Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Une malade en rémission de son cancer du sein grâce à une immunothérapie innovante

{{ config.mag.article.published }} 7 juin 2018

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Nature Medecine a annoncé lundi un résultat spectaculaire : la rémission d’un cancer du sein métastatique, réputé incurable, chez une femme de 49 ans. Le traitement d’immunothérapie utilisé est toutefois loin de pouvoir encore être proposé en routine.

{{ config.mag.article.warning }}

« Une révolution ! ». « Une avancée majeure ». Ces commentaires enthousiastes ont été exprimés par des oncologues, pourtant réputés sérieux et peu versés dans l’hyperbole. A l’origine de cet unanime contentement, le cas d’une patiente américaine atteinte d’un cancer du sein métastatique.

La quadragénaire, réfractaire à la chimiothérapie et l’hormothérapie, souffrait de métastases qui avaient atteint son foie et a été incluse dans un essai clinique conduit par l’équipe du Dr Rosenberg du Center for Cancer Research (CCR) de Bethesda (Etats-Unis). Les chercheurs ont isolé les lymphocytes T1 ayant infiltré sa tumeur. Ils ont ensuite sélectionné ceux qui attaquaient les protéines mutées présentes spécifiquement dans la tumeur. Après les avoir fait se multiplier en laboratoire, les cellules ont été réinjectées à la patiente en combinaison avec l’anticorps KeytrudaTM (pembrolizumab anti-PD1) afin d’empêcher l’environnement tumoral de contrecarrer l’action du système immunitaire.

L’immunothérapie (voir notre article « L’immunothérapie, un traitement révolutionnaire ? ») est une technique qui consiste à « donner un coup de pouce à nos propres défenses immunitaires pour combattre le cancer ». Les tumeurs malmènent notre système immunitaire, notamment en se dotant d’une « cape d’invisibilité » qui les rendent indétectables aux globules blancs, les « gendarmes » du corps. Pour booster nos défenses, les chercheurs ont plusieurs outils : des médicaments (anticorps monoclonaux) qui vont lever cette « cape » et permettre à notre système immunitaire de reconnaître la tumeur. Et puis, il y a le transfert de cellules immunitaires autologues. Cette approche consiste à transférer au patient ses propres cellules qui auront été éduquées au préalable à s’attaquer au cancer.

« C’est un résultat spectaculaire »

Chez cette patiente américaine, après six semaines de ce traitement, la tumeur avait déjà réduit de 51%. La tumeur ainsi que les métastases ont ensuite régressé avant de disparaître. Et l’effet dure… depuis 22 mois ! Du jamais vu.

Le Dr Olivier Mir, oncologue à l’Institut Gustave Roussy, reconnaît la prouesse : « Le concept est magnifique : guérir un cancer du sein métastatique, ça n’arrive pas tous les jours.» Olivier Tredan, oncologue au Centre Léon-Bérard renchérit : « C’est un résultat spectaculaire basé sur une science bien faite. L’approche avec des cellules armées a été très peu utilisée dans le cancer du sein et les premiers résultats n’étaient pas forcément probants. Le cancer du sein métastatique positif pour les récepteurs aux hormones reste incurable à ce jour. Cela représente 12 000 décès par an. C’est donc un espoir formidable.»

Un résultat d’une telle ampleur est d’autant plus inattendu que le cancer du sein présente peu de mutations. Contrairement au mélanome, au cancer du poumon induit par la cigarette ou au cancer de la vessie pour lesquels l’immunothérapie avait déjà montré son efficacité.

Un cas isolé à confirmer

Il faut toutefois rester prudent. « Il s’agit d’un cas isolé sorti d’un essai clinique. Nous n’avons pas plus d’information sur le nombre de femmes qui ont reçu le même traitement et comment elles ont réagi. Nous ne savons pas combien de tentatives ont échoué avant cela. Nous ne savons pas non plus s’il s’agit d’une guérison complète ou d’une rémission temporaire. Si la tumeur se réactive, il n’est pas dit qu’un nouveau traitement serait efficace » explique Olivier Mir.

 Sans doute une dizaine d’années avant d’être proposé en routine

Les oncologues soulèvent aussi le problème de la faisabilité. « Le procédé requiert une équipe d’une dizaine de personnes à temps plein pendant 3 ou 4 mois pour un seul malade. Le cancer du sein est le premier cancer féminin, il est donc impossible de mobiliser autant de personnes » précise le Dr Olivier Mir. « C’est enthousiasmant mais on ne va pas le proposer demain à nos patientes » confirme le Dr Olivier Tredan. Pour se démocratiser, il faudrait que le procédé se développe à une échelle industrielle. Il faudra donc encore probablement une dizaine d’années avant que le traitement puisse être proposé en routine.

