Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

“Quel est votre film totem ?” – Épisode 8 : Pour Catherine c’est Alien 3

{{ config.mag.article.published }} 6 juillet 2022

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Au Panthéon du 7è art, une œuvre vous a-t-elle aidée, inspirée, donné de l’espoir ? Catherine a choisi ce film de David Fincher, sorti en 1992 qui l’a aidée à dédramatiser la perte de ses cheveux…

{{ config.mag.article.warning }}

Je suis fan de cinéma américain en général, et de la série des Alien en particulier. Dans cette saga, le héros qui sauve le monde, est une héroïne. Quand le premier volet est sorti en 1979, c’était un pari audacieux !

Dans le débardeur du lieutenant Ellen Ripley, j’ai toujours trouvé Sigourney Weaver super belle et féminine. Et encore plus dans Alien 3, où elle apparait le crâne rasé. J’ai repensé à elle en 2014 quand la chimio a commencé à faire tomber mes cheveux. Mon oncologue avait beau me dire que ce n’était pas grave, que ça repoussait, j’ai très mal vécu ce moment. C’est peut-être celui que j’avais le plus redouté et il est arrivé très vite : dix jours après ma toute première cure, mes premiers cheveux m’abandonnaient déjà. Et chaque jour, c’était pire ! Et subitement, une connexion s’est faite dans ma tête : je me suis rappelée Ripley dans Alien 3 qui se rase le crâne pour mieux affronter « la bête ». Pour être franche, j’avais souvent rêvé de le faire plus jeune. Il a fallu que j’aie 38 ans, et cet intrus dans mon sein, pour oser !

En rentrant de chez le coiffeur, j’ai quand même eu du mal à me voir avec la boule à zéro.

Pour dédramatiser la situation, mon conjoint de l’époque, m’a proposé de me projeter dans la peau de Ripley. Amateur de photos, il a eu l’idée de recréer certains plans mythiques du film. Et nous voilà devant la télé à dérouler séquence par séquence le DVD, puis à chercher dans nos armoires des accessoires se rapprochant de ce que Ripley porte : un débardeur, un blouson. Le grenier a servi de premier décor puis la salle de bain. On a fait chauffer de l’eau pour que le miroir soit couvert de buée comme dans une scène culte du film où Ripley fait face à son reflet et, au-delà, à une effrayante situation qu’elle ne peut pas fuir. Je trouve le résultat assez impressionnant.

« Je me suis projetée dans la scène où Ripley se rase la tête pour mieux affronter “la bête” »

Sur les images, je porte des plaques militaires. En réalité, c’est un bijou que mon conjoint m’avait offert après le diagnostic de mon adénocarcinome canalaire infiltrant de grade 1. Y sont gravées deux dates : celle de ma naissance et celle du 25 mars 2014, date de l’annonce de ma maladie. Je considère qu’elle est aussi celle de ma renaissance, car comme le disait Confucius : « On a deux vies, la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une ».

Le mode « guerrière » venait d’être enclenché, et je partais au combat contre une créature qui n’était pas la bienvenue !

À LIRE : Retrouvez tous les épisodes de notre série « Vive le cinéma ! ».

Propos recueillis par Sandrine Mouchet


{{ config.mag.team }}

Sandrine Mouchet

Journaliste, rédactrice en chef de Rose magazine et directrice de Rose Magazine Éditions

Films et sériesActualité

Cancer, jeunesse et réseaux sociaux

Ils s’appellent Marriah, Lucie, Jolann et Victorine… Ils ont grandi avec les réseaux sociaux et c’est naturellement qu’ils s’en sont servi pour parler de leur cancer découvert alors qu’ils n’avaient qu’une vingtaine d’années. Ils témoignent dans Les Vivants, un documentaire lumineux, signé Hélène Lam Trong et Jérémy Bulté.

28 février 2024

17:23

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Catherine : « J’avais tout idéalisé et rien ne s’est passé de cette façon-là »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Catherine. Ce sont de fortes douleurs au ventre qui poussent Catherine à aller aux urgences. Après quelques semaines d’errance diagnostique, le couperet tombe : cancer du colon. Il faut opérer. Prise en main par un chirurgien avenant et rassurant, elle est sûre que tout va bien se passer. Sauf que…

26 février 2024

25:21

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Carène : « Je rentre dans un escape game et il faut en sortir la meilleure »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Carène. Tout a commencé par une gêne dans la bouche que son médecin attribue d’abord à un aphte. Mais l’aphte ne disparaît pas. Une consultation chez une ORL révélera qu’il s’agit en fait d’un cancer de la langue. Elle ne savait même pas que cela existait. Passé le choc, elle n’a plus qu’une seule idée en tête : tout faire pour s’en sortir.

12 février 2024

17:00

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Stéphanie : « Là, l’épée de Damoclès que tu avais sur la tête tombe »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Stéphanie. Stéphanie aimerait avoir un deuxième enfant. Parce qu’elle est atteinte d’une maladie génétique, elle doit recourir à une fécondation in vitro. Et parce qu’elle a la quarantaine, on lui demande de passer une mammo. Une première pour elle.

29 janvier 2024

{{ config.event.all }}

Paris

Beauté et bien-êtreAtelier

Socio-esthétique – Soin individuel

29 mars 202413h00 - 13h30

Durant cet atelier, Prescilia, socio-esthéticienne, vous proposera un échange ou un soin selon vos besoins : conseils sur le maquillage, sur les effets indésirables des traitements sur votre peau, vos cils, vos sourcils ou vos ongles ; ou encore sur votre routine bien-être pendant votre parcours de soins, un massage... Objectif de cet atelier : vous réconcilier avec votre corps et votre image et vous sentir sereine dans la gestion des effets secondaires.

Paris

Beauté et bien-êtreAtelier

Socio-esthétique – Soin individuel

29 mars 202412h30 - 13h00

Durant cet atelier, Prescilia, socio-esthéticienne, vous proposera un échange ou un soin selon vos besoins : conseils sur le maquillage, sur les effets indésirables des traitements sur votre peau, vos cils, vos sourcils ou vos ongles ; ou encore sur votre routine bien-être pendant votre parcours de soins, un massage... Objectif de cet atelier : vous réconcilier avec votre corps et votre image et vous sentir sereine dans la gestion des effets secondaires.

Paris

Beauté et bien-êtreAtelier

Socio-esthétique – Soin individuel

29 mars 202412h00 - 12h30

Durant cet atelier, Prescilia, socio-esthéticienne, vous proposera un échange ou un soin selon vos besoins : conseils sur le maquillage, sur les effets indésirables des traitements sur votre peau, vos cils, vos sourcils ou vos ongles ; ou encore sur votre routine bien-être pendant votre parcours de soins, un massage... Objectif de cet atelier : vous réconcilier avec votre corps et votre image et vous sentir sereine dans la gestion des effets secondaires.

Paris

Beauté et bien-êtreAtelier

Socio-esthétique – Soin individuel

29 mars 202411h30 - 12h00

Durant cet atelier, Prescilia, socio-esthéticienne, vous proposera un échange ou un soin selon vos besoins : conseils sur le maquillage, sur les effets indésirables des traitements sur votre peau, vos cils, vos sourcils ou vos ongles ; ou encore sur votre routine bien-être pendant votre parcours de soins, un massage... Objectif de cet atelier : vous réconcilier avec votre corps et votre image et vous sentir sereine dans la gestion des effets secondaires.