Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

ASCO 2022. Cancer du rectum : rémission complète des patients présentant une anomalie génomique grâce à une immunothérapie

{{ config.mag.article.published }} 22 juin 2022

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Le dostarlimab conduit à la rémission complète de tous les patients traités, à condition que ceux-ci présentent une instabilité microsatellitaire. C'est ce que montre une étude présentée à l'ASCO. Les Dr Buecher et Vaflard nous aident à comprendre ces résultats souvent mal interprétés.

{{ config.mag.article.warning }}

Chaque année, le congrès international de cancérologie de l’ASCO est le théâtre d’annonces importantes dans la lutte contre le cancer. En 2022, une étude aura particulièrement marqué les esprits. Elle concerne le cancer du rectum localement avancé. Une équipe américaine a en effet obtenu la rémission complète de tous les patients traités par une immunothérapie, le dostarlimab. Des résultats sans précédents, repris dans tous les médias nationaux, que nous décryptent les Dr Bruno Buecher, gastro-entérologue et oncogénéticien et Pauline Vaflard, oncologue médicale, à l’Institut Curie.

Tout d’abord, pouvez-vous nous expliquer quelle est la problématique de la prise en charge des cancers du rectum ?

Dr Bruno Buecher, gastro-entérologue et oncogénéticien.

Dr Bruno Buecher : Actuellement, le cancer du rectum est traité par une radio-chimiothérapie suivie d’une chirurgie. Cette opération n’est pas anodine car, en fonction de la position de la tumeur, pour les cancers du bas rectum notamment, elle peut conduire à une amputation abdomino-périnéale1 et une colostomie définitive2. Ces chirurgies s’accompagnent de séquelles digestives non négligeables et ont un impact important sur la qualité de vie des patients. C’est pourquoi les dernières avancées ont cherché à optimiser le traitement néoadjuvant3 de façon à pouvoir se laisser la chance de préserver l’organe et de renoncer à la chirurgie en cas de réponse complète à ce traitement.

En quoi consistait l’étude présentée à l’ASCO ?

Dr Bruno Buecher : Dans cette étude de phase II, les auteurs ont justement testé l’efficacité d’une immunothérapie, le dostarlimab, en néoadjuvant, chez des patients avec un cancer du rectum localement avancé présentant une instabilité des microsatellites.

Il était administré par perfusion toutes les 3 semaines pendant 6 mois. Au bout de 6 mois, on évaluait la réponse au traitement, c’est-à-dire la présence ou non d’une tumeur résiduelle. Si la réponse était complète, c’est-à-dire si la tumeur avait totalement disparu, les patients étaient placés sous surveillance. Si la réponse n’était pas complète, les patients recevaient une radio-chimiothérapie. Là encore, on évaluait la réponse au traitement. Si elle n’était pas complète, on allait vers la chirurgie. Le but était donc d’éviter la chirurgie au maximum.

Mars Bleu est le mois de sensibilisation au cancer colorectal - roseupassociation - rosemagazineINFO + : Pour en savoir plus sur l’instabilité microsatellitaire, lisez notre article « Cancer colorectal : l’instabilité du génome comme nouvel arme »

Quels sont les résultats ?

Dr Bruno Buecher : Tous les patients qui ont reçu la totalité du traitement – 12 sur les 30 inclus dans l’étude – sont en rémission totale à l’issue du seul traitement par dorstarlimab, sans recours à la radio-chimiothérapie ni à la chirurgie. C’est extraordinaire. Ces résultats ont d’ailleurs fait l’objet d’une publication, le jour même de leur annonce, dans la prestigieuse revue New England Journal of Medicine.

« Ce sont des résultats précoces mais ils sont tellement incroyables qu’on ne peut pas ne pas en parler. »

Y a-t-il un bémol à apporter à ces résultats spectaculaires ?

Dr Bruno Buecher : On a encore peu de recul : la durée médiane de suivi à l’issue du traitement est de 6,8 mois. Et il est variable selon les patients puisqu’ils n’ont pas été inclus dans l’étude au même moment. Le patient pour lequel il y a le plus de recul a terminé son traitement il y a 2 ans et il n’y a toujours aucune trace de cancer dans son organisme. Deux autres patients sont à 20 mois de suivi et sont aussi toujours en rémission complète. Pour d’autres patients, le recul est seulement de quelques mois. Il est donc difficile de savoir si la réponse va se maintenir.

Dans la presse, on peut lire des titres tapageurs comme “un traitement guérit 100% des patients atteints d’un cancer colorectal”. Est-ce correct de le formuler ainsi ?

Dr Bruno Buecher : Pas tout à fait. On est sur une population très particulière de patients qui présentent une instabilité des microsatellites. Cela concerne moins de 10% des patients, probablement autour de 5%. Par ailleurs, on ne peut pas dire si ces patients sont effectivement guéris puisqu’on n’a pas suffisamment de recul.

Dr Pauline Vaflard, oncologue médicale.