 Une technique à 475.000 dollars

Et il y a évidemment le problème du prix comme le rappelle le Dr Olivier Mir : « Aux Etats-Unis, un traitement assez similaire de réinjection de globules blancs, le Car-T-Cell proposé par Novartis, est facturé 475 000 dollars par patient. Le traitement du Dr Rosenberg est moins complexe mais le coût s’élèvera probablement à plusieurs centaines de milliers d’euros. Évidemment, si le traitement se généralise, le prix pourrait diminuer. C’est comme pour le séquençage. Avant, il fallait plusieurs dizaines de milliers d’euros pour séquencer l’ADN d’une tumeur. Aujourd’hui, c’est fait pour 500€. »

 Un traitement pour tous les cancers

Ce traitement représente tout de même un véritable espoir. Et pas seulement les femmes atteintes d’un cancer du sein comme l’explique le Dr Rosenberg : « Tous les cancers ont des mutations et c’est ce à quoi s’attaque l’immunothérapie. Il est ironique que ce soit justement les mutations qui causent le cancer qui pourraient être les meilleures cibles pour le traiter. »

Emilie Groyer

1. Les lymphocytes T sont des cellules du système immunitaire qui reconnaissent spécifiquement les cellules considérées comme étrangères à l’organisme : cellules infectées, cellules cancéreuses…


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

20:16

Podcast {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Cynthia : « Mon gynéco m’envoie un email : “Ce n’est pas bon…” »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Cynthia. Cynthia est créatrice de contenu sur les réseaux sociaux. Elle y fédère beaucoup de femmes touchées par un cancer du sein. Elle-même a vaincu la maladie. Elle garde un souvenir très précis du moment elle a su qu’elle avait un cancer. Elle se trouve alors à Paris, sur le toit du BHV. On est le mardi 13 septembre 2016.

8 avril 2024

51:36

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Les cancers du sein triple négatifs

Le cancer du sein triple négatif est un sous-type de cancer du sein particulièrement agressif qui touche souvent les femmes jeunes. Pourquoi ? Qu'est-ce qui le distingue des autres cancers du sein ? Est-il plus à risque de devenir métastatique ? Comment le soigne-t-on actuellement ? Où en est la recherche ? Le Dr Olivier Tredan, coordonnateur du département de cancérologie médicale du Centre Léon Bérard, accompagné de Claude Coutier, présidente du Collectif Triplettes Roses et Christelle, une Triplette, répondent à toutes vos questions.

14 mars 2024

21:14

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Emma : « Je vais sélectionner les personnes qui seront à mes côtés »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire d’Emma. Alors qu’elle passe un oral d’anglais, Emma ressent une forte douleur dans sa poitrine. Elle consulte rapidement son médecin généraliste qui n’est autre que sa meilleure amie. C’est pas elle qu’elle apprendra qu’elle est atteinte d’un cancer du sein, une annonce qui réveille le côté guerrier de cette ancienne sportive.

11 mars 2024

02:05

VaccinothérapieTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La vaccinothérapie, késako ?

La vaccinothérapie fait partie de ce qu’on appelle les immunothérapies : ces nouveaux traitements dont le but est de stimuler notre organisme pour qu’il lutte par lui-même contre le cancer. Comment ça marche ? On vous explique tout.

8 mars 2024

{{ config.event.all }}

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 202411h30 - 12h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 202410h30 - 11h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.

En ligne

Activité physiqueConférence

Webinaire Kiné – Limiter la fonte musculaire

3 avril 202411h00 - 12h00

Saviez-vous que la kinésithérapie peut vous aider à remobiliser votre corps en douceur pendant et après les traitements de votre cancer ? Lors de ce webinaire, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous expliquera comment limiter la fonte musculaire et ainsi mieux gérer certains effets secondaires comme la fatigue, le lymphœdème ou encore la prise de poids.

En ligne

Reconstruction mammaireConférence

Tout savoir sur la reconstruction de l’aréole et du mamelon

3 juin 202418h30 - 19h30

Après une mastectomie, voir son mamelon et son aréole "redessinés" constitue souvent la touche finale à un (long…) parcours de reconstruction. Le Dr Benoit Couturaud, chirurgien plasticien et cancérologue à l'institut Curie, et Laurence Malzard, tatoueuse, fondatrice de Dermaréole et ancienne patiente, vous montreront comment la chirurgie et le tatouage peuvent y aider.