Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer du sein triple négatif : le pembrolizumab accessible à un stade précoce de la maladie

{{ config.mag.article.published }} 28 mars 2022

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Réservé jusqu'à présent au stade métastatique, le pembrolizumab (Keytruda) est dorénavant accessible aux femmes atteintes d’un cancer triple négatif avant qu'elles ne rechutent. Quelles malades peuvent en bénéficier ? On fait le point avec le Pr Saghatchian, oncologue à l'hôpital américain de Paris. 

{{ config.mag.article.warning }}

Le cancer du sein triple négatif est particulièrement agressif. Une avancée majeure dans son traitement a récemment été obtenue avec l’accès précoce à une immunothérapie : le pembrolizumab. Toutefois, ce traitement était jusqu’à présent réservé aux femmes en condition métastatique. La décision de la HAS d’élargir son indication à un stade plus précoce de la maladie est un réel soulagement pour le Pr Saghatchian, oncologue à l’hôpital américain de Paris. Elle nous explique pourquoi.

La HAS vient d’octroyer un nouvel accès précoce au pembrolizumab. Dans quelle indication ?

Pr Saghatchian : Le pembrolizumab, ou Keytruda, était déjà accessible aux femmes atteintes d’un cancer du sein triple négatif à un stade métastatique depuis novembre 2021. Dorénavant, il est accessible à un stade plus précoce de la maladie, avant une rechute.

Pourquoi la HAS a permis cet accès précoce ?

En raison des résultats de l’essai clinique KEYNOTE-522 qui montre un bénéfice sur le risque de rechute : celui-ci est diminué de 37%. C’est un gain important. Ce qu’il faut comprendre c’est qu’une patiente à qui on évite une rechute, c’est une patiente guérie. Il était donc essentiel de pouvoir intervenir efficacement à un stade précoce.

Nous, oncologues, étions quelque peu inquiets de ne pas obtenir cette autorisation car l’étude n’a pas montré de bénéfice sur la survie globale, comme c’est le cas en condition métastatique. Si nous ne l’avions pas obtenue, cela aurait été une réelle perte de chance pour nos patientes.

Cet accès précoce a été octroyé rapidement…

En effet. Le dossier de demande d’accès précoce a été déposé fin décembre. La HAS a donné sa réponse dans les 3 mois réglementaires. On peut saluer ce nouveau procédé qui accélère considérablement l’accès à des innovations, même coûteuses, avant leur autorisation de mise sur le marché.

Qui peut bénéficier de ce traitement ?

Ce traitement est indiqué pour les tumeurs nécessitant une chimiothérapie néodjuvante, c’est-à-dire avant la chirurgie. Concrètement, selon les critères de l’étude, il s’adresse à des femmes présentant soit une tumeur de 1 à 2 cm avec envahissement ganglionnaire, soit une tumeur de plus de 2 cm quelle que soit l’atteinte ganglionnaire.

Il est aussi important de noter que ce traitement est efficace que la tumeur exprime ou non le PDL1. Ce qui n’est pas le cas en condition métastatique où le pembrolizumab ne fonctionne que chez les femmes PDL1+.

Ce traitement est-il bien toléré ?

Ce traitement est plus toxique que le traitement néoadjuvant standard par chimiothérapie seule.

Dans ce nouveau protocole, le pembrolizumab est en effet administré en néoadjuvant en combinaison avec une chimiothérapie plus « lourde » que la chimiothérapie classique. Et il est également administré après la chirurgie en traitement adjuvant.

On observe donc des toxicités plus importantes liées à cette chimiothérapie, notamment au niveau des globules rouges et blancs. Le pembrolizumab provoque également des effets indésirables typiques de l’immunothérapie : des réactions auto-immunes comme des dysthyroïdies par exemple.

Mais il faut garder à l’esprit qu’avec ce traitement nous avons un objectif de guérison.

Voulez-vous ajouter quelque chose ?

Maintenant que nous avons obtenu cet accès précoce, l’enjeu c’est de diffuser l’information. Il faut qu’elle arrive rapidement dans tous les services d’oncologie pour que, demain, toutes les femmes qui démarrent un traitement néodjuvant se voient proposer le pembrolizumab. Et les patientes ont un rôle à jouer.

Propos recueillis par Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Tristesse et dépressionActualité

ASCO 2024 – Détecter précocement les signes de dépression post-cancer

Identifier les femmes susceptibles de développer une dépression après un cancer du sein et ce, dès leur diagnostic, c’était l’objectif des travaux présentés cette année au congrès international de cancérologie de l’ASCO par le Dr Antonio Di Meglio. Il les décrypte pour nous.

14 juin 2024

60:00

Reconstruction mammaire {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Tout savoir sur la reconstruction de l’aréole et du mamelon

Après une mastectomie, voir son mamelon et son aréole "redessinés" constitue souvent la touche finale à un (long…) parcours de reconstruction. Le Dr Benoit Couturaud, chirurgien plasticien et cancérologue à l'institut Curie, et Laurence Malzard, tatoueuse, fondatrice de Dermaréole et ancienne patiente, vous montreront les options qu'offrent la chirurgie et le tatouage.

7 juin 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Anne : « Je suis comme Alice au Pays des Merveilles qui tombe dans le terrier du Lapin Blanc »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Anne. C’est en vacances, en plein mois d’août, qu’elle sent une boule dans son sein. Elle décide de ne pas écouter une voix intérieure qui la taraude et qui lui répète « Regarde là ! ». Elle esquive, tergiverse, jusqu’à ce qu’un torticolis la pousse à aller voir un médecin. Anne ressort de la consultation avec une ordonnance non pas pour une séance de kiné mais pour effectuer la toute première mammographie de sa vie. Le mot « cancer » est prononcé. La voilà propulsée dans une autre dimension.

6 mai 2024

20:13

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Sandrine : « Quand le diagnostic du cancer tombe, c’est le deuil de l’enfant que je dois faire… »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Découvrez l’histoire de Sandrine. Infirmière, mariée, Sandrine est une femme heureuse. Sauf qu’elle n’arrive pas à tomber enceinte. Elle se lance alors dans un parcours de PMA et enchaîne plusieurs tentatives toutes infructueuses. Il lui reste une chance, la dernière. C’est alors qu’on lui détecte une tumeur au sein.

22 avril 2024