxicité sévère.

Un risque divisé par deux

L’équipe néerlandaise a effectué ces tests génétiques sur 1103 patients atteints de différents types de cancer (du sein, colorectaux, gastriques et autres) avant le début de leur traitement par fluoropyrimidines. En fonction de la mutation trouvée, les doses de fluoropyrimidines ont été ajustées : les porteurs des mutations p.D949V ou HapB3 ont reçu 75% de la dose normalement administrée, les porteurs des mutations DPYD*2A ou DPYD*13 ont reçu la moitié de la dose.

Résultat : l’adaptation du traitement en fonction de l’analyse génétique a permis de diviser par deux le risque de toxicité sévère pour les patients porteurs de la mutation DPYD*2a, le ramenant au niveau de risque d’un patient « non muté ».

Les résultats sont moins spectaculaires pour les 3 autres mutations. Bien que le risque ait également été réduit pour les patients porteurs des mutations HapB3 et p.D949V, une proportion non négligeable de ces patients ont toutefois été victimes d’une toxicité sévère (39% et 47% respectivement). Les auteurs expliquent que ces toxicités pourraient être évitées en diminuant davantage la dose de fluoropyrimidines (de 25% à 50%).

Concernant la mutation DPYD*13, très rare, l’étude n’est pas concluante : un seul patient inclus dans cette étude étant porteur de cette mutation.

Petit bémol : les chercheurs rappellent que les 4 mutations analysées ne sont pertinentes que pour les populations caucasiennes et que des études doivent être menées notamment pour les populations asiatiques ou africaines.

Autre limite de l’étude : elle ne s’est intéressée qu’aux patients présentant une déficience partielle en DPD. Les personnes homozygotes pour ces mutations, c’est-à-dire chez qui les deux copies du gène de la DPD sont mutées et dont l’enzyme est totalement inefficace, n’ont pas été inclus dans l’étude.

Un dépistage systématique faisable en routine et « rentable »

Cette étude montre que l’analyse systématique, avant tout traitement à base de 5-FU, des mutations de l’enzyme DPD est non seulement faisable en routine mais permet de réduire de manière significative les toxicités sévères chez les patients porteurs. Linda Henricks a également indiqué lors du congrès que le coût de ce dépistage serait compensé par la diminution des hospitalisations liées aux toxicités.

Une étude que le groupe de travail de l’INCa, qui planche actuellement sur la mise en œuvre de ce dépistage à l’échelle nationale, ne pourra pas manquer de prendre en compte. Ses conclusions sont attendues avant la fin de l’année.

Emilie Groyer

1. Article Loriot et al. Bull Cancer 2018.
2.Henricks et al. Lancet Oncology 2018


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

02:05

VaccinothérapieTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La vaccinothérapie, késako ?

La vaccinothérapie fait partie de ce qu’on appelle les immunothérapies : ces nouveaux traitements dont le but est de stimuler notre organisme pour qu’il lutte par lui-même contre le cancer. Comment ça marche ? On vous explique tout.

8 mars 2024

01:00

Symptômes et diagnosticTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La radiologie interventionnelle, késako ?

Aujourd’hui, on vous dit tout sur cette technologie de pointe qu’est la radiologie interventionnelle. Ça sert à quoi ? Comment ça marche ? Quels sont ses avantages ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

9 février 2024

01:53

ImmunothérapiesTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – L’immunothérapie, késako ?

L'immunothérapie a révolutionné la lutte contre le cancer. Son but principal est d’aider le corps du patient à lutter par lui-même contre la maladie, en stimulant son système immunitaire. Comment ça marche ? Qui est concerné ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

26 janvier 2024

60:00

Immunothérapie {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – L’immunothérapie

L’immunothérapie a révolutionné la prise en charge des cancers. Comment fonctionne-t-elle ? Qui peut en bénéficier ? Le Pr Eric Tartour, Chef du Service d’Immunologie Biologique à l’hôpital européen Georges Pompidou, répond à toutes vos questions.

5 décembre 2023

{{ config.event.all }}

Bordeaux

TraitementsAtelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support ?

20 mars 202414h00 - 15h00

Le Dr Ivan Krakowski, oncologue, vous présentera le rôle des soins supports et vous expliquera comment ils peuvent vous soulager durant les traitements.

Paris

Atelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support

11 mars 202415h00 - 17h00

Docteur Laurent Migniot, médecin, vous présentera le rôle des soins supports durant les traitements . Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) pendant les traitements. Ce programme comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? Prendre soin de soi après l'annonce Gérer son alimentation pendant les traitements

Paris

Image et estime de soiAtelier

ETP* pendant les traitements – Et si l’Activité physique adaptée devenait une thérapie ?

6 mars 202414h00 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Valérie Petit, coach sportive vous présentera les nombreux bienfaits de l'Activité physique adaptée : renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel… Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient* (ETP) pendant les traitements. Il a pour but d'aider le patient et son entourage à acquérir ou maintenir les compétences dont il aura besoin pour gérer au mieux son quotidien avec un cancer. Il comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : - Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports - Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? - Prendre soin de soi après l'annonce - Gérer son alimentation pendant les traitements

Paris

Image et estime de soi

ETP* pendant les traitements – Et si l’Activité physique adaptée devenait une thérapie ?

7 février 202414h00 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Valérie Petit, coach sportive vous présentera les nombreux bienfaits de l'Activité physique adaptée : renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel… Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient* (ETP) pendant les traitements. Il a pour but d'aider le patient et son entourage à acquérir ou maintenir les compétences dont il aura besoin pour gérer au mieux son quotidien avec un cancer. Il comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : - Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports - Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? - Prendre soin de soi après l'annonce - Gérer son alimentation pendant les traitements