Dr Pauline Vaflard : Il est important de souligner que ces patients sont sous surveillance étroite pour dépister précocément une reprise évolutive locale. D’autres questions restent encore en suspens : Est-ce que l’immunothérapie fonctionnera à nouveau chez ces patients si le cancer réapparait ? Est-ce qu’on devra avoir recours à la chimiothérapie ? Est-ce que la récidive, parce qu’ils n’ont pas été opérés, risque d’être sous forme métastatique ? On aura les réponses à toutes ces questions seulement quand on aura plus de recul.

Peut-on toutefois rester optimistes ?

Dr Bruno Buecher : Oui, ce sont des résultats précoces mais ils sont tellement incroyables qu’on ne peut pas ne pas en parler. D’autant plus qu’ils sont en cohérence avec d’autres données très favorables notamment dans les cancers du colon métastatiques et localisés ou les cancers oeso-gastriques ayant cette même caractéristique moléculaire d’instabilité des microsatellites .

Ce traitement va-t-il devenir un standard pour les patients présentant une instabilité des microsatellites ?

Dr Pauline Vaflard : Pour l’instant, ce traitement n’a pas obtenu d’autorisation de mise sur le marché ou d’accès précoce dans cette indication en France. La priorité pour les patients présentant une instabilité des microsatellites tumorale, même si leur cancer est localisé, c’est de se renseigner sur les essais cliniques qui sont ouverts pour qu’ils aient accès à l’immunothérapie par ce biais.

CE QU’IL FAUT RETENIR

– Entre 5 à 10% des personnes atteintes d’un cancer du rectum présentent une anomalie génomique appelée instabilité des microsatellites (IM).
– Cette IM rend les patients plus sensibles à l’immunothérapie.
– Dans un essai clinique testant l’efficacité du dorstarlimab (une immunothérapie) dans le cancer du rectum localement avancé, tous les patients traités présentant une IM ont pu éviter la chirurgie et sont en rémission.
– Nous manquons encore de recul pour affirmer que le dorstarlimab guérit tous les patients présentant une IM.
– Pour le moment ce traitement n’a pas obtenu d’accès précoce dans l’indication du cancer du rectum.

Propos recueillis par Emilie Groyer

1. Ablation d’une partie du colon, du rectum et de l’anus.
2. Abouchement du côlon à la peau pour permettre l’évacuation des selles et des gaz vers une poche spéciale située à l’extérieur du corps.
3. Traitement qui précède la chirurgie.


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

01:00

Symptômes et diagnosticTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La radiologie interventionnelle, késako ?

Aujourd’hui, on vous dit tout sur cette technologie de pointe qu’est la radiologie interventionnelle. Ça sert à quoi ? Comment ça marche ? Quels sont ses avantages ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

9 février 2024

01:53

ImmunothérapiesTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – L’immunothérapie, késako ?

L'immunothérapie a révolutionné la lutte contre le cancer. Son but principal est d’aider le corps du patient à lutter par lui-même contre la maladie, en stimulant son système immunitaire. Comment ça marche ? Qui est concerné ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

26 janvier 2024

60:00

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – L’immunothérapie

L’immunothérapie a révolutionné la prise en charge des cancers. Comment fonctionne-t-elle ? Qui peut en bénéficier ? Le Pr Eric Tartour, Chef du Service d’Immunologie Biologique à l’hôpital européen Georges Pompidou, répond à toutes vos questions.

5 décembre 2023

RadiotherapieEnquêtes

Le CyberKnife : une radiothérapie de haute précision

Puissante et hyper précise, cette technologie de radiothérapie est une arme de destruction massive des tumeurs. Le tout avec le minimum d’impact sur la qualité de vie des malades… Comment ça marche ?

4 décembre 2023

{{ config.event.all }}

Bordeaux

TraitementsAtelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support ?

20 mars 202414h00 - 15h00

Le Dr Ivan Krakowski, oncologue, vous présentera le rôle des soins supports et vous expliquera comment ils peuvent vous soulager durant les traitements.

Paris

Atelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support

11 mars 202415h00 - 17h00

Docteur Laurent Migniot, médecin, vous présentera le rôle des soins supports durant les traitements . Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) pendant les traitements. Ce programme comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? Prendre soin de soi après l'annonce Gérer son alimentation pendant les traitements

Paris

Estime de soiAtelier

ETP* pendant les traitements – Et si l’Activité physique adaptée devenait une thérapie ?

6 mars 202414h00 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Valérie Petit, coach sportive vous présentera les nombreux bienfaits de l'Activité physique adaptée : renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel… Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient* (ETP) pendant les traitements. Il a pour but d'aider le patient et son entourage à acquérir ou maintenir les compétences dont il aura besoin pour gérer au mieux son quotidien avec un cancer. Il comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : - Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports - Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? - Prendre soin de soi après l'annonce - Gérer son alimentation pendant les traitements

Paris

Estime de soi

ETP* pendant les traitements – Et si l’Activité physique adaptée devenait une thérapie ?

7 février 202414h00 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Valérie Petit, coach sportive vous présentera les nombreux bienfaits de l'Activité physique adaptée : renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel… Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient* (ETP) pendant les traitements. Il a pour but d'aider le patient et son entourage à acquérir ou maintenir les compétences dont il aura besoin pour gérer au mieux son quotidien avec un cancer. Il comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : - Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports - Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? - Prendre soin de soi après l'annonce - Gérer son alimentation pendant les traitements