Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

CART-cells : des résultats encourageants dans les tumeurs de la plèvre

{{ config.mag.article.published }} 2 avril 2019

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Une étude, présentée il y a quelques jours au congrès de l'American Association for Cancer Research, démontre pour la première fois l'efficacité des CAR-T cells dans des tumeurs solides.

{{ config.mag.article.warning }}

Depuis leur autorisation en 2017 aux Etats-Unis, les CAR-T cells (lire notre article « Les CAR-T cells, késako ? ») ont montré leur intérêt dans le traitement des cancers du sang chez des patients réfractaires aux autres thérapies ou en rechute. En revanche, elles avaient jusqu’ici étaient peu efficaces dans les tumeurs solides. Les travaux de l’équipe du Dr Adusumilli du Memorial Sloan Kettering Cancer Center (États-Unis), présentés il y a quelques jours à Atlanta au congrès de l’American Association for Cancer Resarcher, pourraient changer la donne.

Une nouvelle cible identifiée : la mésothéline

Les chercheurs se sont penchés sur les tumeurs de la plèvre, qu’elles soient primaires, (comme pour le mésothéliome pleural malin) ou secondaires (comme dans le cas de certains cancers du sein ou des poumons). Pourquoi cibler ces tumeurs en particulier ? D’une part parce qu’elles sont agressives et de mauvais pronostic. D’autre part, parce que, pour que les CAR-T cells s’attaquent aux tumeurs, il faut les entraîner à reconnaître spécifiquement les cellules cancéreuses. Or, les chercheurs ont identifié un marqueur exprimé majoritairement à la surface des tumeurs de la plèvre : la mésothéline. Ils avaient donc une cible contre laquelle « éduquer » les cellules immunitaires des malades.

Une faible toxicité

L’étude a porté sur 21 patients et avait pour but de déterminer l’innocuité du traitement et la dose maximale tolérée (essai clinique de phase I). Parmi ces patients, 19 souffraient d’un mésothéliome. Les 2 autres étaient atteints d’un cancer métastatique : l’un du poumon et l’autre du sein. Près de la moitié d’entre eux avaient déjà reçu 3 lignes de traitements différents avant d’être inclus dans l’essai.

Les CAR-T cells ont été fabriquées à partir de leurs lymphocytes T – bras armé du système immunitaire – en les manipulant génétiquement in vitro pour leur apprendre à reconnaître les cellules cancéreuses porteuses de la mésothéline. Ils ont également été dotés d’un système « suicide » : un garde fou qui, en cas de toxicité sévère, peut être activé par les médecins pour les éliminer de l’organisme du patient.

Les CAR-T cells ainsi obtenues, baptisées IcasM28z par les scientifiques, ont ensuite été injectées directement dans la cavité pleurale des patients, au site même de la maladie.

Des résultats encourageants

Le traitement a été bien toléré et des premiers signes de régression de la tumeur ont été observés. L’un des patients atteints de mésothéliome a pu bénéficier d’une chirurgie à visée curative suivie d’une radiothérapie. « Vingt mois après son diagnostic, le patient va bien, sans prendre d’autres traitement » a signalé le Dr Adusumilli.

Si les CAR-T cells étaient encore présentes dans le sang des patients jusqu’à 38 semaines après leur injection, rien ne démontrait qu’elles exerçaient encore leur fonction. Les tumeurs sont en effet capables d’ « endormir » le système immunitaire. Pour le réveiller, les chercheurs ont donc administré des anticorps anti-PD1 6 à 17 semaines après l’administration des CAR-T cells. Chez 2 patients, ce traitement complémentaire a permis d’obtenir une « réponse métabolique complète » c’est-à-dire qu’il ne restait chez eux aucune trace de cancer au bout de 15 mois pour l’un et 8 mois l’autre. C’était toujours le cas quand les résultats ont été présentés. Cinq patients ont une réponse partielle, quatre ont vu leur maladie se stabiliser.

Bien entendu, ces résultats sont préliminaires. De nouvelles études seront nécessaires pour montrer que les CAR-T cells sont efficaces dans la durée. Il s’agit toutefois d’un réel espoir puisque, rien qu’aux États-Unis, 2 millions de patients, dont les tumeurs expriment la mésothéline, pourraient être concernés par ce traitement.

Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Recherche et essais cliniquesC'est quoi la différence

Essais cliniques. Phases 1, 2, 3, c’est quoi la différence ?

Les essais cliniques permettent de déterminer l’efficacité et la toxicité d’un médicament. Cette évaluation comporte 3 phases. Quelles sont leurs différences dans le cadre du cancer ? On vous explique.

12 avril 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Nké : « Je découvre qu’on peut être atteint d’un cancer du poumon sans avoir jamais fumé »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu.  Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Nké. En novembre 2020, Nké a été diagnostiquée d'un cancer du poumon. Un choc. Elle n’a jamais fumé.  Pourquoi elle ? Devenu rapidement métastatique, son cancer s’est finalement révélé être d’une forme rare. Admise dans un essai clinique en avril 2022, cette maman solo de 49 ans en a été exclu 7 mois plus tard.  À ce jour, aucun traitement spécifique n’existe pour elle.

25 mars 2024

02:05

VaccinothérapieTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La vaccinothérapie, késako ?

La vaccinothérapie fait partie de ce qu’on appelle les immunothérapies : ces nouveaux traitements dont le but est de stimuler notre organisme pour qu’il lutte par lui-même contre le cancer. Comment ça marche ? On vous explique tout.

8 mars 2024

63:00

Réflexologie et acupuncture {{ config.replay.label }}

Replay Atelier réflexologie – Aider ses défenses immunitaires

Vos défenses immunitaires sont affaiblies par les traitements contre le cancer et le stress qu'ils génèrent ? Maxime Bansard, réflexologue, vous montre quelques points d'acupression faciles à trouver pour donner un coup de pouce à votre immunité.

15 février 2024

{{ config.event.all }}

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 202411h30 - 12h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 202410h30 - 11h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.

En ligne

Activité physiqueConférence

Webinaire Kiné – Limiter la fonte musculaire

3 avril 202411h00 - 12h00

Saviez-vous que la kinésithérapie peut vous aider à remobiliser votre corps en douceur pendant et après les traitements de votre cancer ? Lors de ce webinaire, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous expliquera comment limiter la fonte musculaire et ainsi mieux gérer certains effets secondaires comme la fatigue, le lymphœdème ou encore la prise de poids.

Bordeaux

TraitementsAtelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support ?

20 mars 202414h00 - 15h00

Le Dr Ivan Krakowski, oncologue, vous présentera le rôle des soins supports et vous expliquera comment ils peuvent vous soulager durant les traitements.