Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

ASCO 2023. Lymphome non hodgkinien : les CART-cells efficaces dès la première rechute

{{ config.mag.article.published }} 16 juin 2023

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Avec une réduction de 27% du risque de décès, les CAR-T cells pourraient bien devenir le nouveau standard de traitement dès la première rechute.

Le lymphome diffus à grandes cellules B est un type de lymphome dit non hodgkinien qui touche plus de 5000 personnes par an en France. Dans la grande majorité des cas, les personnes touchées par ce cancer seront guéries après un traitement par chimiothérapie. Mais environ 20 à 30% des patients rechuteront le plus souvent dans l’année qui suit.

Une réduction de 27% du risque de décès

En 2021, l’équipe du Dr Jason Westin avait montré avec son étude ZUMA-7 qu’un traitement par CAR-T cells (axicabtagene ou axi-cel pour les intimes) retardait la survenue d’une nouvelle rechute. Cette année, au congrès international de cancérologie de l’ASCO, ce sont les résultats en survie globale qui étaient présentés.

« Ils montrent la supériorité des CAR-T cells sur le traitement standard par autogreffe de cellules souches hématopoïétiques1, commente le Pr Steven Le Gouill, hématologue, directeur de l’Ensemble hospitalier de l’Institut Curie. À 4 ans, 54,6% des patients traités par CAR-T cells sont toujours vivants contre 46% dans bras contrôle. Cela correspond à une réduction du risque de décès de 27%. »

Les CAR-T cells plus tôt dans les lignes de traitement

Les CAR-T cells sont déjà un traitement de référence dans le lymphome en cas de 2ème rechute. « Cette étude est un argument fort pour positionner les CAR-T cells le plus tôt possible dans les lignes de traitements et que les CAR-T cells deviennent le standard dès la première rechute » ajoute le Pr Le Gouill.

Cette annonce confirme que l’approche par immunothérapie, qui consiste à donner au système immunitaire les moyens de se défendre contre le cancer, présente un réel espoir pour les patients en hématologie. « Cette année à l’ASCO, nous avons assisté à des présentations de haut niveau sur des nouveaux CAR-T cells fabriqués plus vite et donc délivrables plus rapidement aux patients, se réjouit le Pr Le Gouill. On voit également arriver pour la première fois en cancérologie des anticorps bispécifiques2 administrés en combinaison avec une très bonne tolérance, et dont les effets secondaires ne s’additionnent pas. »

Vers une combinaison de traitements

CART-cells, anticorps bispécifiques, thérapies ciblées, l’avenir du traitement du lymphome serait-il dans la combinaison de ces traitements ? C’est ce que pense le Pr Le Gouill : « On pourra soit combiner ensemble ces approches, c’est-à-dire par exemple, les administrer dans un même temps. Soit de façon séquentielle : le médecin donne une première immunothérapie puis, une second contre une autre cible. On peut aussi donner l’un puis l’autre, en traitement d’entretien. Le choix devra être établi pathologie par pathologie et en fonction des caractéristiques de la tumeur pour chaque patient. L’immunothérapie, au sens large, ouvre un champ des possibles gigantesque. »

Emilie Groyer

1. La chimiothérapie détruisant les cellules sanguines, on va prélever du sang ou de la moelle osseuse au patient avant le traitement, en isoler les cellules souches hématopoïétiques (c’est-à-dire des cellules capables de donner tous les types de cellules sanguines : globules rouges, plaquettes, globules blancs) puis les lui réinjecter après le traitement.
2. Les anticorps bispécifiques comportent 2 cibles : l’une sur la tumeur, l’autre sur les cellules du système immunitaire. Ils permettent ainsi un rapprochement physique des 2 cellules et favorisent l’action de nos défenses immunitaires : détruire la tumeur.


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Recherche et essais cliniquesC'est quoi la différence

Essais cliniques. Phases 1, 2, 3, c’est quoi la différence ?

Les essais cliniques permettent de déterminer l’efficacité et la toxicité d’un médicament. Cette évaluation comporte 3 phases. Quelles sont leurs différences dans le cadre du cancer ? On vous explique.

12 avril 2024

02:05

VaccinothérapieTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La vaccinothérapie, késako ?

La vaccinothérapie fait partie de ce qu’on appelle les immunothérapies : ces nouveaux traitements dont le but est de stimuler notre organisme pour qu’il lutte par lui-même contre le cancer. Comment ça marche ? On vous explique tout.

8 mars 2024

01:00

Symptômes et diagnosticTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La radiologie interventionnelle, késako ?

Aujourd’hui, on vous dit tout sur cette technologie de pointe qu’est la radiologie interventionnelle. Ça sert à quoi ? Comment ça marche ? Quels sont ses avantages ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

9 février 2024

01:53

ImmunothérapiesTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – L’immunothérapie, késako ?

L'immunothérapie a révolutionné la lutte contre le cancer. Son but principal est d’aider le corps du patient à lutter par lui-même contre la maladie, en stimulant son système immunitaire. Comment ça marche ? Qui est concerné ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

26 janvier 2024

{{ config.event.all }}

Paris

Atelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support

3 juin 2024 • 15h00 - 17h00

Docteur Laurent Migniot, médecin, vous présentera le rôle des soins supports durant les traitements . Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) pendant les traitements. Ce programme comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? Prendre soin de soi après l'annonce Gérer son alimentation pendant les traitements

Bordeaux

HormonothérapieConférence

Conférence – Comprendre et pallier les effets indésirables de l’hormonothérapie

16 mai 2024 • 10h00 - 11h30

L’hormonothérapie est synonyme pour beaucoup de bouffées de chaleur, prise poids, douleurs articulaires, sécheresse vaginale et autres joyeusetés ! Comment vivre avec une hormonothérapie ? Comment adoucir ou éviter les effets secondaires ? Venez rencontrer Bérangère ARNAL-MORVAN, médecin de la femme et phytothérapeute. Conférencière et enseignante en France et à l’étranger, elle est l’auteure de nombreux ouvrages et articles sur la santé de la femme au naturel. 

Bordeaux

HormonothérapieAtelier

Café RoseUp- Spécial Hormonothérapie

14 mai 2024 • 15h00 - 16h30

Le Café RoseUp est un moment de partage organisé autour d'un goûter convivial et chaleureux.  L'idée ? Vous offrir l'opportunité d'échanger avec d'autres femmes qui traversent la même épreuve que vous, dans un cadre bienveillant. Chaque semaine, une nouvelle thématique est abordée. Aujourd'hui, le Café RoseUp est animé par Valérie, une patiente partenaire qui a elle-même été touchée par la maladie. Thème du jour : L'hormonothérapie

Bordeaux

Atelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support ?

7 mai 2024 • 11h00 - 12h00

Le Dr Ivan Krakowski, oncologue, vous présentera le rôle des soins supports et vous expliquera comment ils peuvent vous soulager durant les traitements.