Accueil Thème PD1

Tous nos contenus sur le thème : PD1

Une nouvelle étude démontre une nouvelle fois que l'immunothérapie devient incontournable dans le traitement du cancer du poumon : son utilisation en deuxième ligne triple la survie des patients à 4 ans en comparaison à une chimiothérapie classique.
Le cancer est une maladie complexe qui se manifeste par une prolifération anarchique de nos cellules. Pour tenter de vous faire mieux comprendre les principaux mécanisme de ce dérèglement ainsi que les traitements dont disposent les médecins, nous avons opté pour la BD. Dans ce premier épisode, nous vous dévoilons les incroyables pouvoirs de survie des cellules cancéreuses et nous vous expliquons comment elles échappent à la vigilance des lymphocytes, acteurs de notre système immunitaire.
Depuis une dizaine d’années, de nouveaux traitements ont fait leur apparition : les immunothérapies. En stimulant le système immunitaire, elles aident le corps à lutter par lui-même contre le cancer. Point sur les thérapies les plus prometteuses : les anticorps anti-PD-1 et PDL-1.
Des résultats présentés à l'ASCO montrent que le pembrolizumab pourrait remplacer avantageusement la chimiothérapie comme traitement de première ligne des cancers de l'estomac et de la jonction œsogastrique.
Grâce au pembrolizumab, un anticorps anti-PD1, 18% des patients touchés par le cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé sont encore en vie après 5 ans.
Une étude, présentée il y a quelques jours au congrès de l'American Association for Cancer Research, démontre pour la première fois l'efficacité des CAR-T cells dans des tumeurs solides.
L’étude Check’up tente de répondre aux questions en suspens autour de l’immunothérapie anti-PD1/anti-PDL1. Entretien avec Frédérique Penault-Llorca, directrice générale du Centre Jean Perrin de Clermont-Ferrand et co-coordinatrice de l’étude.
Nature Medecine a annoncé lundi un résultat spectaculaire : la rémission d’un cancer du sein métastatique, réputé incurable, chez une femme de 49 ans. Le traitement d’immunothérapie utilisé est toutefois loin de pouvoir encore être proposé en routine.