Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

ASCO 2022. Leucémie aiguë myéloïde : une thérapie ciblée triple la survie des patients

{{ config.mag.article.published }} 30 juin 2022

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

L’Ivosidenib prolonge la survie et améliore la qualité de vie des patients présentant une mutation de l'enzyme IDH1. C'est ce que vient de montrer l'étude AGILE conduite par le Dr Stéphane de Botton.

{{ config.mag.article.warning }}

La leucémie aiguë myéloïde (LAM) est un cancer hématologique rare qui touche environ 3000 personnes chaque année en France. Son traitement est complexe mais bénéficie depuis quelques années des avancées en médecine de précision et de la meilleure connaissance des mécanismes responsables de cette pathologie. L’essai clinique AGILE, présenté au congrès international de l’ASCO, le démontre une nouvelle fois. Le Dr de Botton, chef du comité hématologie de Gustave Roussy et co-auteur de l’étude, nous en commente les résultats.

En quoi le traitement des leucémies aiguës myéloïdes est-il complexe ?

Dr de Botton, chef du comité hématologie de Gustave Roussy.

Dr Stéphane de Botton : La LAM touche des personnes âgées : la moitié d’entre elles a plus de 70 ans. Leur âge et les comorbidités dont elles souffrent souvent, les empêchent de recevoir de fortes doses de chimiothérapie.

Ces dernières années, on a donc cherché à développer des thérapies très ciblées qui sont, par conséquent, très bien tolérées. Il s’agit de traitements qui bloquent les mutations responsables du développement de la tumeur. Le problème c’est que chaque LAM est assez unique et elle peut être causée par plusieurs mutations.

Quelle a été votre approche dans l’étude AGILE ?

Nous avons testé une petite molécule, l’Ivosidenib, qui cible l’une des mutations responsable des LAM : celle qui touche l’enzyme IDH1. Les patients que nous avons inclus dans cette étude de phase III présentaient donc tous une mutation d’IDH-1. Ils étaient par ailleurs récemment diagnostiqués et inéligibles à une chimiothérapie intensive.

En quoi consistait le traitement ?

Les patients ont été traités soit uniquement par une chimiothérapie sous-cutanée, l’Azacitidine, soit par une combinaison de chimiothérapie et d’Ivosidenib en comprimés. Nous leur avons administré les traitements pendant 7 jours tous les 28 jours et ce, pendant au moins 6 cycles soit 1 an en moyenne.

Quels résultats avez-vous obtenu ?

La combinaison chimiothérapie/Ivosidenib a permis de réduire le risque de rechute de 67%. La survie globale des patients a été triplée par rapport à un traitement par une chimiothérapie seule : on passe de 8 mois à 24 mois en médiane. Ce qui est considérable pour une population de sujets âgés.

Cette combinaison a-t-elle également eu un impact favorable sur la qualité de vie des patients ?

Tout à fait. Les patients qui ont reçu cette combinaison répondent plus vite au traitement. Leurs cellules tumorales se remettent rapidement à fonctionner normalement et à assurer leur rôle, à savoir la défense immunitaire. Les patients souffrent donc moins d’infections.

Cela montre qu’en comprenant mieux les mécanismes responsables de l’oncogenèse, on parvient à développer des traitements vraiment efficaces et bien tolérés.

Combien de patients sont concernés par ce traitement ?

Il concerne uniquement les patients présentant une mutation de IDH1. Cela représente environ 10% des malades.

Ce traitement va-t-il devenir le nouveau standard dans la prise en charge des LAM avec une mutation d’IDH1 ?

Oui, on peut s’y attendre. C’est déjà le cas aux États-Unis. L’Europe devrait suivre. Pendant l’essai clinique, le comité de surveillance nous a d’ailleurs demandé d’arrêter l’étude plus tôt pour que les patients du groupe contrôle, qui ne recevaient que la chimiothérapie, puissent en bénéficier. Cela montre bien l’importance du bénéfice.

CE QU’IL FAUT RETENIR

  • 10% des patients souffrant de LAM présentent une mutation de l’enzyme IDH1
  • Cette mutation, responsable du développement des tumeurs, peut être bloquée par une petite molécule, l’Ivosidenib
  • Ce traitement, combiné à une chimiothérapie, permet de tripler la survie globale et améliore la qualité de vie des patients

Propos recueillis par Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

01:00

Symptômes et diagnosticTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La radiologie interventionnelle, késako ?

Aujourd’hui, on vous dit tout sur cette technologie de pointe qu’est la radiologie interventionnelle. Ça sert à quoi ? Comment ça marche ? Quels sont ses avantages ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

9 février 2024

01:53

ImmunothérapiesTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – L’immunothérapie, késako ?

L'immunothérapie a révolutionné la lutte contre le cancer. Son but principal est d’aider le corps du patient à lutter par lui-même contre la maladie, en stimulant son système immunitaire. Comment ça marche ? Qui est concerné ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

26 janvier 2024

60:00

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – L’immunothérapie

L’immunothérapie a révolutionné la prise en charge des cancers. Comment fonctionne-t-elle ? Qui peut en bénéficier ? Le Pr Eric Tartour, Chef du Service d’Immunologie Biologique à l’hôpital européen Georges Pompidou, répond à toutes vos questions.

5 décembre 2023

RadiotherapieEnquêtes

Le CyberKnife : une radiothérapie de haute précision

Puissante et hyper précise, cette technologie de radiothérapie est une arme de destruction massive des tumeurs. Le tout avec le minimum d’impact sur la qualité de vie des malades… Comment ça marche ?

4 décembre 2023

{{ config.event.all }}

Bordeaux

TraitementsAtelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support ?

20 mars 202414h00 - 15h00

Le Dr Ivan Krakowski, oncologue, vous présentera le rôle des soins supports et vous expliquera comment ils peuvent vous soulager durant les traitements.

Paris

Atelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support

11 mars 202415h00 - 17h00

Docteur Laurent Migniot, médecin, vous présentera le rôle des soins supports durant les traitements . Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) pendant les traitements. Ce programme comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? Prendre soin de soi après l'annonce Gérer son alimentation pendant les traitements

Paris

Estime de soiAtelier

ETP* pendant les traitements – Et si l’Activité physique adaptée devenait une thérapie ?

6 mars 202414h00 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Valérie Petit, coach sportive vous présentera les nombreux bienfaits de l'Activité physique adaptée : renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel… Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient* (ETP) pendant les traitements. Il a pour but d'aider le patient et son entourage à acquérir ou maintenir les compétences dont il aura besoin pour gérer au mieux son quotidien avec un cancer. Il comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : - Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports - Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? - Prendre soin de soi après l'annonce - Gérer son alimentation pendant les traitements

Paris

Estime de soi

ETP* pendant les traitements – Et si l’Activité physique adaptée devenait une thérapie ?

7 février 202414h00 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Valérie Petit, coach sportive vous présentera les nombreux bienfaits de l'Activité physique adaptée : renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel… Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient* (ETP) pendant les traitements. Il a pour but d'aider le patient et son entourage à acquérir ou maintenir les compétences dont il aura besoin pour gérer au mieux son quotidien avec un cancer. Il comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : - Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports - Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? - Prendre soin de soi après l'annonce - Gérer son alimentation pendant les traitements